US RAP/R&B 2020

Avatar Comeaulo Liste de

66 albums

par Comeaulo

Le temps passe, les listes US RAP/R&B restent. Le concept reste le même pour cette 5ème liste du nom, en revanche la décennie, elle, change.

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Écouter

    From King To A GOD (2020)

    Sortie : . 14 morceaux.

    Album de Conway

    On ne va pas se le cacher, j'ai pris le train un peu en retard concernant les projets des membres de Griselda. Si j'ai très souvent entendu parler d'eux depuis quelques années, notamment depuis leur signature sur le label Shady Records, je n'ai jamais pris le temps d'écouter des projets complets, me contentant uniquement de visionner quelques clips ici et là sur YouTube. Mais face au grand nombre de projets sortis par les 3 membres du groupe en 2020, il était temps de s'y mettre sérieusement. Et bien m'en a pris.

    From King To A GOD est certainement le projet le plus "abordable" pour celles et ceux qui ne connaissent pas le passif du trio. Conway s'est effectivement entouré de nombreux producteurs pour réaliser ce projet, ce qui nous permet de le retrouver dans des postures variées qui font étalage de tout son talent. On y relate notamment The Alchemist, Havoc, Hit Boy ou DJ Premier pour ne citer qu'eux.

    Mais le projet n'aurait pas eu la même allure sans la liste des copains qu'il a conviés : ses acolytes de Griselda Records évidemment, Lloyd Banks, Freddie Gibbs, Method Man, etc..

    Enfin, on ressent vraiment la détresse du rappeur face à la disparition tragique de Shay, un DJ l'ayant accompagné de ses débuts jusqu'au succès qu'il rencontre aujourd'hui. Le morceau Forever Droppin Tears en est l'exemple le plus concret.

    A l'aise aussi bien techniquement que lyricalement et capable d'être solide sur des beats qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, Conway nous livre un magnifique projet qui ne fait que renforcer la légitimité de Griselda Records. On en redemande.
  • 2

    Alfredo (2020)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Freddie Gibbs et The Alchemist

    A ce rythme, on va considérer la chose comme une généralité : un album collaboratif comprenant Freddie Gibbs est toujours très bon.

    Nous connaissions évidemment le duo avec Madlib à travers les excellents Pinata et Bandana, deux excellents albums mettant en lumière les qualités des deux protagonistes. Avec Alfredo, Gangsta Gibbs s'associe cette fois-ci à The Alchemist, autre pointure dans le milieu que je connais surtout grâce à Prodigy.

    La formule fonctionne de nouveau ici. Les productions sont léchées, minutieuses et deviennent redoutables lorsque Freddie Gibbs délivre son flow si singulier. Les interventions sont excellentes : de Rick Ross à Benny the Butcher en passant par Tyler, The Creator à Conway, le spectre de Griselda Records plane au-dessus du projet.

    L'album est solide de A à Z et sa courte durée permet de le savourer sans modération. Une grande réussite, on en redemande !
  • 3
    Écouter

    King’s Disease (2020)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de Nas

    Après un Nasir sauce Kanye en 2018 et un Lost Tapes 2 sauce compilation brouillonne en 2019 - deux bons projets à mes yeux - Nas est de retour avec un "VRAI" album solo, le premier depuis l'intéressant Life Is Good en 2012. Armé d'un Hit-Boy gonflé à bloc d'un côté et de ses éternelles qualités de narrateur de l'autre, que vaut ce King's Disease ?

    Pour aller à l'essentiel, je dirais que c'est une grande réussite et presque même une claque quand on connaît les limites rencontrées par Nas depuis le début du millénaire. Il s'agit potentiellement de la première fois sur les 15-20 dernières années où la direction artistique suivie par le projet n'est pas déconnante et se cantonne à une logique implacable.

    Si le choix d'avoir opté pour un producteur unique sur l'ensemble du projet explique ce ressenti, on retrouve également un Nas très juste du début à la fin de l'album. Un regain d'énergie qui fait plaisir à voir et qui intensifie une alchimie indéniable entre lui et Hit Boy.

