Les 20 meilleures chansons de Michael Jackson

Avatar Shivonne Liste de

19 morceaux

par Shivonne

Une liste annotée qui se veut exhaustive

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Écouter

    Stranger in Moscow (1995)

    5:44. Pop rock. Présent dans 8 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Écrite en 1993 à Moscou donc (anecdote importante) alors que Jackson est seul dans sa chambre d’hôtel au milieu d’une tournée qui l’use et que des accusations de pédophilie viennent de tomber, c’est sa plus belle chanson, le Graal. L’autre pièce maîtresse de cette vulnérabilité perçante qui renverse tout. Pendant 5 :44 minutes où chaque seconde compte, Jackson y traine sa peine, le poids de la solitude, l’accablement, sans jamais tomber dans le misérabilisme. Ballade minimaliste mais luxuriante, dont la mélodie construite autour de battements de pluie, de beatbox et de synthés pop qui rappelle les 80’s hante pour toujours. Le génie de cette chanson réside dans le décalage entre la dureté de ses paroles pleines de désespoir et la rondeur angélique de la voix de Michael qui apaise et rassure au diapason de la mélodie. Sa présence sur HIStory la rend d’autant plus marquante, prenant de la distance avec les accès paranoïaques et rageurs de l’album, et de la hauteur. Le Graal je vous dis.
  • 2
    Écouter

    Who Is It (2001)

    6:35. Pop rock. Présent dans 4 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Jamais chantée en live (fainéant va), exception faite de l’intro en beatbox chez Oprah Winfrey (à couper le souffle, hein Justin ?) Who Is It est un monument au sens propre chérit par les fans qui atteste de la réalité et de l’ampleur monstrueuse du talent de l’artiste. Entièrement crée par Jackson comme les meilleurs titres de Dangerous, c’est une chanson anormalement construite (c’est quoi le refrain au juste ?) qui dénote dans une discographie bâtie sur l’efficacité et un schéma pop classique (couplet/bridge/refrain…) hérité des Beatles. C’est l’un des premiers (et des plus beaux) chantres de l’émancipation définitive de Michael après l’ère Quincy Jones, qui contrôle désormais tout et laisse pleinement s’exprimer ses côtés plus enfantins mais aussi sa vulnérabilité. Une vulnérabilité qui n’est pas une faiblesse, loin de là. Dans Who Is It elle est désarmante et obsédante, avec la répétition des And it doesn’t seem to matter… qui fait monter les larmes aux yeux des trahis, et dieu sait qu’on est nombreux. Sa voix se casse dans des sanglots sur un rythme hypnotique et une mélodie encore une fois (mais il ne faut jamais l’oublier) écrasante de beauté. Chef d’œuvre.
  • 3
    Écouter

    They Don’t Care About Us

    4:44. Présent dans 11 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Co titulaire du titre de la chanson la plus in your face d’HIStory avec Scream, They Don’t Care About Us est un frénétique char d’assaut, avec sa rythmique militaire accompagnant un texte ravageur. Pendant que les autres uptempos à charge qui composent l’album sont généralement ciblés (Tabloïd Junkie, Money, DS), Jackson s’attaque cette fois à toutes les formes de préjugés et d’attaques dont il a fait l’objet et tout le monde en prend pour son grade : médias, gouvernement, racistes et calomniateurs. Alors que la chanson fut attaquée de toutes parts aux USA à la sortie de l’album en 1995 pour son contenu ambigu et son supposé antisémitisme, Jackson s’est effectivement défendu en se pourvoyant « voix des attaqués et des accusés, je suis la voix de tout le monde ». La chanson fut un gros succès européen, enfonçant le clou des cartons de You are not alone et de Earth Song, qui n’a rien perdu de sa force à ce jour et qu’on peut encore entendre encore en boîtes. Preuve que contrairement à ce que les mauvais langues peuvent en penser, Jackson n’avait rien perdu de son impact ou pourrait on dire pour une chanson comme celle-ci de sa force de frappe.
  • 4
    Écouter

    Will You Be There (2005)

