Perpétuelle progression au pays du post-punk

Avatar Jambond Liste de

58 albums

par Jambond

Journal de mes découvertes autour du post-punk, de la new wave et de tous leurs dérivés... Y a forcément de la reco bonne à prendre, servez-vous :)

J'ai décidé de découper la liste en deux parties, par époque : le post-punk historique, disons jusqu'à 1984 à peu près, et le revival plus récent avec des groupes contemporains qui s'inspirent assez largement de cette riche période.
Au sein de chaque partie, je classe plus ou moins par ordre de découverte.

Je mets qu'un album par artiste et je renseigne les autres (si j'en ai écouté d'autres) dans le commentaire histoire de pas surcharger la liste.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Écouter

    The Real New Fall LP (Formerly Country on the Click) (2003)

    Sortie : . Electronique, rock garage, leftfield, rock et punk. 12 morceaux.

    Album de The Fall

    *** PARTIE 1 : POST-PUNK, 1977-1984 ***

    Donc le gars scinde sa liste en deux et démarre la période 1977-1984 par un disque sorti en 2003.
    Je commence volontairement par The Fall parce que ça a été mon premier pied dans le post-punk, avec ce disque. Qui, oui, est de 2003. Mais j'y suis trop attaché donc je le laisse, et puis je fais ce que je veux.

    C'est sans doute encore mon préféré de The Fall, en partie parce que c'est celui qui m'y a initié, mais je trouve qu'il renferme certains de leurs meilleurs titres. Evidemment il faut vraiment attaquer ce groupe par le début, le superbe Live at the witch trials (qui n'a rien d'un live), et puis la cascade d'albums des années 1980, qui viennent dépeindre le morne paysage post-industriel de Manchester. Mais The Fall, un des groupes les plus prolifiques qui soient, ne s'arrêtera jamais de sortir des disques, assez inégaux parfois mais toujours à part - always the same, always different. Celui de 2017 sera leur 32e (!) et dernier album, Mark E Smith nous quittant en janvier 2018.
    Un pilier.

    Live at the witch trials : 7
    Grotesque : 6
    Hex enduction hour : 5
    This nation's saving grace : 7
    Bend sinister : 6
    The frenz experiment : 6
    I am kurious oranj : 7
    Extricate : 6
    The unutterable : 5
    Country on the click : 8
    Fall heads roll : 7
  • Écouter

    Metal Box (1979)

    Sortie : novembre 1979. Dub, rock, expérimental, electronique et post-punk. 10 morceaux.

    Album de Public Image Ltd

    Après The Fall je me décide à m'attaquer à PiL, dont j'entends parler depuis longtemps, notamment à travers John Frusciante pour qui Keith Levene est le meilleur guitariste du monde. On comprend pourquoi sur un titre comme Albatross, complètement hypnotique.

    Pour situer, PiL c'est le groupe fondé par Johnny Rotten après la dissolution des Sex Pistols ; on est donc en plein dans le post punk, littéralement parlant.
  • Écouter

    Marquee Moon (1977)

    Sortie : . Art rock et post-punk. 8 morceaux.

    Album de Television

    Ecouté à peu près au même moment que ceux du dessus.
    Bon bah c'est un monument quoi. Son affiliation au "post punk" n'est pas forcément aussi évidente que pour d'autres, Television n'était pas spécialement en rejet de la scène punk (bien au contraire, ils en faisaient partie) ou de ses idéaux, mais ne s'en revendiquaient pas non plus. Ils faisaient juste les choses autrement. Il n'y a qu'à écouter la manière dont les guitares s'entremêlent, se répondent, cassent les codes habituels "lead vs rhythm"... cet album a 40 ans, et c'est encore plus inventif que la plupart de ce qui sort aujourd'hui. Et cette volonté de repousser les limites, c'est aussi ça le post punk.
  • Écouter

    Vs. (1982)

    Sortie : 1982. Rock et post-punk. 12 morceaux.

    Album de Mission of Burma

    Sur conseils d'un pote aussi, du post punk US bien burné. Le groupe ne durera pas, notamment à cause de problèmes d'audition chez le chanteur, la faute à des concerts joués beaucoup, beaucoup trop fort... Le voilà lors de la tournée d'adieu du groupe, casque anti-bruit sur les oreilles (oui oui) : http://images.sk-static.com/images/media/img/col3/20081215-100354-111104.jpg
  • Écouter

    Unknown Pleasures (1979)

    Sortie : . Post-punk. 10 morceaux.

    Album de Joy Division

    Et donc forcément j'arrête de tourner autour du pot et j'en viens à la bête, la référence. Dur au début, vraiment troublé par cette snare chelou, comme sifflante... Mais y a pas à chier, l'ambiance est dingue, et les lignes de basse vraiment lourdes. Gros disque.
    J'y reviens de plus en plus avec le temps, je commence vraiment à saisir sa puissance.

