Kulture rap

Avatar TheOctagon Liste de

577 albums

par TheOctagon

Tous les albums, mixtapes et EP de rap que j'ai eu l'occasion d'écouter jusque là. Les meilleurs comme les plus mauvais, ils y sont tous.

La première partie de la liste ne concerne que le rap français, tandis que la seconde est un peu plus fourre-tout.

Les manquants :
"Built to Last", JP Manova
"Beta One", Komadose
"Misguided Recordings", AD
"Blood Out Connections Vol. 1", Al'Tarba
"Ladies and Ladies", Al'Tarba
"Freestyle d'octobre", James Deano
"The Sanity Annex", Sonic Sum
"On a encore des rêves", Freeman
"Killafornia", Awole One & Daddy Kev
"From the Top of the Stack", Propo'88 & BlabberMouf
"The Height of Power", La Coka Nostra
"Speed of Life", Sax Machine
"Monsters II", Swollen Members
"Sud Sal", Myssa
Time Bomb vol. 1
"Nouvelle Ère", Prodig' Corp
"Les coups et les douleurs", Morlone
"Speed of life", Sax Machine
"Bubbling", Sax Machine
"Le peuple a faim", Souffrance

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Concept (1990)

    Sortie : 1990. Rap/hip hop/R&B. 13 morceaux.

    Album de IAM

    Il faut remettre cet album dans son contexte, les années 1989/1990 sont charnières dans le rap français et les IAM s'engouffrent dans la brèche avec leur expérience limitée et leur discours juvénile. Pourtant, ça reste au-dessus de la moyenne des productions de l'époque et même aujourd'hui, il est toujours plaisant à écouter. Seulement, il convient d'avoir un peu de recul avant de le juger.
  • Écouter

    … de la planète Mars (1991)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 23 morceaux.

    Album de IAM

    De la Planète Mars trace sa route dans la continuité de celle de Concept. Le même humour, les mêmes sujets, le même style de samples, etc... Par contre, il est bien plus maîtrisé et certains morceaux comme Le Nouveau Président mettent déjà en avant le talent de certains membres, comme Akhenaton. Kheops également est bien plus sûr de lui, ça se sent. Tout est plus propre et harmonieux, bien que toujours complètement déjanté et résolument funk.
  • Écouter

    Planète Mars (EP) (1992)

    Sortie : 1992. Rap conscient et hip hop. 5 morceaux.

    EP de IAM

    Un EP énergique et délirant assez représentatif des sons hip-hop de l'époque. Le morceau Keep On Scratching de Cut Killer et Dee Nasty est fabuleux et nous rappelle encore une fois que le rap français avait plus de gueule dans les années 1990.
  • Écouter

    Ombre est lumière, volume 1 (1993)

    Sortie : 1993. Hip hop. 21 morceaux.

    Album de IAM

    Ombre est Lumière a connu un destin assez injuste. Éclipsé par l'excellence de L'École du Micro d'Argent, le grand public n'a retenu de ce double album que le morceau Je Danse le Mia (et seulement la version radio, pas l'originale). Ombre est Lumière est l'album le plus extraordinaire d'IAM et peut-être même du rap français. Avec son ton à la fois mystique et hardcore, ainsi que ses interludes humoristiques, Ombre est Lumière se présente comme un objet artistique compact. Écouter Ombre est Lumière, c'est se lancer dans une aventure sensorielle hors du commun. C'est un gros trip étalé sur deux disques.
  • Écouter

    L’École du micro d’argent (1997)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 16 morceaux.

    Album de IAM

    Cet album légendaire mérite amplement sa notoriété. Toujours indétrôné de sa place de meilleur album de rap français dans le cœur des fans, il reste encore un modèle en terme de construction des morceaux, d'écriture et de flow. Il n'a pas pris une ride et encore aujourd'hui, il met à l'amende la majorité des albums de rap. Son principal atout : sa précision, digne des plus grands horlogers suisses. Il est sculpté de telle manière que rien ne dépasse, que rien de vienne parasiter sa perfection quasi-divine. Le style de IAM atteint ici son paroxysme.
  • Écouter

    Revoir un printemps (2003)

    Sortie : septembre 2003. Hip hop. 23 morceaux.