    7:39. Pop rock. Présent dans 4 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Ecrite par le principal intéressé dans le “giving tree” de Neverland, Will You Be There est une grandiloquente chanson longue de 7:40 minutes, qui laisse sans voix après les dernières notes. Un des monuments de sa discographie, qui figure en bonne place dans la deuxième partie pop de Dangerous et qui est la meilleure preuve des talents Jackson qui en 7 minutes, nous livre deux minutes de musique classique, une mélodie sublime (le premier OUUUUUUUUH à 2:00 fait tellement frissonner) et une outro parlée qui ferait pleurer une table. La grandiloquence n’est pas que musicale, elle est aussi dans les paroles dignes d’un gourou qui scelle l’appartenance de ses fidèles (« Hold me like the river Jordan », « Will You Show To Me You'll Be There For Me And Care Enough To Bear Me ? »), mais dont l’impact est immédiat, viscéral. Will You Be There fait également partie des chansons qui ont pris une ampleur supplémentaire après sa mort. Sublime.
  • 5
    Écouter

    Man in the Mirror

    5:19. Présent dans 13 albums.

    Morceau de Michael Jackson (album version)

    Nananaaa nananaaa… La chanson que le monde entier s’est précipité de télécharger à l’annonce de sa mort, devant les plus gros tubes de sa carrière. Une chanson qui s’est hissée en tête du Billboard Hot 100 en 1988, mais ne s’est hissée à la 2è position des charts anglais qu’en 2009, plus de vingt ans après une très mauvaise 21è place. Alors pourquoi un tel engouement ? Man In The Mirror est l’un des rares classiques de sa carrière qui ne l’implique ni dans l’écriture ni dans la composition, juste dans la production avec Quincy. A l’époque Jones a pour la dernière fois le contrôle sur la production, le choix des titres. Jackson s’est souvent illustré seul par la suite dans la création de chansons humanitaires/prise de conscience avec un talent mélodique et vocal unique, mais Man In The Mirror restera sans doute dans ce domaine sa chanson la plus universelle. Les paroles sont fortes et s’adressent à tout le monde, et à l’époque Michael est moins obsédé par le jeune public à qui il voudra plaire à tout prix par la suite. Comme ses meilleures « adult contempory » ballades des 80’s, Man In The Mirror bénéficie d’un arrangement brillant et d’une grande tendresse qui n’exclut pas la puissance, une puissance qui résonne encore aujourd’hui. La reprise de Siedah Garrett ci-dessous en est la meilleure preuve.

    https://www.youtube.com/watch?v=-A9j48ZPKMA
  • 6
    Écouter

    Smooth Criminal

    4:17. Présent dans 14 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Septième (!) single extrait de Bad, à une époque où on pouvait te balancer un mini film de 10 minutes en guise de clip après deux ans d’exploitation d’un album. Même si j’aime encore beaucoup la chanson, je vous avoue que la puissance du clip joue beaucoup dans cette 6è place, c’est mon préféré ou presque. Le combo est tellement réussi que c’en est ridicule, la danse, l’univers, le break de folie (ces cris d’animaux :o), et un uptempo qui déboite. On ne sait toujours pas comment va Annie par contre, éclipsée par Susie.
  • 7
    Écouter

    Human Nature (1983)

    4:06. Pop rock. Présent dans 13 albums.

    Morceau de Michael Jackson (album version)

    Cinquième single de l’album le plus vendu de tous les temps et pourtant souvent oublié, Human Nature est la délicatesse même. Ecrite par l’un des membres de Toto (raaah Africa) aka les meilleurs en power ballads à l’époque, elle habille parfaitement toute la douceur et la profondeur de la voix Jacksonienne. Les nappes de synthé typiques des années 80 et sa mélodie enchanteresse en font une de ses meilleures ballades, parfait contrepoint « adult contempory » sur Thriller. Mention spéciale à la version live du Bad Tour et les chi chiiiii.
  • 8
    Écouter

    I Want You Back (single version)

    2:52. Présent dans 154 albums.