    Soyons honnêtes : à moins d'une fin d'année incroyable, l'album devrait aisément terminer dans mon top 10 en 2020. La décennie du rebond pour Nas ?
  • 4

    RTJ4 (2020)

    Sortie : . Hip-hop hardcore et rap conscient. 11 morceaux.

    Album de Run the Jewels

    Killer Mike et El-P sont de retour 4 ans après RTJ 3 soit la plus longue attente entre deux albums depuis le début de la saga en 2013.

    Pas besoin de tourner autour du pot ici : c'est une nouvelle fois un grand OUI pour ce duo qui poursuit son sans faute.

    Production, technique (les couplets de Killer Mike sont impressionnants bordel), propos (dont l'écho est encore plus grand en cette période), tout y est. L'énergie et la folie qui se dégagent du projet nous arrive en pleine tronche, et comme à chaque fois la formule fonctionne.
  • 5
    Écouter

    The Light Pack (EP) (2020)

    Sortie : . 3 morceaux.

    EP de Joey Bada$$

    J'ai un peu hésité avant de taper un grand 8 sans sourciller sur un EP de 3 morceaux mais c'est un 8 d'encouragement : Joey doit absolument nous sortir un album complet reprenant les mêmes bases que ce Light Pack.

    L'ambiance est sage, Joey l'est aussi et nous délivre une excellente prestation, sans oublier un invité de marque en la personne de King Push.. Que demande le peuple ?

    Une mise en bouche très satisfaisante, j'espère le revoir très vite sur un format plus long mais sur une atmosphère qui s'approche de celle de cet EP.
  • 6

    now, more than ever (EP) (2020)

    Sortie : . 6 morceaux.

    EP de Flatbush Zombies

    Chaque membre des Flatbush Zombies pourrait toucher sa bille en solo. 3 mecs comme ça qui s'assemblent et qui surfent sur le même délire (musical mais pas que, comme la piste "Herb" peut le démontrer sur cet EP) donne un résultat qui conforte leur position de groupe phare de la scène hip hop US depuis plusieurs années.

    Si l'egotrip et la fumette suffisaient à décrire leurs premiers succès, le groupe a bien évolué depuis mais n'en oublie pas pour autant ses racines. En revanche, musicalement parlant, les Flatbush ne cessent de prouver qu'ils sont passionnés. C'est une des raisons pour lesquelles je suis prêt à les écouter dans des registres bien différents. Ils savent y faire et la ferveur qu'ils dégagent dans leurs prestations est facilement palpable. Cela n'arrive pas souvent.

    Je vous conseille évidemment d'aller jeter un oeil à leur Tiny Desk sur YouTube : acoustique et rap peuvent aller de paire. On le savait déjà lorsqu'on regardait les prestations de Tyler ou Freddie Gibbs et Madlib sur cette même chaîne, les Flatbush le confirment.

    Vivement le prochain album.
  • 7
    Écouter

    Savage Mode II (2020)

    Sortie : . Trap. 15 morceaux.

    Album de 21 Savage et Metro Boomin

    Difficile de ne pas associer Metro Boomin à l'ascension fulgurante rencontrée par 21 Savage ces dernières années. Beaucoup de projets sont apparus depuis le premier Savage Mode (en 2016?) et même s'il est évident que 21 Savage s'est bonifié en tant que rappeur, les gros succès qu'il a rencontrés ont très souvent été la résultante de la présence de Metro Boomin à la production.

    Savage Mode II se distingue du premier volet par son accessibilité au plus grand public. Si l'on retrouve quelques ambiances sombres rappelant ce premier acte, on reste sur un projet bien plus abordable pour toute personne n'étant pas coutumière du style proposé par les deux protagonistes depuis leurs débuts.

    Bien que je sois très fan de cette ambiance obscure et inquiétante, je dois reconnaître que le talent de producteur de Metro Boomin dépasse largement cette frontière et qu'on se prend vite au jeu même sur des sonorités qui sortent de ce cadre. Mêlez-y une performance honorable de Sir 21 Savage (je vous conseille le clip "My Dawg") et on se retrouve face à un projet qui se classe parmi mes favoris de l'année.
  • 8
    Écouter

    Detroit 2 (2020)

    Sortie : . 21 morceaux.