    Album de IAM

    Bon, bon, bon... Pas facile d'aborder "l'après École du Micro d'Argent". Ce dernier était si bien maîtrisé qu'inévitablement, les albums suivants allaient être moins bons. Malheureusement, cette logique se tient et se confirme une fois encore. Revoir un printemps est complexé et a vu trop grand. Trop complexe, pas assez spontané, difficilement digeste, définitivement à côté de la plaque. Mon plus grand plaisir est la plus grande place tenue par Freeman en tant que MC, même si sa présence sonne plus comme une intrusion qu'autre chose. Le groupe n'a jamais réussi à gérer le passage de 2 à 3 MCs, ce qui se ressent dans la construction des textes : confuse et maladroite. Tout n'est cependant pas à jeter, loin de là. Les musiques sont plus orchestrales et témoignent d'une vraie volonté de renouvellement et d'expérimentation. Il est juste dommage que ça ait foiré. Revoir un Printemps est un demi-échec pour lequel j'ai un peu d'affection.
  • Écouter

    Saison 5 (2007)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 17 morceaux.

    Album de IAM

    Bon là je vais avoir du mal à défendre l'album. Saison 5 ne réitère pas l'erreur de Revoir un printemps : il a été enregistré en quelques mois, plutôt que de subir une gestation chaotique de plusieurs années. C'est un point appréciable. En revanche, je crois que jamais IAM n'est autant passé pour une bande d'incompétents. Des prods inconsistantes, parfois à la limite de l'écoutable, un humour second degré qui n'a rien à foutre là et surtout des textes d'un ennui profond. Je ne comprends pas cet album. Revoir Un Printemps n'était pas parfait, mais au moins il respectait l'esthétique d'IAM. Saison 5 lui chie allègrement sur l'héritage du groupe et ignore le matériau de base pour se plier aux standards du rap en 2007. Pas grand-chose à en tirer.
  • Écouter

    Arts martiens (2013)

    Sortie : . Rap/hip hop/R&B. 18 morceaux.

    Album de IAM

    Le vrai retour de IAM ! 16 ans après L'École du Micro d'Argent, le groupe arrive enfin à nous pondre un album à la hauteur de leur talent et de leur renommée. Mieux vaut tard que jamais j'ai envie de dire ! Bref, Arts Martiens sent bon les années 90 déformées par les années 2010. IAM a réussi le tour de force de se renouveler sans trahir son esthétique. Les prods sont toutes très agréables et apaisantes, alors que ce sont la mélancolie et la résignation qui sont les émotions prédominantes de cet album. Une vraie réussite qui prouve à tous les détracteurs d'IAM que le groupe n'a rien perdu de sa superbe et est parfaitement capable de s'adapter à son époque.
  • Écouter

    IAM (2013)

    Sortie : . Instrumentale, hip hop jazzy et hip hop. 16 morceaux.

    Album de IAM

    Sortit dans la foulée d'Arts Martiens, cet hypothétique dernier tour de piste n'est en réalité que la poubelle d'Arts Martiens. Enfin en tout cas j'espère, parce que c'est pas joli-joli. Aucune cohésion, aucun morceau marquant, des prods douteuses et des textes qui rappellent la triste époque de Saison 5. Si ce disque (que j'ai acheté bordel !) est un vrai album, alors c'est une belle sortie de piste. Mais je pense qu'il ne se compose que des morceaux non-retenus pour le tracklist d'Arts Martiens. Sur le principe pourquoi pas ? Sauf que le disque est vendu au prix fort, au même titre que n'importe quel album. Un produit purement mercantile pour lequel je n'ai aucune pitié.
  • Écouter

    Rêvolution (2017)

    Sortie : . 19 morceaux.

