Top séries 2019-2020

Avatar Skyler-m Liste de

19 séries

par Skyler-m
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Dark (2017)

    51 min. Première diffusion : . 3 saisons. Science-fiction, policier et drame.

    Série de Baran bo Odar et Jantje Friese avec Louis Hofmann, Lisa Vicari, Andreas Pietschmann

    Saison 2.
    J'ai été happée par cette seconde saison. La série a décidé de complètement assumer sa temporalité, ses personnages et destinés entremêlés. On ne peut entrer dans l'histoire que si on adhère à cela. Sinon pour moi ça ne sert à rien de regarder la série.
    J'ai aimé l'ambiance de la saison, ce sentiment d'une tragédie sur un siècle. Il faut dire que petite j'avais un faible pour les téléfilms saga familiale en plusieurs parties et sur plusieurs générations.
    Alors oui, quand on y réfléchis, on n'a pas vachement avancé cette saison. De nouvelles questions et réponses (et liens) ont été ajouté à celles du départ. Ce sont plutôt des blancs qu'on supposait, qui ont été confirmé. Mais ça n'enlève pas que j'ai adoré regarder cette série cette année et que je suis impatiente de voir la suite.
  • 2
    Bande-annonce

    The Handmaid's Tale : La Servante écarlate (2017)

    The Handmaid’s Tale

    55 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame, thriller et science-fiction.

    Série de Bruce Miller avec Elisabeth Moss, Yvonne Strahovski, Joseph Fiennes

    Saison 3.
    Cette troisième saison m'a a nouveau touché de tant de manières. J'ai eu envie d'insulter certains personnages pour leur hypocrisie, leur cruauté. J'ai été désolée de voir des personnages sombrer à la limite de la folie. J'ai eu peur des risques que certains d'entre eux étaient capables de prendre. J'ai été émue par le retour à la liberté d'Emily et les blessures émotionnelles et incompréhensibles par ceux ne l'ayant pas vécu. J'ai trouvé fort et beau cette façon dont ces femmes (Marthas et Handmaids) trouver leur survit dans la lutte. Beaucoup d'émotions, de justesse, encore de fortes dénonciations et des avancées importantes dans cette histoire. Même si il m'est apparut que la survit de June et sa marche de manœuvre était un poil improbable. Je ne vois pas comment elle pourra continuer à exister à Gilead une saison supplémentaire.
  • 3
    Bande-annonce

    Orange Is the New Black (2013)

    1 h. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie, policier et drame.

    Série de Jenji Kohan avec Taylor Schilling, Laura Prepon, Selenis Leyva

    Saison 7.
    Il y a bien longtemps qu'Orange is the new black ne nous avait pas livrée une aussi bonne saison et c'est bien que ce soit pour son final. Je l'ai trouvé percutante dans ses sujets (la rédemption, la réinsertion, le traitement des immigrés...), dans une vraie continuité des intrigues préalablement mises en place. Il y avait ce qu'il faut d'une conclusion à la fois douce amer mais teinté d'espoir. Une belle conclusion.
  • 4
    Bande-annonce

    Sex Education (2019)

    54 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et drame.

    Série de Laurie Nunn avec Asa Butterfield, Gillian Anderson, Emma Mackey

    Saison 2.
    J'ai encore passé un bon moment devant la série. Cette saison me semble un peu moins structurée que la saison passée, nous proposant plutôt une forme assez classique. L'évolution des personnages reste intéressante à suivre. Ils arrivent tous à nous toucher par des instants d'honnêteté qui font u bien. Les sujets sont variés et assez moderne. Certains d'entre eux sont même carrément nécessaire.
  • 5
    Bande-annonce

    Unbelievable (2019)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Policier, drame et mini-série.

    Série de Susannah Grant, Michael Chabon et Ayelet Waldman avec Kaitlyn Dever, Toni Collette, Merritt Wever

    Minisérie.
    Une bonne minisérie, dont le thème est particulièrement porteur ces derniers temps, mais aussi absolument nécessaire. Le premier épisode est saisissant, et pose les bases d'une réalité bien difficile à avaler. Les deux épisodes suivants mettent peu à peu en place le contexte d'une enquête qui nous tiendra en haleine tout au long de la saison. On voit les inspectrices tatonner, mais sans jamais vouloir baisser les bras. Chaque petite avancée est importante et on veut continuer de voir la suite pour qu'enfin on découvre l'auteur de ces horreurs et qu'il soit enfin arrêté. Tout cela est entrecoupé par des scènes de la première victime, qu'on voit broyer par un système et qui tente de se reconstruire dans un monde ou sa parole a été mise en doute et ou la confiance a été brisée. Une série choc.
  • 6
    Bande-annonce

    Dare Me (2019)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame.