    Album de Big Sean

    Probablement le meilleur album solo de Big Sean jusqu'ici et ce sur plusieurs axes : sa prestation individuelle, les productions et la qualité des invités. Les morceaux en featuring sont d'ailleurs les plus appréciables du projet, ce qui souligne les limites du rappeur : intéressant sur de plus courtes séquences pour compléter un son, mais rarement tête d'affiche des airs qui me plaisent le plus.

    L'album tire sa force dans la variété qu'il propose. Big Sean navigue dans plusieurs univers en préparant le meilleur terrain possible pour ses guests. Et ça fonctionne réellement car on n'imagine pas Nipsey (RIP), Post Malone ou encore Travis Scott poser sur un autre morceau que celui qui leur a été réservé. Une prouesse pas si coutumière dans le milieu.

    Un bon projet qui fait honneur à sa ville.
  • 9

    A Written Testimony (2020)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Jay Electronica

    Sans même l'avoir écouté, on peut considérer cet album comme historique. Jay Electronica fait partie de ces mecs dont le nom nous est familier sans pour autant pouvoir mettre un album dessus. Et c'est normal puisqu'il s'agit de son premier projet officiel sous la bannière Roc Nation (à 43 piges). Et c'est important de le souligner car la présence de Jay-Z nous le fait bien savoir tout au long du projet. Si ce n'est pas le cas officiellement, on se trouve officieusement en face d'un projet totalement collaboratif.

    L'intro reprenant une partie d'un speech de Louis Farrakhan nous donne le ton sur le type d'album auquel on doit s'attendre : lyricaliste avant tout.

    On se retrouve clairement en face d'une balade musicale. Les productions de l'album sont excellentes et coupent - à l'image d'un Royce da 5'9" sur The Allegory - avec ce qu'on est habitués à écouter en 2020. Si les deux Jay ont chacun leur style, Z n'overshadow pas Electronica comme certains peuvent le laisser entendre.

    Le pari du Néo-Orléanais est réussi : il nous a prouvé sa polyvalence par A+B, en démontrant des aptitudes de MC à la hauteur de ses aptitudes de producer. J'espère que nous n'aurons pas à patienter 10 piges pour un prochain projet.
  • 10

    UNLOCKED (2020)

    Sortie : . Hip-hop hardcore et boom bap. 8 morceaux.

    Album de Denzel Curry et Kenny Beats

    Dès son lancement, l'émission The Cave de Kenny Beats est devenu un must watch dans mes préférences YT et c'est toujours un plaisir de voir des rappeurs (bien choisis) se joindre à un producteur en verve pour nous proposer un freestyle (qualitatif du coup) en fin de show.

    L'épisode avec Denzel Curry n'a pas dérogé à la règle. A l'issue de celui-ci, les deux artistes se sont entendus pour passer 72h en studio pour sortir un projet complet. Ce projet porte désormais un nom : UNLOCKED.

    Le délire initial est bon, la réalisation l'est aussi. Court, le projet est bien ficelé et la cohésion entre Denzel et Kenny saute aux yeux (aux oreilles surtout). Au niveau de la production, Kenny Beats ne s'aventure pas dans l'inconnu et appose sa patte de façon optimale tandis que le plafond de Denzel Curry semble sans limites.

    On passe un bon moment et on retrouve un album bien meilleur que la majorité des projets qui sortent dans l'année, tout ça en 72h de création. Chapeau les mecs.
  • 11

    Karma 3 (2020)

    Sortie : . 15 morceaux.

    Album de Dave East

    De nature très productive, difficile de suivre Dave East au fil des années : des projets généralement longs, quantitatifs et majoritairement semblables. Si j'avais bien apprécié Kairi Channel en 2016, je n'ai pas forcément suivi l'artiste de près depuis alors que nous arrivons d'ores et déjà au troisième opus de la série de mixtapes "Karma".

    Mais face à la situation actuelle et au télétravail qui se généralise, on est parfois plus enclin à bosser avec un fond sonore. Une occasion idéale pour jeter une oreille à ce Karma 3. Pas une mauvaise idée puisque je suis agréablement surpris par la qualité du projet.