    Album de IAM

    Mouais. Un album peu convaincant qui rappelle un peu le dérapage Saison 5. Beaucoup trop mou, il peine à vraiment emporter l'auditeur avec lui. J'ai l'impression qu'IAM tente d'exprimer quelque chose de nouveau, de contemporain, que le groupe essaye de s'extirper des années 90, mais que le résultat final ne suit pas. Comme d'habitue, on ne sent que de la bonne volonté à travers leur musique, à aucun moment on ne se sent trahit par IAM. Pourtant, le disque ne fait jamais mouche, on a l'impression qu'il tombe toujours pile poil à côté de ce qu'il veut exprimer, notamment à cause de ses prods peu inspirées dont la sobriété force tout de même le respect. Rêvolution est un album froid, pas assez organique, le groupe a l'air de vouloir parler en face à face avec son public mais n'a jamais eu l'air d'en avoir été aussi éloigné.
  • Écouter

    Métèque et mat (1995)

    Sortie : 1995. Hip hop. 19 morceaux.

    Album de Akhenaton

    Avec son premier album solo, Akhenaton a créé un des meilleurs albums de rap français et un incontournable pour tout listener souhaitant se construire une culture rap. Ni plus, ni moins. Tout est bon, rien n'est à jeter. Des réflexions générales sur la société actuelle, mais aussi une bonne dose d'introspection et d'humour, le tout écrit avec une finesse et un style inégalé. Akhenaton voulait faire son autobiographie avec Métèque et Mat. Il n'a pas manqué son objectif, on comprend effectivement mieux le bonhomme après écoute. Il voulait également le produire lui-même et contre toute attente, le résultat est extraordinaire. Les samples font toujours mouche, et chaque morceau dégage une aura particulière. Si vous ne l'avez pas encore écouté, il serait temps de le faire au risque de passer à côté d'un chef-d'oeuvre absolu.
  • Écouter

    Sol invictus (2001)

    Sortie : 2001. Hip hop. 19 morceaux.

    Album de Akhenaton

    Après la claque infligée par Métèque et Mat, il était évident que Sol Invictus allait moins me plaire. C'est effectivement le cas. Si les textes demeurent à un bon niveau, les sons me paraissent moins percutants et parfois même assez pauvres. Mais le plus décevant est le ton de l'album, bien trop triste. Alors en effet, Akhenaton était en dépression pendant la production de Sol Invictus, ceci explique sûrement cela.
  • Écouter

    Black Album (2002)

    Sortie : novembre 2002. Rap conscient et hip hop. 18 morceaux.

    Album de Akhenaton

    Sol Invictus était un peu trop déprimant, c'est un fait. Heureusement, Black Album l'est un peu moins. Cependant, je trouve les thèmes abordés moins inspirés, même si toujours traités avec justesse. Ce qui m'attriste à vrai dire, c'est l'abandon progressif du sample au profit de sons un peu trop artificiels. Il faut l'admettre, Akhenaton a mal amorcé le passage aux années 2000.
  • Écouter

    Soldats de fortune (2006)

    Sortie : . Hip hop. 23 morceaux.

    Album de Akhenaton

    Bof, bof, bof... Soldats de Fortune, outre sa jaquette de mauvais goût, illustre parfaitement la mort lente du rap marseillais. Akhenaton, plus à côté de la plaque que jamais, faisant des featurings avec des artistes pas franchement indispensables comme les Psy4 de la Rime. Heureusement, l'album est sauvé de la noyade grâce au morceau "La Fin de Leur Monde", une véritable perle.
  • Écouter

    Je suis en vie (2014)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 39 morceaux.