    Série de Megan Abbott et Gina Fattore avec Willa Fitzgerald, Herizen F. Guardiola, Marlo Kelly

    Saison 1.
    Pour moi, Dare Me réussi à raconter avec beaucoup de profondeur les relations toxics, de pouvoir, d'admiration entre plusieurs personnages. Ces femmes (principalement le Coach et Beth, mais Addy n'est pas toute blanche non plus) savent qu'elles plaisent, savent ce qu'elles valent, savent le pouvoir qu'elles ont, les unes sur les autres, et face aux hommes. Tout n'est qu'ascendant, domination. Lorsqu'elles perdent cela, ou qu'on les supplantes, de quoi sont-elles capables ? Voilà pour moi de quoi parle la série. Et elle le fait très bien, dans ce contexte de ville perdue, dont la seule issue est le cheerleading (un peu à la façon Friday Night Lights, ce n'est donc pas un hasard que j'ai apprécié). Pour moi, l'histoire en toile de fond, avec la mort d'un personnage, qui plane sur une partie de la saison, jusqu'à par finir par avoir lieu, n'est qu'un prétexte narratif, quelque chose de plus, pour accrocher des téléspectateurs. Ce n'est qu'un élément artificiel supplémentaire, pour illustrer les rapports de forces entre les personnages et la complexité des relations entre elles. Notons, aussi, la force de l'épisode 5 de la saison. La série mérite presque d'être vue, juste pour lui.
    C'est dommage que Dare Me n'ait pas de suite, car elle le méritait. Son traitement, son sujet, ses personnages assez complexes et torturés, faisait du bien aux séries pour ado.
  • 7
    Bande-annonce

    Mindhunter (2017)

    53 min. Première diffusion : . 2 saisons. Thriller, policier et drame.

    Série de Joe Penhall avec Jonathan Groff, Holt McCallany, Anna Torv

    Saison 2.
    J'ai trouvé cette seconde saison réussi sur beaucoup de choses, mais curieusement un peu bancal. J'ai aimé la mise en scène, la musique toujours très bien utilisé, qui aide a créé une atmosphère très particulière. Le début de la saison m'a enchanté, tant il remet en place les enjeux de l'équipe sur leur recherche, en y ajoutant un côté politique, tout en persistant sur les dommages sur la vie personnelle. L'aspect politique est d'ailleurs tout du long de la saison traité et rend le propos de la série d'autant plus complexe, juste, fascinant mais aussi frustrant. Pour moi c'est une des réussite de cette saison, d'autant plus que c'est traité de façon assez subtile, ce qui abouti à comprendre un final de saison qui se termine en demi teinte.
    Ce que j'ai trouvé décevant par contre c'est qu'au fur et à mesure que la saison s'est intéressée à l'enquête lié à Atlanta, certes absolument passionnante, elle y a délaissé peu à peu la partie à Quantico. Ce qui, en soit n'est pas un problème, mais j'ai trouvé que la partie autour de Wendy était artificiel. Pourtant, je suis la première a apprécier le traitement de relation lesbienne dans les séries, mais encore faut il que ça ait un intérêt et là j'ai vraiment eu l'impression que c'était là pour occuper le personnage pendant que les autres menaient une enquête.
    A mon sens, l'équilibre entre l'enquête de la saison et les recherches sur les serial killer n'a pas été parfait cette saison. D'autant plus que je reviens sur les introductions d'épisodes avec le tueur en série qu'on suit depuis la saison 1. Je continue à penser que c'est artificiel, personnellement ça ne m'intrigue pas, ça ne m'accroche pas.
  • 8
    Bande-annonce

    Élite (2018)

    50 min. Première diffusion : . 3 saisons. Policier, drame et thriller.