    Unknown pleasures : 8
    Closer : 6
  • Écouter

    Entertainment! (1979)

    Sortie : . Rock, new wave et post-punk. 12 morceaux.

    Album de Gang of Four

    Le coup de cœur absolu dès les premières écoutes. Peut-être le meilleur album de post punk que je connaisse aujourd'hui ? Textes incisifs, guitares qui découpent, basslines a-hu-ri-ssantes, et je pèse mes mots... Du LOURD.

    Il faudra que je prenne le temps de décrire un peu plus précisément ce que je ressens pour ce disque, parce qu'avec le temps sa puissance ne faiblit pas. Une de mes références.

    Entertainment! : 8
    Solid gold : 6
  • Care (1983)

    Sortie : 1983. Expérimental, electronique, synthpop et darkwave. 10 morceaux.

    Album de Shriekback

    Projet solo du bassiste de Gang of four, beaucoup moins marquant pour le coup...
    J'ai peut être été un peu sévère, il faudra que je réécoute avec quelques mois de recul.
  • Écouter

    Disintegration (1989)

    Sortie : . Rock alternatif, electronique, shoegaze, rock et new wave. 10 morceaux.

    Album de The Cure

    Comment parler new wave sans parler des Cure...

    Sauf que j'accroche pas des masses. J'ai commencé par cet album, et il résume bien ce que ce groupe m'inspire, je l'ai trouvé interminable et à part à de trop rares moments j'ai jamais réussi à rentrer dedans. C'est juste pas pour moi. Pornography pareil.
    Par contre j'ai bien aimé Seventeen seconds. Court, précis, droit au but, grosse face B. Et mon préféré reste le premier, Three imaginary boys. Avis assez impopulaire mais le versant punk des Cure me va bien mieux que ce trip cold wave qui a fait leur réputation.

    Three imaginary boys : 7
    Seventeen seconds : 7
    Pornography : 5
  • Écouter

    Fear of Music (1979)

    Sortie : . New wave et post-punk. 11 morceaux.

    Album de Talking Heads

    J'avais cet album depuis des années dans mon iTunes, écouté une ou deux fois sans vraiment saisir le délire... Et puis il a fallu que j'y revienne dans ma découverte du post punk, même si le début a été assez chaotique. J'ai commencé par Remain in light, que je n'ai pas compris tout de suite, il faut dire que le groupe évolue dans un univers vraiment à part ! Donc kiff moyen, mais curieux quand même, donc je tente les autres, et peu à peu... je comprends.
    Fear of music a été le déclic avec des titres comme Cities ou Electric guitar, complètement hypnotiques, et des lignes de basse folles. C'est pour ça que c'est lui que je mets dans cette liste. Mais plus j'écoute et plus tous les albums me collent à la peau, que ce soit Remain in light qui refait surface, ou les autres. Entre les copains de Television et la bande à Iggy, en 77 aux US, les gens ont vraiment pas dû comprendre ce qui leur arrivait...

    Un groupe à part, une vraie référence !

    Talking heads 77 : 7
    More songs about buildings and food : 7
    Fear of music : 8
    Remain in light : 8
    Speaking in tongues : 7
    Little creatures : 7
  • Écouter

    The Queen Is Dead (1986)

    Sortie : . Pop, rock et rock indépendant. 10 morceaux.

    Album de The Smiths

    Nouvel énorme coup de cœur immédiat avec ce disque, je me remets Bigmouth strikes again en boucle, j'en sors pas. Les textes de Morrissey sont sublimes. Grosse découverte.

    Avec le recul je les caserais pas dans le post punk, on est déjà dans une évolution beaucoup plus pop, le stade d'après si on veut. Je le laisse là parce qu'il est dans le top SC et surtout que je l'aime tellement d'amour, mais je le citerais pas dans mes références post punk, on s'en éloigne déjà.

    The Smiths : 7
    Meat is murder : 6
    Strangeways, here we come : 7
  • Écouter

    Seamonsters (1991)

    Sortie : . Rock indépendant et rock. 10 morceaux.

    Album de The Wedding Present

    Un groupe du nord de l'Angleterre dans la fin des années 80 a forcément un pied dans le post punk. The Wedding Present est comme une alternative aux Smiths, certes en moins poétique, ou à Joy Division, certes en moins torturé. En somme un groupe pas indispensable mais loin d'être désagréable, surtout sur la fin de ce disque qui n'est pas leur plus réputé ; généralement on cite leur premier, George Best, que je trouve moins intéressant.

    George Best : 6
  • Katarina II (1984)

    Sortie : 1984. 10 morceaux.

