Mon Top 50 Bandes originales de films

Avatar Scaar_Alexander Liste de

50 albums

par Scaar_Alexander

Il va sans dire que l'expression "bande originale" est à prendre dans son seul sens possible et pourtant souvent ignoré : une création ORIGINALE, spécifiquement conçue pour le film, et non une compilation de chansons existantes comme dans les films de Tarantino (auquel cas on parle de "musique de film"). Mettre Casino ou Pulp Fiction dans la présente liste serait absurde.

Les films dont les BO sont ici célébrées ne se trouvent pas forcément dans mon top 100 cinéma. Il arrive qu'un film ne mérite pas son compositeur : par exemple, Flash Gordon ne méritait pas Queen. Mais comme la nature n'est pas aussi mal faite que notre époque dépressive le laisse penser, les chefs-d'oeuvres du cinéma ont tendance à être musicalement séduisants. On ne va pas s'en plaindre.

En attente d'être intégrées à ce top (puisque privés de fiche SC) :
- Love Letter, de Remedios
- LA 92, de Danny Bensi & Saunder Jurriaans
- Nimitz, retour vers l'enfer, de John Scott

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • 1
  • 2
  • 1
    Écouter

    The Thin Red Line (OST) (1999)

    Sortie : . Cinéma & théâtre et bande-son. 11 morceaux.

    Bande-originale de Hans Zimmer

    Zimmer est un maître. Je l'ai senti à onze ans, quand j'ai découvert Le Roi Lion au cinéma et me suis demandé ce que c'était, que cette putain de musique inhabituellement puissante pour un dessin animé. Comme je considère la musique instrumentale de films comme l'héritière de la musique (abusivement nommée) classique, je considère personnellement le gars comme une futur légende. Bien sûr, qu'il a ses influences, il a dû en bouffer, du Wagner, mais même Wagner avait ses influences. Non, ne pas mettre du Zimmer dans un pareil top relèverait de l'hérésie. Mais du coup, difficile de choisir laquelle de ses bandes originales placer dans cette liste : de ses classiques des années 80, à la Rain Man et Black Rain, à sa monumentale contribution à Interstellar, en passant par ses OVNI du type de True Romance, il y a tant à garder ! Ces temps-ci, j'écoute celle de La Maison aux Esprits : un film oubliable... pour une BO nettement moins oubliable. Bref. J'ai failli choisir celle d'Inception. Puis celle d'USS Alabama. Puis celle d'Interstellar, justement. Puis une Madeleine de Proust du type de Comme un oiseau sur la branche ou Jours de Tonnerre. Puis l'évidence m'a sauté aux yeux : La Ligne Rouge, ce qui tombait plutôt bien, puisqu'un des meilleurs films sur lesquels il a travaillé. J'ai longtemps considéré la piste 9, Silence, comme le chef-d'oeuvre de l'album, influencé par le fait qu'elle accompagnait le moment le plus fort du film (l'attaque du camp japonais). Je ne sais pas pourquoi la force de Journey to the Line ne me sautait pas aux yeux. Depuis, elle a.
  • 2
    Écouter

    The Music of Candyman (OST) (2001)

    Sortie : . Bande originale. 13 morceaux.

    Bande-originale de Philip Glass

    Faire peur au cinéma sans recourir à ces "jump scares" artificiels, dont Hollywood est friand, n'est pas chose aisée. Faire peur avec de la MUSIQUE sans abuser de sons désagréables à l'ouïe l'est encore moins. Il fallait sans doute un génie comme Philip Glass, pour y parvenir. Glass n'a jamais vraiment transformé l'essai, par la suite, mais dans un sens, c'est tant mieux, parce que ça rend la bande originale de Candyman encore plus unique. On peut parler d'expérience. Arriver à flanquer la frousse avec des chœurs, a fortiori de nos jours, est un accomplissement à la hauteur... de celui du film, que j'ai placé illico dans mon top 100. Parce que la musique de Candyman raconte une histoire à elle seule, structurée en chapitre, comme tout roman. Ce n'est pas un chat bondissant d'une étagère : c'est le romantisme macabre même. Peut-être la musique parfaite sur laquelle s'ouvrir les veines (une remarque à l'adresse de mes lectrices lycéennes goths). En parlant de ça, une amie du lycée ne pouvait pas s'empêcher de flipper quand je lui jouais quelques airs au piano...
    Piste de choix : Floating Candyman. Chef-d'oeuvre total. En plus de l'inoubliable Thème d'Helen, air somme toute simple que l'on garde le plus en tête. Et qui ne manque pas de mettre mal à l'aise.
  • 3

    Mulholland Dr. (OST) (2001)

    Sortie : . Bande originale. 17 morceaux.