    Série de Carlos Montero et Darío Madrona avec María Pedraza, Itzan Escamilla, Miguel Bernardeau

    Saison 2.
    Cette seconde saison est bien meilleure que la première. Principalement parce que la série a laissé un suspend les révélations du final, et elles marquent cette deuxième partie, d'une façon intelligente. Un peu comme si la première saison n'était qu'une introduction.
    On en voit les personnages hantés, par la culpabilité, la peur, la honte, la rage, des dilemmes moraux, l'instinct de survie, les inclinaisons du cœur. Les personnages deviennent plus sombres, les relations qui se tissent sont plus noires, plus néfastes, plus destructrices. Des rancœurs se créaient, des méfiances, des trahisons d'une violence inouïe, mais fait en silence. Les claques sont invisibles, et les égos meurtris se taisent. Les larmes aux yeux, ils éliment le couteau invisible de la vengeance, ils le planteront en plein cœur, mais ils souriront jaune.

    Saison 3.
    Efficace, toujours dans le même ton, mais moins percutant que la saison précédente, plus brouillonne. Les intrigues accrochent moins, tout en se laissant regarder.
  • 9
    Bande-annonce

    Unorthodox (2020)

    53 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série et drame.

    Série de Anna Winger et Alexa Karolinski avec Shira Haas, Jeff Wilbusch, Amit Rahav

    Minisérie.
    La série nous plonge dans la communauté juive orthodoxe de façon plutôt intelligente. En effet, la narration alterne entre le présent du personnage principal qui a fuit New York (plutôt le quartier de Williamsburg) et son mariage, pour tenter de trouver sa voie à Berlin, et des flashbacks de sa vie dans cette communauté. Ainsi, on apprend les éléments de sa précédente vie au fur et à mesure, ce qui permet d'à la fois découvrir ce monde et son fonctionnement particulier (que je connaissais pour ma part un peu déjà, pour avoir lu et vu des choses sur le sujet) mais aussi de comprendre ce qui l'a poussé à partir. Mais les aller-retour présent-passé permettent d'éviter que ces flashbacks soient trop lourd si ils avaient été raconté de façon linéaire.
    Ce que j'ai apprécié surtout, c'est qu'on suit à la fois Esty et son mari, Yanky, qui tente, lui, de la retrouver. On voit alors, le poids étouffant de cette communauté sur lui aussi.
    De plus, je n'ai pas trouvé que la série était trop jugeante sur le sujet. Elle conte le parcours de ces jeunes, qui tentent de trouver leur place dans la vie, alors même que, peut-être, le chemin qu'on leur avait tracé n'est pas forcément celui qui leur convient. Ce tiraillement entre les traditions, le lien familial et la foi et l'envie de plus, ailleurs, est très bien retranscrit dans la série.
  • 10
    Bande-annonce

    Stranger Things (2016)

    51 min. Première diffusion : . 4 saisons. Fantastique, Épouvante-horreur, drame et science-fiction.

    Série de Matt Duffer et Ross Duffer avec Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard

    Saison 3.
    J'ai trouvé cette troisième saison bien plus sympa à suivre que la précédente. Peut-être parce que je me suis habituée à ce que les groupes soient éclatés et que tout se réunit vers la fin. Même si ici, tous les personnages m'ont paru jouer un rôle, ce qui n'était pas mon sentiment en saison 2. L'ambiance était bien plus fun et fraîche, tout en contrebalançant avec un basculement un peu plus gore parfois. Je me suis bien amusée à suivre les personnages et cette histoire, c'était drôle, rythmée, quelque fois assez juste dans les relations humaines. Alors, certes la série a basculé dans quelque chose qui frôle le ridicule avec les russes, mais j'ai décidé que je préférais ça à un ton trop sérieux.
  • 11
    Bande-annonce

    Mes Premières Fois (2020)

    Never Have I Ever

    28 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Mindy Kaling et Lang Fisher avec Maitreyi Ramakrishnan, Poorna Jagannathan, John McEnroe

    Saison 1.
    J'ai passé un très bon moment devant la série. C'est frais, c'est drôle, c'est rythmé. Que demander de plus ?
  • 12
    Bande-annonce

    Killing Eve (2018)

    40 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Phoebe Waller-Bridge avec Sandra Oh, Jodie Comer, Fiona Shaw