    Plusieurs raisons mènent à ce constat : la qualité de la production, les bonnes prestations du protagoniste principal et la variété de style parmi les invités du projet. Karma 3 est très solide et m'incite à revenir sur les précédents projets de Dave East, le gars dégage quelque chose d'intriguant.
  • 12
    Écouter

    Shoot for the Stars Aim for the Moon (2020)

    Sortie : . 19 morceaux.

    Album de Pop Smoke

    L'album posthume n'aura pas tardé.

    Décédé en début d'année, quelques jours seulement après la sortie de son premier - et intriguant - album solo, Pop Smoke reste et restera la figure de ce regain de notoriété de la drill sur la scène hip-hop. Produit malheureusement non terminé, cet album ne remplit pas toutes les cases pour confirmer mes propos. Mais il n'est pas à jeter.

    Concrètement, l'album est un condensé de prototypes qui tentent de démontrer l'aptitude qu'avait Pop Smoke à évoluer sur d'autres registres que celui qu'on a pris l'habitude de lui prêter suite à ses mixtapes et son premier album solo.

    On ressent l'influence de 50 Cent - producteur exécutif du projet (et clairement le premier rappeur que j'ai écouté dans ma vie) - sur les morceaux solo. Pour les featuring, les morceaux appartiennent presque plus aux invités qu'à Pop Smoke. West Coast Shit avec Tyga le souligne bien, For The Night avec DaBaby également.

    J'aurais vraiment apprécié écouter plus de morceaux s'approchant des ambiances de 44 BullDog ou Make It Rain mais difficile à faire quand l'artiste en question n'est plus là pour performer.

    Je ne compte pas revenir sur tous les morceaux, mais si je dois donner un avis global, le projet est top à écouter, montre autant le potentiel que les limites du jeune rappeur. Il aura réussi à marquer une grosse industrie en peu de temps et on ne pourra jamais le lui retirer. RIP Pop Smoke.
  • 13

    Dark Lane Demo Tapes (2020)

    Sortie : . 14 morceaux.

    Mixtape de Drake

    Critique ci-dessous
  • 14

    High off Life (2020)

    Sortie : . 21 morceaux.

    Album de Future

    21 morceaux sur le projet, suffisant pour m'inquiéter avant même de jeter une oreille à son contenu connaissant les orientations musicales de Future. Mais agréablement surpris par The WIZRD l'an passé, j'ai décidé de laisser une chance à ce High off Life. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Future continue à monter dans mon estime au fur et à mesure des années. Chose que je n'aurais jamais imaginée il y a quelques temps.

    Qu'on se le dise de suite, l'album reste trop long. Beaucoup de pistes n'ont pas d'intérêt et comme je le répète assez souvent dans ces annotations, ça aurait été bien plus quali de proposer un projet plus condensé.

    La production est au RDV sur l'ensemble de l'album. La prestation de Future est globalement convaincante même si j'ai du mal à tolérer des morceaux comme One Of My ou Harlem Shake où la répétition de "gimmick" est usante à la longue. Pour le reste, même si certaines pistes manquent de variété, rien d'horrible et je dirais même quelques bonnes surprises. Ridin Strikers, Too Comfortable ou Accepting My Flaws entrent dans cette catégorie notamment.

    Si je regrette la longueur du projet, je suis agréablement surpris (une nouvelle fois) d'où ma note relativement élevée.
  • 15

    Seven Times Down Eight Times Up (2020)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de eLZhi

    Le parcours d'Elzhi parle pour lui, le rappeur de Detroit est une valeur sûre dans le milieu et on se sent toujours curieux de le voir à l'œuvre à l'amorce de l'écoute d'un nouveau projet de sa part. STDETU colle ici entièrement à son auteur pour notre plus grand plaisir.

    En totale maîtrise de la première à la dernière piste, Elzhi débite avec une justesse déconcertante qui ne cessera jamais de m'épater. Si l'album connaît quelques inégalités en terme de production, je dois avouer que le contenu global reste de haute volée et se savoure sans modération.