    Bande-originale de Angelo Badalamenti

    Sommet de la collaboration Lynch/Badalamenti. Le cinéaste fou plongeant son spectateur dans son univers mental comme il ne l'avait jamais fait auparavant, faisant de chaque scène la pièce d'un puzzle aussi cohérent que surréaliste, il ne pouvait que se doter d'une musique atmosphérique en diable, plaçant le spectateur dans un état de quasi-transe à la hauteur d'esthétique sublime du film. C'est ce qu'a accompli Badalamenti avec sa musique. Et ça saute aux oreilles dès les premières minutes, lors de la scène de la limousine qu'accompagne l'envoûtant Love Theme. Quand on pense que le mot le plus souvent associé à Mulholland Dr est "silenzio"...
  • 4
    Écouter

    Conan the Barbarian (OST) (1982)

    Sortie : 1982. Bande originale, cinéma & théâtre et classique. 12 morceaux.

    Bande-originale de Basil Poledouris

    Riddle of Steel + Riders of Doom = orgasme philharmonique. That is all.
  • 5
    Écouter

    TRON: Legacy (OST) (2010)

    Sortie : . Bande-son, bande originale, cinéma & théâtre, electronique et funk / soul. 23 morceaux.

    Bande-originale de Daft Punk

    Confier la conception de la bande originale d'une superproduction Disney à Daft Punk, les pionniers de l'EDM et hérauts du revival de la musique disco des seventies, était un coup de génie. C'est bien, quand ça paie, les coups de génie. C'est bien, quand un duo comme Daft Punk fait le choix couillu de l'ensemble orchestral supermassif alors que le registre du film ne le suggérait pas naturellement. Et c'est bien, quand le résultat ressemble à l'hyperélectrique Disc Wars, Arena, ou encore Flynn Lives. Tron : L'Héritage, bijou formel, est avant tout une expérience esthétique, certes ; mais bon nombre de ses admirateurs (qui ont résisté à la descente en flammes que le film a subi de la part de ces cons de critiques) ne l'auraient pas défendu aussi ardemment sans sa musique. Le film de Kosinski manque peut-être un peu de substance, il n'est pas moins un régal pour DEUX sens. Et pas des moindres, quand on parle de cinéma.
  • 6
    Écouter

    Starship Troopers (OST) (1997)

    Sortie : . Bande-son, bande originale et cinéma & théâtre. 11 morceaux.

    Bande-originale de Basil Poledouris

    En six mots : Hans Zimmer, c'est pour les tapettes ('nuff said, comme on dit sur le web anglais). Et ouais, je sais, un deuxième Poledouris. Continuez, et je mets Octobre Rouge dans la liste.
  • 7
    Écouter

    The Insider (OST) (1999)

    Sortie : . Bande originale, electronique, cinéma & théâtre, downtempo et jazz. 16 morceaux.

    Bande-originale de Lisa Gerrard et Pieter Bourke

    Qui de mieux que Gerrard et Bourke pour accompagner le grand Michael Mann dans la conception de son magnum opus, comme par hasard son dernier film tourné entièrement sur pellicule avant le début de ses expérimentations digitales ? Leur style musical ultra-lyrique, qui s'exprime ici superbement via des pistes comme le superbe Sacrifice (clairement dans la continuité de ce qu'ils avaient fait sur Gladiator), The Silencer et Faith, ne pouvait aller qu'avec la profondeur de la pelloche. La scène où Russell Crowe, raccompagné chez lui en voiture après une journée de procès, observe la carcasse d'une voiture en train de brûler sur le bas-côté sur les violons de Sacrifice est une fulgurance parmi tant d'autres. Et puis, il y a ce qu'ont apporté les autres compositeurs, comme l'ultra-atmosphérique Iguazu de Gustavo Santaolalla, repris dans plusieurs films et séries, ou encore Rites, du génial jazzman Jan Garbarek. Et puis... Massive Attack au moment où Al Pacino fait son Christophe Hondelatte avec sa veste en cuir : la classe. Le tout forme une bande originale remarquablement balancée alors qu'elle est assez diverse, et pleine de musiques d'ambiance nocturne comme celle de Heat.
  • 8
    Écouter

    Trois couleurs : Bleu (OST) (1993)

    Sortie : 1993. 25 morceaux.