    Saison 3.
    La série perd en intérêt, en fil conducteur structuré. Pour moi ça manquait d'envergure, ça manquait surtout de structuration. Cela m'a donné l'impression que les scénaristes n'étaient eux-même pas convaincu du scénario de la saison. Au fond, ce qui les intéresse plus, c'est de traité de Villanelle, mais il faut assumer ce choix, car là ça déséquilibre complètement la narration et du coup on ne s'intéresse ni à l'un, ni à l'autre. Heureusement que Jodie Comer porte la série sur ses épaules. Elle me fait penser à Tatiana Maslany, on a juste envie de retrouver la série pour la voir jouer. Le final rattraper la saison de la belle façon. Car c'est surtout ça que je garde en tête, le dernier épisode, cette dernière scène.
  • 13
    Bande-annonce

    Impulse (2018)

    50 min. Première diffusion : . 2 saisons. Science-fiction, drame et action.

    Série de Jeffrey Lieber avec Maddie Hasson, Sarah Desjardins, Enuka Okuma

    Saison 2.
    J'ai été un peu déçue par cette seconde saison. J'ai aimé retrouvé son ambiance, le froid, les doutes, les peurs des personnages. Mais le choix de se centrer en grande partie sur Henry met un peu de côté Townes et Jenna et leur dynamique. Ce qui est dommage car quand la série l'explore elle touche quelque chose, on sent bien les craintes des personnages, ce lien entre eux, lié à la peur, au secret qu'ils partagent, à cette envie de soutenir, mais aussi de douter de leur amie. J'ai aimé qu'on explore plus Nikolai, son passé. Son histoire complexifie les enjeux, les humanises. Mais je n'ai pas réussi à déterminer si l'affaire était du coup trop simpliste ou pas suffisamment bien écrite pour élever les doutes et les échelles des intrigues. A voir ce que nous prépare la saison 3, si il y a, j'avoue ne pas avoir été vérifier. J'ai quand même passé un bon moment devant cette série, que j'apprécie bien quand même. Mais la construction un peu décousue de la série éparpille trop les histoires et n'arrivent pas à créer un vrai sentiment d'ensemble qui lie correctement tous les personnages.
  • 14
    Bande-annonce

    The L Word : Generation Q (2019)

    50 min. Première diffusion : . 2 saisons. Drame.

    Série de Marja Lewis Ryan avec Jennifer Beals, Katherine Moennig, Leisha Hailey

    Saison 1.
    Dans un sens ça m'a fait plaisir de retrouver une part de la série, parce que malgré tous les défauts de TLW, on n'a pas eu beaucoup d'autres séries avec autant de personnages lesbiennes. Et quand on manque de représentation, on se raccroche à ce qui se fait. Alors certes, TLW n'est plus aussi nécessaire qu'elle l'était à une époque, mais c'est cool d'avoir cette proposition à l'écran. D'autant plus que cette nouvelle génération a l'intelligence de mixer anciens protagonistes emblématiques (Bette, Alice et Shane (par contre le look de cette dernière bloquée dans le début des années 2000 à 40ans...)) et nouveaux personnages plus diversifiés en genre et en race. Elle résout ainsi une part de ce qui est gênant dans l'ancienne série.
    Mais cette nouvelle génération reste tout de même globalement sur la même trame que la précédente : du drama, du drama, du drama, dans un LA de la réussite. En bref, ne pas regarder cette série pour sa crédibilité scénaristique, son évolution de personnages cohérents et construit, et sur une quelconque ressemblance à la réalité. Enfin, je ne sais pas, je suis ne pas une riche star lesbienne de LA, qui sait !
    Bref, du pur divertissement !
  • 15
    Bande-annonce

    Atypical (2017)

    34 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie, drame et romance.

    Série de Robia Rashid avec Keir Gilchrist, Jennifer Jason Leigh, Brigette Lundy-Paine

  • 16
    Bande-annonce

    Trinkets (2019)

    27 min. Première diffusion : . Comédie et drame.

    Série de Kirsten Smith, Emily Meyer et Amy Andelson avec Brianna Hildebrand, Kiana Madeira, Quintessa Swindell

    Saison 1.
    Une série assez oubliable. Ce n'est pas qu'elle est mauvaise, mais elle n'apporte pas grand chose. L'histoire des pickpockets est un prétexte pour parler des faux semblant à l'adolescence. C'est sympathique de voir que les personnages sont bien plus nuancés que le stéréotype qu'elles donnent d'elle. Mais ça manque d'âme, d'intérêt, d'accroche. Si vite vu, si vite oublié.
  • 17
    Bande-annonce

    Grey's Anatomy (2005)

    44 min. Première diffusion : . 16 saisons. Drame, romance, médical et soap.

