Magnifique Natalie Wood : Regret & Mystère

Avatar Docteur_Jivago Liste de

21 films

par Docteur_Jivago

Retour sur une partie de la filmographie de Natalie Wood, superbe actrice mais avec malheureusement une carrière qui n'a pas été à la hauteur de son talent. Fragile psychologiquement (ce que Kazan exploitera, notamment sa peur de l'eau), enfant star et très bonne carrière jusqu'au milieu des années 1960, elle s'éloigna par la suite des plateaux de cinéma et décéda jeune au début des années 1980 dans des circonstances encore inexpliquées aujourd'hui.

Sélection de films complété au fur et à mesure et classé par préférence.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Bande-annonce

    L'Aventure de Mme Muir (1947)

    The Ghost and Mrs. Muir

    1 h 44 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Joseph L. Mankiewicz avec Gene Tierney, Rex Harrison, George Sanders

    Séances de cinéma (1 salle)
    Elle apparaît à neuf ans dans cette oeuvre d'art :

    Joseph Mankiwicz met en scène avec L'Aventure de Mme Muir l'une des plus belle histoire d'amour du 7ème art, teinté de fantastique et de romantisme. Gene Tierney est formidable, Rex Harrison en capitaine ronchon lui donne superbement bien la réplique, et l'oeuvre devient de plus en plus fascinante et magnifique, avec une atmosphère unique et prenante. Une véritable oeuvre d'art.
  • Le Miracle sur la 34e Rue (1947)

    Miracle on 34th Street

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de George Seaton avec Maureen O'Hara, John Payne, Edmund Gwenn

    Classique de Noël par excellence, Le Miracle sur la 34ème rue part d'un postulat intéressant, le Père Noel faisant un procès pour prouver qu'il est bien l'homme qu'il prétend être. Tout n'est pas toujours parfait, loin de là même, notamment au niveau des émotions absentes, mais cela reste une jolie fable, avec un charme traversant les époques, un propos intéressant sur la course à l'armement de cette fête et une naïveté sympathique, participant à la réussite globale du film. On pourra apprécier la prestation de la jeune Natalie Wood, sceptique face à l'existence du Père Noël, bien accompagnée par une toujours jolie Maureen O'Hara (que l'on a tout de même vu plus inspiré ailleurs) ou encore un Edmund Gwenn crédible en Santa Claus.
  • Bande-annonce

    La Fureur de vivre (1955)

    Rebel Without a Cause

    1 h 51 min. Sortie : . Drame.

    Film de Nicholas Ray avec James Dean, Natalie Wood, Sal Mineo

    Symbole du malaise de la jeune génération Américaine des années 1950, James Dean est époustouflant et devient lui aussi le symbole d'une génération, la jeune Natalie Wood lui rend superbement la réplique.
  • Bande-annonce

    La Prisonnière du désert (1956)

    The Searchers

    1 h 59 min. Sortie : . Aventure, drame et western.

    Film de John Ford avec John Wayne, Jeffrey Hunter, Vera Miles

    "On peut voir et revoir maintes fois La Prisonnière du désert, y découvrir toujours plus de sens, et s'y identifier toujours plus profondément. C'est un film d'une richesse inouïe" force est de constater que Martin Scorsese a raison lorsqu'il parle de cette oeuvre. La première chose qui frappe lorsque l'on voit "The Searchers" (mal traduit dans sa version française), ce sont les décors tout simplement somptueux, grandiose et minimaliste à la fois, et comme souvent dans les westerns de Ford, rendant l'humain plus petit et vulnérable. Et puis il y a le personnage d'Ethan Edwards, haineux envers les Indiens dont on se demande même si sa quête n'est pas plus motivé par du racisme que l'envie de retrouver sa nièce, et toute la fin nous donnera cette réponse (et quelle fin ! Superbe). Et la où Ford fait très fort, c'est que l'on a de la sympathie pour ce personnage merveilleusement incarné par John Wayne, alors qu'au final ce n'est qu'un tueur raciste. Mais les Indiens ne sont pas non plus décrit comme des sains, bien au contraire et notamment le chef Commanche, violant et tuants ses victimes. Ford ne prêche pas la bonne parole, ne nous fait pas de morale et c'est tant mieux, il dresse une peinture qui peut faire le lien avec les problèmes racistes des États-Unis dans les années 1950. On notera aussi la présence de la jeune Natalie Wood, jouant cette fameuse prisonnière (et c'est sa soeur Lana qui joue ce rôle enfant). Un très grand western dont la réputation est mérité…
  • Collines brûlantes (1956)

    The Burning Hills

    1 h 34 min. Sortie : . Romance et western.