    Bande-originale de Zbigniew Preisner

    Quand Kieslowski sort Bleu, il est au sommet de son art : l'année précédente a été bénie du magnifique La Double-vie de Véronique, et Bleu s'inscrit dans la réalisation d'un ambitieux tryptique dédié à la devise de la République française. Zbigniew Preisner n'est pas un de mes compositeurs préférés, j'avais aimé ce qu'il avait fait sur Véronique, mais là, ça a été une expérience surnaturelle. La musique de Bleu, incontestablement LE chef-d'oeuvre de la trilogie, est un personnage du film, aussi important que son héroïne. Elle raconte une histoire entière comme le fait le film - la même naturellement. De fait, elle ne peut pas s'écouter par morceaux, contrairement à la majorité des bandes originales. C'est de l'opéra. Filmé sublimement par Kieslowski : Binoche s'accrochant au rebord d'une piscine plongée dans la lumière bleue caractéristique du film et les chœurs de Preisner exprimant en musique le plus clair et captivant des tourments intérieurs : un mot : symbiose.
  • 9
    Écouter

    Chouans! (OST) (2003)

    Sortie : . Bande originale, cinéma & théâtre et classique. 24 morceaux.

    Bande-originale de Georges Delerue

    Difficile de faire un tel top sans rendre hommage à l'immense compositeur et chef d'orchestre George Delerue (cf. ses deux cultes en puissance que sont le thème du Mépris et celui de La Nuit Américaine, mais aussi plein d'autres choses magnifiques et bien moins connues, comme son Concerto de l'Adieu pour Dien Bien Phu). Chouans étant un film injustement boudé par la critique et pas vraiment en phase avec le temps (de Broca flirtant carrément avec le royalisme à l'époque du bicentenaire de Jean-Paul Goude...), sa BO est, comme lui, assez méconnu. Elle est pourtant magnifique, du thème archi-épique de son générique au tout aussi exaltant Thème des Chouans, en passant par les multiples délicieuses incursions dans la musique baroque (Va Vers La Joie, L'Envol), où il convoque Bach, comme il l'a souvent fait par le passé, mais là en totale adéquation avec le contexte du film.
  • 10

    Conspiracy Theory (OST) (1997)

    Sortie : . 15 morceaux.

    Bande-originale de Carter Burwell

    Le méconnu Burwell a composé deux excellentes BO de thrillers hollywoodiens, dans les années 90 : Conspiracy Theory (Complots) et The General's Daughter (Le Déshonneur d'Elizabeth Campbell). Il s'agit ici de saluer le gars et son style inimitable pour ces deux films, en choisissant la (sensiblement) meilleure des deux BO (et accessoirement, celle du meilleur film des deux). Quasiment toute la première moitié à l'exception des pistes 1 et 4, donc She Wreaks Me, NASA Strikes!, l'ultra-efficace Brain Gravy et sa suite directe Wheelchair Chase, donne l'impression de former l'accompagnement musical d'une seule grande scène d'action à la fois énergique et baignée dans l'ambiance sombre d'un "film noir", avec crescendo et suspense à la clef. Et puis il y a l'irrésistible Riding à la fin, qui conclue le film sur une note plus positive et enlevée. Cette BO est vraiment à l'image du film.
  • 11
    Écouter

    Lost (OST) (2006)

    Sortie : . Bande originale. 27 morceaux.

    Bande-originale de Michael Giacchino

    Comme il ne s'agit pas d'une BO de film, je n'insère donc pas dans ce classement. Mais Giacchino est un tel génie qu'il m'est difficile de ne pas mentionner la BO de Lost, qui reste à ce jour, à mon sens, son plus grand accomplissement. Le climax du centric de Locke, sur Lock'd Out Again, a été l'indescriptible moment où je me suis dit que j'avais affaire à un chef-d'oeuvre, avec cette première saison à la qualité quasiment inégalée, dont le "finale" est accompagné magnifiquement par le morceau-somme Oceanic 815. De la saison 1, difficile de faire plus euphorisant que Parting Words, par exemple. Mes morceaux préférés, au-delà : Ocean's Apart, Dharmacide, The Constant, There's No Place Like Home, le sublime Landing Party, La fleur (le genre de trucs qui m'ont fait aimer la saison 5 contre mon gré, limite), The Lighthouse (qui, lui, ne m'a pas fait pardonner la saison 6, mais a quand même une sacrée gueule), et... Moving On, naturlish. Que des morceaux caractérisés par un romantisme exalté assez désarmant : difficile, quand on aime justement les "violons", de ne pas être conquis. Mon besoin de BO de ce genre est une des nombreuses raisons pour lesquelles j'ai adhéré très rapidement à Fringe, au passage.
  • 12

    Il était une fois dans l'Ouest (Single) (1969)

    Sortie : octobre 1969. Cinéma & théâtre et thème musical. 2 morceaux.