    Album de Akhenaton

    Rien à faire, j'ai beau l'écouter, le réécouter... Je le trouve assez mou. Les prods me laissent indifférent, le flow est fatigué et les textes ne me parlent pas. Son gros point fort, c'est qu'il tente d'aborder des sujets assez peu courants dans le rap français et ça, ça fait rudement plaisir. C'est pourquoi il est loin d'être ennuyeux et qu'il vaut le coup d'être écouté. Mention spéciale pour la pochette, franchement belle !
  • Écouter

    We Luv New‐York (2011)

    Sortie : . Rap conscient et hip hop. 17 morceaux.

    Album de Faf Larage et Akhenaton

    Je n'en attendais pas grand-chose et j'avais raison. Pourtant, il est loin d'être mauvais et les sons rappellent réellement le hip-hop new-yorkais. Mais l'album ne décolle jamais et stagne au ras-des-pâquerettes, notamment à cause de ses textes insipides.
  • Écouter

    Où je vis (1998)

    Sortie : 1998. Hip hop. 15 morceaux.

    Album de Shurik’n

    Un célèbre album, considéré par beaucoup comme le meilleur album de rap français. Je le placerait un cran en dessous de Métèque et Mat d'Akhenaton, notamment pour ce qui est des prods, un peu moins classieuses. Où Je Vis est 100% street et très mélancolique. Shurik'n fait quand même quelques crochets par la case auto-biographie et par quelques thèmes différents, plus philosophiques.
  • Écouter

    Tous m'appellent Shu (2012)

    Sortie : . Rap/hip hop/R&B. 15 morceaux.

    Album de Shurik’n

    Une vraie putain de déception ! Les musiques sont immondes et les textes assez peu captivants. Je n'ai pas compris ce qu'a voulu accomplir Shurik'n avec ce disque, surtout quand il fait la grossière erreur de pousser la chansonnette, façon refrain R'n'B (mais sans autotune au moins). Mais sérieux... C'est quoi ce truc ? Même la pochette est foirée. Avec sa casquette vissée sur la tête jusqu'aux yeux et sa posture tordue, il a franchement l'air ridicule.
  • Écouter

    Adamant-ium (2016)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Shurik’n

    Bien meilleur que le précédent ! Même s'il a tendance à être un peu trop lisse, c'est un disque qui se laisse écouter. Les prods sont assez efficaces et les textes dans la veine de ce que nous propose Shurik'n à l'heure actuelle. Pas de quoi sabrer le champagne, mais ça fait bien plaisir de voir que le retour de Shurik'n s'est bien passé.
  • Écouter

    L’Palais de justice (1999)

    Sortie : mars 1999. Hip hop. 19 morceaux.

    Album de Freeman

    ...c'est ainsi qu'en 1999, Freeman eu l'occasion de faire montre de son talent. Le MC à l'accent chantant qui "mystifie comme un twix" se lance donc dans un projet conséquent pour un ex-danseur : un album. Jusque là dans l'ombre de Akhenaton et Shurik'n, Freeman n'avais jamais vraiment pu nous montrer l'étendue de sa maîtrise du rap. Avec L'Palais de Justice, c'est chose faite. Il s'agit de son meilleur album et certainement aussi le plus triste. Les textes de Freeman n'ont jamais été portés sur l'humour, mais là c'est vraiment à la limite du macabre. Certains morceaux comme Le Voile du Silence mettent carrément mal à l'aise. Les prods sont d'ailleurs très efficace et appuient la tristesse de l'album.
  • Écouter

    Mars Eyes (EP) (2001)

    Sortie : mai 2001. Hip hop. 7 morceaux.

    EP de Freeman

    Pas de changements significatifs depuis L'Palais de Justice. Les musiques sont un peu plus communes, mais toujours aussi déprimantes. Freeman aime aborder des sujets brûlants, ce qui fait de lui le plus couillu des MC d'IAM. Il est juste dommage que l'EP ne décolle jamais. Il n'est pourtant pas mal, mais je pense que Freeman manquait encore un peu d'espace pour s'exprimer librement.
  • Écouter

    En haut la misère paye (2007)

    Sortie : . 28 morceaux.