    Un bon album qui complète une liste de projets très solides à l'orée de ce dernier trimestre 2020.
  • 16

    Rudebwoy (2020)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Album de CJ Fly et Statik Selektah

    En général, je suis assez confiant lorsque je vois un membre du collectif Pro Era sortir un projet. Même si j'ai mes préférences, je suis toujours sûr d'une chose : le rendu final est le résultat d'un vrai travail en amont. CJ Fly fait partie des gars que j'estime beaucoup dans le crew, je me souviens encore de ce magnifique morceau Hardknock sur la mixtape 1999 de Joey Bada$$ dans lequel CJ Fly rendait la pareille à son acolyte avec réussite.

    Le contexte de ce Rudebwoy a été posé par CJ Fly himself : "The goal is to bring back some Caribbean flavor to hip-hop". Une sorte d'ode à ses origines qui permet d'aborder l'album dans le bon angle.

    Pas réticent mais plutôt méfiant avant de me lancer, j'ai finalement été agréablement surpris par la justesse de l'album. On oscille impeccablement entre les saveurs caribéennes annoncées par CJ Fly et les influences New-yorkaises, le rendu est d'une justesse alarmante.

    Si la performance de CJ Fly est notable, on soulignera l'excellent travail de production de Statik Selektah qui réalise tout bonnement un sans-faute sur le projet.

    Une excellente surprise, un album qui sort de nulle part mais qui fait plaisir à écouter. Son défaut majeur : être sorti le même jour qu'Eternal Atake.
  • 17

    The Allegory (2020)

    Sortie : . 22 morceaux.

    Album de Royce da 5′9″

    S'il me paraît difficile de donner un avis complet dans un onglet aussi restreint, mon ressenti après l'écoute de ce projet se rapproche grandement de la critique rédigée par Brakour Sound (Mick Bessat) sur cet album.

    The Allegory me paraît bien moins conceptuel que The Book of Ryan qui était loin de m'avoir marqué (et donc convaincu). Si la longueur de l'album peut faire flipper au premier abord, beaucoup d'interludes le composent tout en ayant mérité leur place.

    Royce semble être arrivé à maturité, cet album fait presque tâche en 2020 tant il se démarque des autres projets. Parolier avéré, à l'aise sur tout type de beat, ayant bien choisi ses invités et n'hésitant pas à être expérimental dans ses choix musicaux (avec réussite sur cet album!), le natif de Detroit continue de dorer le blason de sa ville sur le plan hip-hop.

    Un grand plaisir de le retrouver au top niveau.
  • 18

    Benny the Butcher & DJ Drama Presents Black Soprano Family (2020)

    Sortie : . 8 morceaux.

    Album de Black Soprano Family

    L'affiche est alléchante : un Benny the Butcher en pleine bourre, un crew - Black Soprano Family - qui doit se faire un nom et un DJ Drama qui revient aux sources en s'éloignant des Lil Uzi Vert ou autre Jack Harlow notamment, une aubaine pour mes oreilles qui avaient été parfaitement contentées dans des projets plus anciens tel que FNO de Lloyd Banks ou encore The Lost Tape de 50 ou Drama était le chef d'orchestre.

    Je n'ai pas été déçu. L'album est condensé mes les pistes sont conformes à mes attentes. Cela me permet de découvrir les membres du groupe sous une facette qui me plaît. Le résultat est au RDV, le projet est solide. Un album qui ne sonne pas 2020 mais c'est le cas dans la plupart des albums de l'entourage de Griselda, et c'est une des raisons de leur récent succès.
  • 19

    Thug Life (2020)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Slim Thug

    L'an passé, Slim Thug avait fait son retour avec un Suga Daddy Slim décevant, sortant bien trop de sa zone de confort. Dans certains cas, cela peut fonctionner, mais ça n'avait pas marché cette fois-ci (c'est mon avis).

    Le titre de cet album nous rassure d'entrée : ça sent le retour aux sources pour Slim Thug. Et les fans de longue date du rappeur le sentiront directement à l'écoute, tant dans l'instru que dans le texte.

    L'album est condensé en 10 pistes et c'est une excellente chose. Il s'écoute facilement même si la redondance des sujets peut déranger. Mais ça reste du Slim Thug, quand on connaît l'artiste on sait à peu près où le champ lexical pointe dans ses textes.