    Single de Ennio Morricone

    Piste 01, "C'era una volta il west", quand Claudia Cardinale contemple les dépouilles des enfants, au début du film.
    Piste 05, "Armonica" : need I say more ? Tout dans cette composition, exprime la langueur des derniers instants, des derniers souffles, tant ceux des hommes que des mondes.
    Piste 20, "Finale", alors que la caméra de Leone s'élève au-dessus du chantier du transcontinental. Épique est un euphémisme !
  • 13
    Écouter

    Maniac (OST) (2013)

    Sortie : . Bande originale, cinéma & théâtre, electronique et electro. 16 morceaux.

    Bande-originale de Rob

  • 14
    Écouter

    Oldboy (OST) (2003)

    Sortie : . 24 morceaux.

    Bande-originale de Young-wook Jo

  • 15

    God Help the Girl (OST) (2014)

    Sortie : septembre 2014. Rock alternatif, bande originale, pop indé, rock indépendant et cinéma & théâtre. 28 morceaux.

    Bande-originale de Stuart Murdoch

  • 16

    North and South / The Right Stuff (OST) (1986)

    Sortie : 1986. 12 morceaux.

    Bande-originale de Bill Conti

  • 17
    Écouter

    “Paprika” Original Soundtrack (OST) (2006)

    Sortie : . Bande originale, techno, ambient, leftfield et cinéma & théâtre. 14 morceaux.

    Bande-originale de Susumu Hirasawa

  • 18

    Sicario: Original Motion Picture Soundtrack (OST) (2015)

    Sortie : . Musique classique contemporaine, bande-son, bande originale, cinéma & théâtre et electronique. 18 morceaux.

    Bande-originale de Jóhann Jóhannsson

  • 19
    Écouter

    The Bourne Ultimatum (OST) (2007)

    Sortie : . Bande originale, cinéma & théâtre, classique et neo romantique. 10 morceaux.

    Bande-originale de John Powell

  • 20
    Écouter

    Symphonic Suite AKIRA (OST) (1988)

    Sortie : . Bande originale, electronique et cinéma & théâtre. 10 morceaux.

    Bande-originale de Geinoh Yamashirogumi

  • 21

    Blindness Ensaio Sobre a Cegueira (OST) (2008)

    Sortie : 2008. 15 morceaux.

    Bande-originale de Uakti

  • 22

    Infernal Affairs III

    Sortie : . 17 morceaux.

    Album de Kwong Wing Chan

  • 23

    Sunshine (OST) (2008)

    Sortie : 2008. Bande originale. 18 morceaux.

    Bande-originale de John Murphy

  • 24
    Écouter

    The General's Daughter (OST) (1999)

    Sortie : . 20 morceaux.

    Bande-originale de Carter Burwell

  • 25
    Écouter

    Un prophète (OST) (2009)

    Sortie : . 22 morceaux.

    Bande-originale de Alexandre Desplat

  • 26
    Écouter

    Valse avec Bachir (OST) (2008)

    Sortie : . Bande originale, electronique, cinéma & théâtre, rock et synthpop. 20 morceaux.

    Bande-originale de Max Richter

  • 27

    We Own the Night (OST) (2007)

    Sortie : . Bande originale. 24 morceaux.

    Bande-originale de Wojciech Kilar

  • 28
    Écouter

    Interstellar (OST) (2014)

    Sortie : . Musique classique contemporaine, bande-son, ambient, bande originale et cinéma & théâtre. 16 morceaux.

    Bande-originale de Hans Zimmer

  • 29

    Kagemusha (OST) (OST) (1980)

    Sortie : 1980. 23 morceaux.

    Bande-originale de Shin-ichiro Ikebe

  • 30
    Écouter

    Glory (OST) (1989)

    Sortie : 1989. Bande originale. 12 morceaux.

    Bande-originale de James Horner

  • 1
  • 2