    Film de Stuart Heisler avec Tab Hunter, Natalie Wood et Skip Homeier

    C'est surtout dommage que The Burning Hills soit, à ce point, convenu et ne fait ressortir ni véritable dimension romantique, ni intensité ou flamboyance, mais il se laisse tout de même gentiment regarder, notamment grâce à la belle et talentueuse Natalie Wood, sans qui je ne serais point aussi indulgent.
  • Bombardier B-52 (1957)

    Bombers B-52

    1 h 46 min. Sortie : .

    Film

    Un film qui pèche par son manque d'ambition globale, notamment au vu de l'écriture et de sa mise en scène mais qui s'avère plutôt sympathique à regarder, porté par le charme de Natalie Wood malgré qu'elle soit un peu sous-exploitée...
  • La Fureur d'aimer (1958)

    Marjorie Morningstar

    2 h 08 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Irving Rapper avec Gene Kelly, Natalie Wood, Claire Trevor

    Un film sympathique mais qui pêche par manque d'ambitions et de talents de la part du metteur en scène et des scénaristes pour vraiment faire ressortir l'émotion des personnages et enjeux. C'est dommage car la belle Natalie Wood est tout de même radieuse, tout comme le charme qui se dégage de cette production oubliée.
  • Diables au soleil (1958)

    Kings Go Forth

    1 h 49 min. Sortie : . Drame, guerre et romance.

    Film de Delmer Daves avec Frank Sinatra, Tony Curtis, Natalie Wood

    Natalie Wood partage l'affiche avec Tony Curtis et Sinatra dans ce classique (et oubliable) film de guerre mais pas trop bête et un pamphlet contre le racisme à une époque où les USA n'étaient pas exempt de tout reproche.
  • Cash McCall (1960)

    1 h 42 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Joseph Pevney avec James Garner, Natalie Wood, Nina Foch

    Excepté la toujours aussi magnifique Natalie Wood qui me fait voir des films définitivement louche, qui signe d'ailleurs là son retour chez la Warner, quelques idées (notamment dans le personnage riche et arrogant de James Garner) et tout de même une certaine efficacité, il n'y a pas grand-chose à tirer de ce film, malgré des thématiques intéressantes autour de la finance, justement tombé dans l'oubli et qui manque cruellement d'émotion et d'enjeux forts.
  • Bande-annonce

    La Fièvre dans le sang (1961)

    Splendor in the Grass

    2 h 04 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Elia Kazan avec Natalie Wood, Warren Beatty, Pat Hingle

    LE film de Natalie Wood, son plus beau rôle dans ce bouleversant et intelligent chef d'oeuvre signé Elia Kazan qui nous transporte dans les USA d'entre deux-guerres. Un film qui prend aux tripes comme très peu en sont capable.
  • Bande-annonce

    West Side Story (1961)

    2 h 32 min. Sortie : . Policier, drame, comédie musicale et romance.

    Film de Jerome Robbins et Robert Wise avec Natalie Wood, Richard Beymer, Russ Tamblyn

    Séances de cinéma (1 salle)
    Pari risqué mais relevé avec brio. Une comédie musicale inventive et réussi, charmante, pas top bête, fine, très bien interprété et aux numéros musicaux savoureux.
  • Gypsy, Vénus de Broadway (1962)

    Gypsy

    2 h 23 min. Sortie : . Biopic et comédie dramatique.