    Série de Shonda Rhimes avec Ellen Pompeo, Patrick Dempsey, Sandra Oh

    Saison 16.
    BON. Disons le, c'était la pire saison de GA. Et pourtant y'en a eu des mauvaises ! Mais là j'ai eu l'impression d'assister à des scénaristes ayant remplacé les stylos par des tronçonneuses.
    Je n'ai pas bien compris ce sabordage d'ailleurs, parce qu'au début j'ai bien aimé cette idée de second hôpital, ça permettait une belle comparaison avec l’hôpital qu'on connait depuis toujours, ainsi que de nouveaux challenges pour certains personnages. Et en l'espace de 2sec tout a été zappé... Je déteste quand on n'assume pas certaines orientations scénaristiques comme ça. Grey's Anatomy a de nombreux défauts, mais pas celui-ci normalement. En plus j'ai plutôt bien apprécié l'ajout du nouveau pédiatre. Et je n'en reviens pas de dire ça, mais limite le plus réjouissant c'est Amélia et Link (si on oublie le passage sur la question de la paternité *roulement des yeux*).
    BON, du coup, qu'est-ce-qui n'allait pas ? En dehors de l'exit peu crédible d'Alex. Je m'interroge vraiment sur les raisons d'un départ ainsi mené. Comment l'acteur et les scénaristes après 16 ans d'investissement n'aient pas fait un minimum d'effort pour cette sortie... Deux personnages cette saison sont parties en vrille, avec des intrigues mais affreuses, une absence de cohérence pour l'un, de l'exagération pour l'autre. Je parle de Teddy et DeLuca. Perso, j'aimais bien Teddy, mais là elle me sort par les yeux. Et DeLuca, on s'entend que depuis qu'il est dans cette série ils ne savent pas quoi en faire ?
    Je ne vais même pas revenir sur tous les personnages qui sont devenus inexistants, inintéressants, etc. Juste, heureusement que Jo et Schmitt sont là pour égayer les épisodes.
    Je termine par souligner que je n'en peux plus de ces crossovers avec la série sur les pompiers. Je m'en fiche, je ne compte pas regarder cette série, donc stop de nous couper les intrigues en deux. Du coup ça me démobilise de certaines histoires.
  • 18
    Bande-annonce

    Secret Bridesmaids' Business (2019)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, drame et romance.

    Série de Tori Garrett et Jennifer Perrott avec Abbie Cornish, Katie McGrath, Georgina Haig

    Saison 1.
    Autant le postulat de départ et le premier épisode était plutôt convaincant et donnait envie de voir la suite, autant le reste m'a vraiment laissé dubitative. J'ai trouvé la série très mal rythmée, avec ce faux suspens concernant "l'évènement" du mariage en début de chaque épisode, tout ça pour un petit flop dans le final. J'aimais bien le parti pris du départ avec cet amant éconduit manipulateur qui fait vivre à son ancienne amante un enfer, mais ça vire au too much au fur et à mesure de la saison, notamment quand les autres filles sont impliquées dans ce jeu. Enfin, ce final, m'a donné deux impressions : tout ça pour ça et le sentiment que tout était expédié en 2-2 dans les dernières minutes... Globalement, j'ai trouvé la série mal écrite et mal rythmée, ce qui est bien dommage car j'ai trouvé les actrices vraiment bonnes dans leur rôle.
  • 19
    Bande-annonce

    Formula 1 : Pilotes de leur destin (2019)

    Formula 1: Drive to Survive

    40 min. Première diffusion : . 2 saisons. Documentaire et sport.

    Série de Sophie Todd avec Daniel Ricciardo, Kevin Magnussen, Fernando Alonso

    Saison 2.
    Cela faisait plaisir de retrouver les pilotes qu'on a suivi la saison passée. L'entrée de Mercedes et Ferrari ajoute en profondeur à la série, elle gagne sur l'aspect complet de l'histoire raconté. Par contre, en élargissant les voix, elle perd en profondeur sur les enjeux des petites et moyennes écuries. J'aimais voir leur challenge et c'était moindre cette saison.
    Hâte de voir une saison 3, une année si particulière !