Top 10 Livres selon Ikarovic

Avatar Ikarovic Liste de

10 livres

par Ikarovic contribuant au Top 100 livres des Tops 10
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1

    Voyage au bout de la nuit (1932)

    Sortie : 1932. Roman.

    Livre de Louis-Ferdinand Céline

    "Evidemment Alcide évoluait dans le sublime à son aise et pour ainsi dire familièrement, il tutoyait les anges, ce garçon, et il n'avait l'air de rien. Il avait offert sans presque s'en douter à une petite fille vaguement parente des années de torture, l’annihilement de sa pauvre vie dans cette monotonie torride, sans conditions, sans marchandage, sans intérêt que celui de son bon coeur. Il offrait à cette petite fille lointaine assez de tendresse pour refaire un monde entier et cela ne ce voyait pas.
    Il s'endormit d'un coup, à la lueur de la bougie. Je finis par me relever pour bien regarder ses traits à la lumière. Il dormait comme tout le monde. Il avait l'air bien ordinaire. Ça serait pourtant pas si bête s'il y avait quelque chose pour distinguer les bons des méchants."

    "Figurez-vous qu’elle était debout leur ville, absolument droite. New York c'est une ville debout. On en avait déjà vu nous des villes bien sûr, et des belles encore, et des ports et des fameux mêmes. Mais chez nous, n'est-ce pas, elles sont couchées les villes, au bord de la mer ou sur les fleuves, elles s’allongent sur le paysage, elles attendent le voyageur, tandis que celle-là l’Américaine, elle ne se pâmait pas, non, elle se tenait bien raide, là, pas baisante du tout, raide à faire peur."
  • 2

    La Promesse de l'aube (1960)

    Sortie : 1960. Autobiographie & mémoires et roman.

    Livre de Romain Gary (Émile Ajar)

    "Je revenais du lycée et m'attablais devant le plat. Ma mère, debout, me regardait manger avec cet air apaisé des chiennes qui allaitent leurs petits.
    Elle refusait d'y toucher elle-même et m'assurait qu'elle n'aimait que les légumes et que la viande et les graisses lui étaient strictement défendues.
    Un jour, quittant la table, j'allai à la cuisine boire un verre d'eau.
    Ma mère était assise sur un tabouret; elle tenait sur ses genoux la poêle à frire où mon bifteck avait été cuit. Elle en essuyait soigneusement le fond graisseux avec des morceaux de pain qu'elle mangeait ensuite avidement et, malgré son geste rapide pour dissimuler la poêle sous la serviette, je sus soudain, dans un éclair, toute la vérité sur les motifs réels de son régime végétarien."
  • 3

    Poésies · Une saison en enfer · Illuminations (1873)

    Sortie : 1873. Poésie.

    Livre de Arthur Rimbaud

    "Par les beaux soirs d’été, j’irai dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l’herbe menue ;
    Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds :
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue...

    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien...
    Mais un amour immense entrera dans mon âme :
    Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
    Par la nature, - heureux comme avec une femme !"

    20 avril 1870
  • 4

    La Vie devant soi (1975)

    Sortie : 1975. Roman.

    Livre de Romain Gary (Émile Ajar)

    "Je ne sais pas si je vous ai fait savoir que Madame Rosa avait toujours le portrait de monsieur Hitler sous son lit, et quand ça allait très mal, elle le sortait, elle le regardait, et ça allait tout de suite mieux"
  • 5

    Ravage (1943)

    Sortie : 1943. Roman et science-fiction.

    Livre de René Barjavel

    "Le jeune homme devint livide. Il fit un geste pour repousser l'arme, mais, devant le regard de François, se reprit, empoigna le manche, essuya d'une main la sueur qui lui perlait au front, et se dirigea vers la pièce où les prisonniers ficelés, les blessés et les morts gisaient sur les matelas.
    Une gerbe de hurlements s'éleva derrière la cloison. Des chocs sourds coupèrent net un cri, puis un autre. Un autre coup sonna, une autre voix se tut. La dernière filait une note suraigue, sous la pression de l'épouvante. Un coup de hache la trancha net. Un silence définitif s'établit. La porte s'ouvrit lentement. La silhouette trapue de Martin parut. La hache lui pendait au bout du bras. Il regardait ses compagnons d'un regard fixe, halluciné."
  • 6

    La Mort du roi Tsongor

    Sortie : . Roman.

    Livre de Laurent Gaudé

    "Le clan Tsongor était là. Réuni autour du père pour la dernière fois. Dans une épaisse odeur d'encens. Ils pleuraient sur la mort du vieillard. Ils pleuraient sur la vie d'autrefois. Ils pleuraient sur les combats à venir."
  • 7

    Contes du jour et de la nuit (1885)

    Sortie : 1885. Recueil de contes.

    Livre de Guy de Maupassant

    "Il vivait comme les bêtes des bois, au milieu des hommes sans connaître personne, sans aimer personne, n'excitant chez les paysans qu'une sorte de mépris indifférent et d'hostilité résignée. (...) Il attendait on ne sait quoi, de cette vague attente qui demeure constamment en nous. Il attendait au coin de cette cour, sous le vent glacé, l'aide mystérieuse qu'on espère toujours du ciel ou des hommes, sans se demander comment, ni pourquoi, ni par qui elle lui pourrait arriver."
    - Le Gueux
  • 8

    Minority Report et autres récits (1956)

    The Minority Report

    Sortie : janvier 1956. Science-fiction et recueil de nouvelles.

    Livre de Philip K. Dick

    "I will go, he said to himself. Before I die i'll see Mars. […]
    "I'm going to work," he said, rising to his feet, his breakfast forgotten. "That's what's going to become of me."
    She eyed him. "You're getting worse. More fanatical every day. Where's going to lead ?"
    "To Mars," he said and opened the door to the closet to get down a fresh shirt to wear to work."

    - We can remember it for you wholesale (Souvenirs à vendre)
  • 9

    D'un château l'autre (1957)

    Sortie : . Roman et récit.

    Livre de Louis-Ferdinand Céline

    "[…] après bien des aller et retour je termine vraiment au plus… y a l’âge, vous me direz… y a l’âge ! … c’est entendu ! … à 63 ans et mèche, il devient extrêmement ardu de se refaire une situation… de se relancer en clientèle… ci ou là ! … je vous oubliais ! …. Je suis médecin… la clientèle médicale, de vous à moi, confidentiellement, est pas seulement affaire de science et de charme personnel… le charme personnel passé 60 ans ?... vous pouvez faire encore mannequin potiche au musée… peut-être ? … intéresser quelques maniaques, chercheurs d’énigmes ? … mais les dames ?"
  • 10

    Ce qu'il advint du sauvage blanc

    Sortie : . Roman.

    Livre de François Garde

    "Alors, il découvrit qu'il était seul. Il poussa un hurlement, qu'aucun navire ne pouvait entendre. Incapable de penser, fébrile, il fut comme pris de folie : il descendit la falaise à toute vitesse, dérapant, griffé, manquant deux fois se rompre le cou, sauta sur le sable, dévala l'estran, entra dans l'eau jusqu'à la poitrine pour se rapprocher autant qu'il était possible du bateau enfui et hurla de nouveau, cri de rage et appel au secours."