    Album de Katarina II

    Reco de Pinky, du post punk serbe sauce Talking heads. Bon j'ai pas adoré, mais y a des bonnes basslines.
  • Écouter

    Script of the Bridge (1983)

    Sortie : août 1983. Rock et new wave. 12 morceaux.

    Album de The Chameleons

    Les vrais papas d'Interpol, c'est eux ! Un disque sombre et prenant, pas aussi dense que je l'aurais espéré mais c'est un bon grower, on verra sur le long terme. Des sacrés titres, comme Monkeyland et Less than human.
  • Écouter

    In the Flat Field (1980)

    Sortie : octobre 1980. Rock, rock gothique, new wave et post-punk. 9 morceaux.

    Album de Bauhaus

    A première vue les cousins de Joy avec cette ambiance très noire... c'est effectivement le cas sur le début de l'album notamment, et des compositions mettant en avant la basse, hypnotisante. Mais Bauhaus explore aussi d'autres horizons : la bassline de Dive rappelle les Talking Heads, Nerves va chercher des sonorités latines, et certains riffs de guitare (Stigmata martyr) rappelleraient presque... Nirvana.
    Un vrai représentant de ce qu'est le post punk, avec un côté très arty, très expérimental tout en restant froid et techniquement simple. Un must.
  • Écouter

    Juju (1981)

    Sortie : . Rock, rock gothique et post-punk. 9 morceaux.

    Album de Siouxsie and the Banshees

    Pas ultra fan de la voix de Siouxsie à la longue mais le disque regorge de bonnes idées, la guitare est géniale de bout en bout et l'album est très homogène. Des titres comme Monitor c'est tout ce que j'aime dans le post punk (comme disait The Fall, We dig repetition in the music...).
  • Écouter

    Crazy Rhythms (1980)

    Sortie : 1980. Rock et rock indépendant. 9 morceaux.

    Album de The Feelies

    "The sound we were after was a reaction against the punk scene [...] Being a little older, we felt it had all been done before. We wanted the guitars to be cleaner, and we started experimenting with a lot of percussion."

    On est donc en plein dans le mille du post punk, et c'est une petite merveille, avec des morceaux à rallonge tout en répétition qui laissent libre expression à des petites guitares folles et des percussions étonnantes.
    Visiblement un oubli criant du top post punk SC, pour moi ça va direct dans le top du top !
  • Écouter

    Movement (1981)

    Sortie : . Rock et new wave. 26 morceaux.

    Album de New Order

    Suite logique de Joy, l'identité musicale n'a pas beaucoup changé, mais on a déjà plus un pied dans la new wave comme je l'entends, c'est à dire avec plus de synthé. Du coup album sympa, et j'en écouterai d'autres de New order parce que ça vaut le détour, mais sans plus.
  • Écouter

    Pink Flag (1977)

    Sortie : novembre 1977. Rock et punk. 21 morceaux.

    Album de Wire

    On est sur un monument, sûrement la meilleure porte d'entrée dans le post-punk (avec Gang of four) pour ceux qui viennent du punk. Le mix parfait, des morceaux courts et agressifs mais en plein dans les codes du post-punk : un côté arty, des textes loufoques, et un rejet des poncifs du rock au sens large. Pink flag renferme des pépites new wave comme Reuters, autant que des petites bombes punk comme Field day for the sundays... A écouter sans modération, avec les deux autres qui complètent cette indispensable trilogie.

    Chairs missing : 7 (mais timide)
    154 : 7, et le meilleur des trois
  • Écouter

    Q: Are We Not Men? A: We Are Devo! (1978)

    Sortie : juillet 1978. Rock et new wave. 11 morceaux.

    Album de DEVO

    Grand classique de SC apparemment donc je m'exécute : c'est un mélange étrange entre du blues rock et la new wave chelou des Talking heads. C'est surtout un énorme éjignât de catégorie 4, le groupe est vraiment dans un délire... qui fonctionne pas des masses sur moi, j'ai vraiment aimé Gut feeling et Mongoloid fonctionne bien, mais par exemple Jocko homo c'est the big no-no et c'est une chanson qui représente plutôt bien le délire Devo. C'est pas nul, c'est juste en demi teinte, je suis content de pouvoir ajouter Gut feeling à ma grande playlist post punk mais c'est à peu près tout pour moi.
  • Écouter

    Violent Femmes (1983)

    Sortie : avril 1983. Rock, rock alternatif et rock indépendant. 10 morceaux.

    Album de Violent Femmes

    On change complètement de style avec un album qui contribuera à la naissance du folk punk, très énergique et acoustique. Ce qui n'est pas sans rappeler Louise Attaque, dont le nom est un hommage aux Violent Femmes, et dont le premier album est produit par... Gordon Gano, leader des Femmes. Et ça s'entend ! Disque génial, une vraie bouffée d'air frais. Un de mes coups de cœur de cette liste.
  • Écouter

    The Velvet Underground & Nico (1967)

    Sortie : . Art rock et rock expérimental. 11 morceaux.