    Mixtape de Freeman

    Un disque important dans la carrière de Freeman puisque c'est à partir de là qu'il commencera à s'éloigner d'IAM pour se lancer une carrière indépendante. Terminé l'influence du célèbre groupe marseillais, cette fois il développe son propre style, celui qui le suivra jusqu'à aujourd'hui. Ses textes deviennent un peu plus agressifs et virulents et ses prods sont bien plus ancrée dans la culture orientale. Freeman deviendra d'ailleurs beaucoup plus street, ce qui lui ouvrira les portes d'une certaine notoriété dans le milieu de l'underground hardcore/
  • Écouter

    L’Espoir d’un crêve (2008)

    Sortie : . 19 morceaux.

    Album de Freeman

    Le problème avec Freeman c'est que tous ses albums se ressemblent. A chaque nouveau disque, on n'est jamais déçu, c'est toujours bon. Par contre, on n'est jamais surpris non plus. Freeman est quelqu'un des très constant, c'est déjà une qualité que la plupart des rappeurs n'ont pas. Et puis merde, son accent est tellement génial que ça me fait toujours plaisir de l'écouter. Le meilleur, c'est quand il s'énerve, son accent désamorce toujours l'effet de colère.
  • En haut la misère paye, Volume 2 (2008)

    Sortie : 2008. 23 morceaux.

    Mixtape de Freeman

    Que dire de plus ? Toujours la même chose, même si la musique est plus dynamique c'est vrai. On est toujours sur du rap vénère bien street sur fond d'accent marseillais très prononcé.
  • En haut la misère paye, Volume 3 (2009)

    Sortie : . 22 morceaux.

    Mixtape de Freeman

    Eh ben voilà, du changement ! Pour la première fois, je n'ai pas apprécié. Les prods insupportables et la bande de MC déchaînés qui hurle derrière le mic a fini par me casser les couilles. À part ça, c'est toujours la même chose.
  • Écouter

    Moi et moi seul (2010)

    Sortie : . Rap/hip hop/R&B. 13 morceaux.

    Album de Freeman et Fossoyeur

    Un album plutôt sympa, avec des interludes et des musiques de bonnes facture. Seulement, ce disque n'échappe pas au "syndrôme Freeman", c'est-à-dire qu'on ne voit absolument pas la différence avec les précédents. Même la présence de Fossoyeur n'apporte aucune fraîcheur.
  • Le Phœnix (2012)

    Sortie : . Rap/hip hop/R&B. 18 morceaux.

    Album de Freeman

    Alors j'avoue m'être laissé surprendre. Je m'attendais à un album tout juste moyen et finalement il s'avère être très agréable à écouter. Freeman ne s'est pas contenté de faire du rap et lorgne du côté R&B de la force... et aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est plutôt pas mal ! De très bons sons, des textes un peu limités mais très bien scandés. Freeman a amélioré son flow et ça se sent. Une vraie bonne surprise.
  • Écouter

    Sad Hill (1997)

    Sortie : . Pop Rap, gangsta rap et hip hop. 20 morceaux.

    Album de Kheops

    Plus fourre-tout que le laisse paraître la pochette, Sad Hill est une mixtape intéressante dans la mesure où elle rassemble de nombreux artistes rap ayant chacun un style très personnel, tout en gardant une sorte de cohésion. Si quelques titres demeurent assez décevant, la plupart sont très bons (mention spéciale au morceau "Fils du Dragon" de Freeman, que je trouve excellent).
  • Écouter

    Sad Hill Impact (2000)

    Sortie : mai 2000. Hip hop. 19 morceaux.

    Album de Kheops

    Un tour d'horizon de la nouvelle génération de rappeurs français. Et il est assez triste. Aucune véritable relève des précédentes générations, seulement de maladroits copiés/collés et des prods made in Kheops assez faibles.
  • Écouter

    IAM Official Mixtape (2007)

    Sortie : . 19 morceaux.

    Album de Kheops et Cut Killer

    L'échiquier est en place, les pièces avancent.