    Morceau de The Jackson 5

    La chanson que le monde entier devrait réclamer pour son enterrement. Un bijou finement poli, tube qui traverse les époques par la grâce de la voix d’un Michael de 10 ans qui en parait le double. Quand on y réfléchit un peu y’a de quoi décourager tout apprenti chanteur : qui peut réellement chanter de cette façon à cet âge là ? La chanson est indémodable, et le chant du jeune Michael est tellement unique que toutes les reprises du titre ont eu bien du mal à se démarquer de la manière dont il a posé.
  • 9
    Écouter

    Scream (1995)

    4:38. Pop rock. Présent dans 5 albums.

    Morceau de Michael Jackson et Janet Jackson (album version)

    Le titre qui avait la lourde tâche de lancer l’ère HIStory après la débâcle de 1993. L’artillerie lourde est sortie : Janet est convoquée, on met des millions sur un clip futuriste et une promo en béton dans les JT du monde entier. Et près de 20 ans après ( !), ça marche encore très très bien. Le grand public a pourtant largement préféré You Are Not Alone et même les singles suivants à cette petite bombe. Il faut dire que la mélodie n’est pas ce qu’on retient, mais l’énergie que procure la chanson est démentielle. La prod est lourde, c’est saccadé, industriel, froid et la pauvre Janet sous mixée est éclipsée par son frère qui envoie définitivement tout dans les derniers refrains dont on entend presque rien tant ses runs finaux sont surpuissants (DAVIN DAVIN GUELLE ! DAVON BRUYA !)
  • 10
    Écouter

    Money (1995)

    4:42. Pop rock. Présent dans 4 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Titre méconnu d’HIStory, et pourtant. Money fait partie des titres écrits, composés et produits en intégralité par le principal intéressé, et comme souvent ça fait des étincelles. Evidemment directement inspiré par l’affaire de 1993, Money au contraire d’autres titres d’HIStory ne donne pas dans la rage, et c’est justement ce qui fait toute sa force. Pas d’explosion, une voix posée mais ferme, peu de tics vocaux (à part les délicieux YOU DUTY, YOU DUTY, YOU DUMBA des adlibs) et une composition calme et linéaire, classique mais qui se révèle redoutable au fil des écoutes. Anything, anythang…
  • 11
    Écouter

    Remember the Time (1995)

    4:01. Pop rock. Présent dans 12 albums.

    Morceau de Michael Jackson (album version)

    Ce titre justifie à lui tout seul la collaboration avec Riley, qui au début des 90’s est parvenu (à l’inverse d’un Rodkins au début des années 2000) à créer un son qui soit à la fois parfaitement dans l’air du temps et dans les cordes du style Jacksonien. La chanson est un tube immédiat, léger et malicieux qui permet à Michael de jouer avec les tons suaves et plus agressifs de sa voix, agressivité qui ira ensuite crescendo dans les uptempos post Dangerous. Il restait encore à l’époque un maître de la proposition visuelle, avec une vidéo de 9 minutes tellement mémorable qu’il est presque frustrant d’écouter la version studio qui manque cruellement de ce fantastique break.
  • 12
    Écouter

    Billie Jean (2001)

    4:53. Pop rock. Présent dans 38 albums.

    Morceau de Michael Jackson (album / single version)

    Nul besoin de présenter LE tube intersidéral. Il y aurait mille choses à en dire, de la perfection de sa composition, de l’inspiration classique, de cette ligne de basse intemporelle, du moonwalk. Iconique mais pas plus haut parce que malheureusement bien trop rabâché. La chanson a mérité ses galons de classique, mais elle n’est du coup plus la chanson que je vais écouter spontanément. C’est toujours un bonheur de l’entendre à la radio cela dit.
  • 13
    Écouter

    Blood on the Dancefloor (2007)

    Blood on the Dance Floor

    4:14. Pop rock et electro/techno. Présent dans 12 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Un up dantesque, sans break et rageur qui ne relâche pas la pression de la première à la dernière note. Blindé de ses tics vocaux (AH !), thème étonnant (le sida) mais toujours l’obsession de cette femme dangereuse cette Susie qu’il a tant décrié. J’en suis toujours dingue. Teddy Riley a râlé à la sortie du single parce que le titre avait été enregistré pendant les sessions de Dangerous et que Jackson ne l’avait pas rappelé pour dépoussiérer le titre en 97. Il est fou lui, la chanson est parfaite telle quelle.
  • 14
    Écouter