    Album de The Velvet Underground et Nico

    Un des quelques intrus des "meilleurs albums de post-punk" (avec Television ou Iggy par exemple), mais impossible de nier son importance et son influence : peut-être le premier album qui montrait qu'on pouvait faire de la musique expérimentale et élaborée sans être bon techniquement.
  • Écouter

    One + One by One (1982)

    Sortie : 1982. 15 morceaux.

    Album de Minimal Compact

    Un groupe israëlien, c'est suffisamment rare pour être écouté. Intéressant, on est en plein dans le post punk noir de Joy/Bauhaus, avec une touche orientale hélas trop épisodique. J'aurais aimé plus de morceaux comme Disguise. Content d'avoir découvert cette ambiance particulière mais j'ai rarement envie d'y revenir, ça manque trop de rythme pour moi.
  • Écouter

    Sonic Youth (EP) (1982)

    Sortie : mars 1982. No Wave et noise rock. 5 morceaux.

    EP de Sonic Youth

    On voit ça et là Sonic Youth associé au post punk, et jusqu'à l'écoute de cet EP je n'avais jamais vraiment compris pourquoi. Pour moi SY c'était avant tout Goo, Daydream nation, Dirty... les pères fondateurs du rock alt, sans doute inspirés par la scène punk US de la fin 70s mais de là à parler de post punk, il y a quand même un monde. Goo est quand même dans le top SC des meilleurs disques de post punk, un non sens total. A ce compte là toute la musique datée après 77 peut être catégorisée post punk, mais c'est pas du tout le délire...

    Et donc, il y a ce premier EP que je découvre sur le tard. Là, OK ! On est en plein dedans, une musique minimaliste, répétitive, des voix lancinantes... Sonic Youth va par la suite plus s'épandre dans le noise rock et le rock alternatif, et avec quelle réussite, mais ce premier essai est vraiment teinté d'un post punk froid et aventureux. Intéressant.
  • Écouter

    Shock of Daylight (EP) (1984)

    Sortie : avril 1984. Rock et new wave. 6 morceaux.

    EP de The Sound

    C'est assez sympa, notamment des super lignes de basse. Je suis pas non plus hyper hooked, c'est le côté très "new wave" du post punk, avec une voix très en avant, on sort un peu des sentiers punk. Je reste donc à 6 mais c'est un bon EP.
  • Écouter

    Real Life (1978)

    Sortie : juillet 1978. Rock et new wave. 9 morceaux.

    Album de Magazine

    L'autre groupe d'Howard Devoto, déserteur des Buzzcocks. Cet album est une petite pépite. Je recommande la critique de ZeBig, rien à rajouter : https://www.senscritique.com/album/Real_Life/critique/22835945
  • Écouter

    The Modern Dance (1978)

    Sortie : janvier 1978. Rock, new wave et punk. 10 morceaux.

    Album de Pere Ubu

    A boire et à manger dans ce classique du genre, la face A part assez fort avec des titres très punk, débridés, et des lignes de basse bien pêchues : Street waves ou Chinese radiation sont très sympa. Par contre ça se délite complètement sur la 2e moitié, à l'image d'une track comme Sentimental journey, à peine écoutable. Intéressant mais je reste sur ma faim !
  • Deceit (1981)

    Sortie : 1981. Rock alternatif, electronique, avantgarde, rock et expérimental. 11 morceaux.

    Album de This Heat

    Trop rarement écoutable pour moi, à la rigueur j'aime assez A new kind of water. Le reste c'est... du bruit ? J'ai pas bien compris, surtout que ce disque est visiblement très populaire.
  • Écouter

    Killing Joke (1980)

    Sortie : août 1980. Rock, new wave et post-punk. 8 morceaux.

    Album de Killing Joke

    Arf. Le délire est plus cernable que celui du dessus, mais je suis pas hyper convaincu notamment par l'ambiance, cette prod assez agressive qui me rappelle par exemple Big Black... Je vois ce qui plaît, c'est juste qu'à moi ça ne plaît pas. Avis plutôt tiède.
  • Écouter

    Drums and Wires (1979)

    Sortie : . Rock, new wave et rock indépendant. 14 morceaux.

    Album de XTC

    Un univers qu'on pourrait situer entre les Talking heads et Wire, ni vraiment punk, ni suffisamment pop pour basculer dans le côté kitch de la new wave. Et c'est vraiment pas mal !
  • Écouter

    Y (1979)

    Sortie : . Dub, rock, expérimental, electronique et avantgarde. 9 morceaux.

    Album de The Pop Group

    Gros délire tribal. Pas mon truc, c'est vraiment trop peu musical pour moi. Peut-être dans quelques années, qui sait...
  • 1
  • 2