    Film de Mervyn LeRoy avec Betty Bruce, Parley Baer, Harry Shannon

    On est plongé dans le monde du music-hall et du cabaret des années 1920/1930/1940 aux USA. FIlm assez classique met assez agréable où Natalie Wood brille de mille feux.
  • Une certaine rencontre (1963)

    Love with the Proper Stranger

    1 h 42 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Robert Mulligan avec Natalie Wood, Steve McQueen, Edie Adams

    Séances de cinéma (1 salle)
    Beau drame autour de la grossesse non voulu. Aujourd'hui le film est toujours très dur à trouver et peu distribué, preuve que le sujet est encore tabou dans certains pays...
    Natalie Wood est superbe et McQueen lui donne superbement la réplique.
  • Une vierge sur canapé (1964)

    Sex and the Single Girl

    1 h 50 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Richard Quine avec Tony Curtis, Natalie Wood, Henry Fonda

    Entouré de Henry Fonda, Tony Curtis et Lauren Bacall, Natalie Wood rayonne dans cette comédie sympathique et charmante. Quelques références bien sympathique tels que le « Vous ressemblez à Jack Lemmon » dira-t-on à Tony Curtis habillé en femme !
  • Bande-annonce

    La Grande Course autour du monde (1965)

    The Great Race

    2 h 40 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Blake Edwards avec Jack Lemmon, Tony Curtis, Natalie Wood

    De superbes numéros d'acteurs au service d'une très bonne aventure. Si Natalie Wood est superbe, c'est néanmoins le duo Jack Lemmon/Peter Falk qui s'en sort le mieux.
  • Daisy Clover (1965)

    Inside Daisy Clover

    2 h 08 min. Sortie : . Romance et comédie dramatique.

    Film de Robert Mulligan avec Natalie Wood, Christopher Plummer, Robert Redford

    Une bonne surprise, Natalie Wood dans un rôle presque auto-biographique pour un récit captivant, intelligent et bien foutu
  • Les Plaisirs de Pénélope (1966)

    Penelope

    1 h 37 min. Sortie : 1966. Comédie et policier.

    Film de Arthur Hiller avec Natalie Wood, Ian Bannen, Dick Shawn

    Comédie plutôt sympathique, charmante et typique de son époque mais qui manque clairement d'inspiration voire même de talent, c'est dommage et la présence de la magnifique Natalie Wood ne fait pas non plus oublier ses défauts.
  • Propriété interdite (1967)

    This Property Is Condemned

    1 h 50 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Sydney Pollack avec Kate Reid, Mary Badham, Alan Baxter

    Pour son deuxième film Sydney Pollack adapte une pièce de Tennessee Williams et réuni la belle Natalie Wood et le jeune Robert Redford devant la caméra. Il utilise le cadre de la grande dépression, qu'il exploite à merveille, pour mettre en scène un magnifique et émouvant drame, sachant créer des personnages forts et de passionnants enjeux. Les comédiens sont tout simplement remarquables, mais c'est surtout Natalie Wood qui crève l'écran et trouve l'un de ces plus beaux rôles.
  • Bob et Carole et Ted et Alice (1969)

    Bob & Carol & Ted & Alice

    1 h 44 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Paul Mazursky avec Dyan Cannon, Bill Cosby, Paul Mazursky

    Comédie sur la libération sexuelle posant le problème des limites du couple. Très sympathique, léger, kitsch et bien foutu.
  • Meteor (1979)

    1 h 47 min. Sortie : . Catastrophe, science-fiction et aventure.

    Film de Ronald Neame avec Sean Connery, Brian Keith, Martin Landau

    Film catastrophe à la mode à l'époque qui n'a plus trop d'intérêt si ce n'est quelques punchlines et un côté vieillo plutôt charmant.
  • Bande-annonce

    Brainstorm (1984)

    1 h 46 min. Sortie : . Science-fiction et thriller.

    Film de Douglas Trumbull avec Christopher Walken, Natalie Wood, Louise Fletcher

    Dernier rôle, sorti après sa mort. Un film de S-F intéressant, truffé de bonnes idées, pas forcément toutes bien exploités, mais qui reste agréable et pas trop mal foutu dans l'ensemble.