    The Lost Children (2001)

    4:01. Présent dans 4 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Chanson d’un autre temps dans sa composition (en dehors de la voix, on pourrait croire quand elle démarre qu’il s’agit d’une sucrerie des années Motown) et étonnamment courte (4 minutes à peine) par rapport aux chansons humanitaires / sur l’enfance dont il nous avait habitué. Là encore, la mélodie est merveilleuse de simplicité et d’efficacité, avec un chœur d’enfants qui brise le cœur, sur un thème casse gueule qui évite pourtant très bien les effusions et la mièvrerie. OVNI niché en fin d’album sur Invincible, méconnue du grand public.
  • 15
    Écouter

    Rock With You (2004)

    3:40. Pop rock, rap/hip hop/r&b et disco. Présent dans 11 albums.

    Morceau de Michael Jackson (remix with claps)

    Sans doute le titre le plus suave de sa carrière, terrain qu’il a finalement trop peu exploité. Pourtant il aurait pu et du. L’ambiance feutrée, la voix qui se ballade, les sonorités disco/funk qui semblent avoir été crée pour lui. Du Quincy Jones pur jus, taillé pour les clubs pour des décennies avec un gros CLASSIQUE écrit sur le front.
  • 16
    Écouter

    I Wanna Be Where You Are

    2:57. Présent dans 19 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Bijou issu du premier album solo Motown en 1972, I Wanna Be Where You Are est une feel good song comme seule la Motown en produisait à l’époque, portée par la voix de tête de Michael. Une voix pure, assurée. Contrairement à d’autres chansons qui ont traversé les époques, celle-ci reste encrée dans la sienne (ces claviers, cette flute, cette ambiance flower power) mais reste un must pour son énergie.
  • 17
    Écouter

    Is It Scary (1997)

    5:36. Présent dans 3 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    A l’origine, Is It Scary a été écrite par Jackson, Jam et Lewis pour le film Les Valeurs de la Famille Addams au début des 90’s (ce qui va capoter contractuellement comme la plupart des projets annexes à sa carrière malheureusement). Rejetée d’HIStory car trop en décalage avec le reste de l’album, elle fut miraculeusement récupérée pour figurer sur BOTDF, au concept hybride ridicule mais là n’est pas le sujet. Les paroles réécrites pour l’occasion résonnent particulièrement en 1997 avec l’image publique de Jackson et sa composition est sombre, un poil angoissante, over dramatique. On est loin de la soul des débuts, plus proche des sons gothisants qui pullulent à l’époque. Ca fonctionne pourtant miraculeusement bien, comme un bon train fantôme dont on a du mal à distinguer le vrai du faux. Troublant.
  • 18
    Écouter

    Heal the World (1995)

    6:25. Pop rock. Présent dans 15 albums.

    Morceau de Michael Jackson

    Pionnier musical dans bien des domaines, dont la chanson humanitaire. We Are The World était un tour de chauffe collectif, il enfonce le clou avec Heal The World en 1993 tout seul cette fois, à l’écriture, composition et au chant, et plus aucun album n’y échappera par la suite. Sa réussite dans le domaine est relative, toujours sur le fil de la sensiblerie. Les paroles d’Heal The World dégoulinent de bons sentiments, mais ce qui sauve la chanson comme souvent avec lui c’est sa mélodie, simplissime mais sublime. Je ne peux pas croire qu’on reste de marbre en écoutant cette chanson aujourd’hui : on rigole nerveusement lors de l’intro parlée, et puis la mélodie et la construction du titre emportent tout jusqu’aux deux derniers refrains surpuissants.
  • 19
    Écouter

    Can You Feel It (1980)

    5:59. Présent dans 93 albums.

    Morceau de The Jackson 5

    Titre phare des Jacksons, avec un Michael omniprésent autant dans l’écriture, le chant et le visuel : il était déjà derrière le concept du clip, et son empreinte sur la chanson est telle que la chanson aurait très bien pu figurer sur un album solo. Multi samplée et reprise elle n’a pas pris une ride. Elle manque un peu de progression par contre à mon goût vu sa longueur, mais ça passe crème. Culte.