    Les feats sont bons, on est ravi de revoir des têtes connues from Houston comme Scarface et Z-Ro. Petit bémol avec la piste 5 du projet Paradise où le mythique Gangsta's Paradise de Coolio est samplé et souillé par Yung Al sur la durée totale de son passage. Seul point négatif de projet cependant.

    Ravi de revoir Slim Thug nous délivrer des projets du genre.
  • 20

    THE GOAT (2020)

    Sortie : . 16 morceaux.

    Album de Polo G

    C'était déjà le cas sur Die A Legend l'an passé, ça se confirme avec ce nouveau projet : Polo G se place déjà comme une figure solide de la scène hip-hop US.

    Encore une fois, je suis assez surpris par l'effet produit par le décalage entre le ton qu'il utilise dans ses verses (flow mélodieux, pas loin du chant parfois) et la rudesse de ses lyrics, appuyée par le fait qu'il aborde du vécu. Malgré son jeune âge, Polo G fait figure de vieux sage dans ce paysage rap où l'autodérision et l'abondance de beats ont pris le dessus sur l'essence même de ce genre musical.

    Cependant, le manque de variété des productions atténue grandement l'effet provoqué par ce que j'évoque ci-dessus. Si les lyrics nous gardent suffisamment en haleine, j'ai une impression de "déjà-entendu" qui est vite agaçante à la longue.
  • 21

    The Circus (EP) (2020)

    Sortie : . 7 morceaux.

    EP de Mick Jenkins

    D'après les dires de Mick Jenkins, cet EP est un prélude de son prochain album. Cette annonce me hype énormément. Sans jamais avoir été convaincu des précédents projets du chicagoan, j'ai toujours senti qu'un potentiel monstre pouvait se dégager tôt ou tard. Cette compilation de 7 titres en est une première preuve tangible. J'en suis heureux et soulagé, et j'ai hâte de le voir à l'œuvre sur une maquette plus longue.

    Entouré de différents producteurs, Mick Jenkins navigue entre les ambiances avec une aisance déconcertante. Si son côté lyriciste était déjà avéré depuis ses débuts, c'est la première fois qu'il est aussi juste musicalement parlant. C'est très efficace et ça fonctionne avec moi. L'EP s'écoute très facilement, et pas qu'une fois.

    Aucun morceau ne fait tâche dans le projet, mais la doublette I'm Conviced et Different Scales pour terminer l'EP est sûrement mon moment favori à l'écoute.
  • 22

    ODD CURE (EP) (2020)

    Sortie : . 12 morceaux.

    EP de Oddisee

    Oddisee is back ! 3 ans après l'honorable The Good Fight, il nous revient avec ce Odd Cure qui prend presque la forme d'un EP avec 5 skits dans le projet.

    On passe un bon moment, les sonorités et le rythme du projet sont fidèles à ce que l'artiste nous propose depuis plusieurs années. Les fans de longue date apprécieront ce projet, on regrette même de ne pas avoir plus de pistes.
  • 23

    Forceswithyou (2020)

    Sortie : . 10 morceaux.

    Album de Clear Soul Forces

    2012.. oui, ça fait bien 8 ans que l'excellent Detroit Revolution(s) des Clear Soul Forces est sorti. C'est notamment à travers le morceau Get No Better et son clip minimaliste mais mythique que les 4 MC's se sont fait du connaître du grand public, la manière avec.

    Face à la recrudescence des projets sortis depuis et à l'évolution de mes goûts personnels, je n'ai jamais réellement suivi l'évolution du collectif de près dans le temps. Un confinement et tout repart, je tente de nouveau ma chance avec ce Forceswithyou.

    Plein d'influences sont perceptibles dans les directions prises sur ce projet, pour autant on conserve une impression très underground où l'objectif un HIT au sens commercial du terme, mais de poser ses phases sur des instrumentales au poil. Les morceaux se succèdent comme se succèdent en leur sein les couplets de chaque MC, le rythme de l'album est bien équilibré, la prise de risque est moindre.

    Le rendu est agréable, l'album n'est pas trop loin et s'écoute d'une traite sans sourcillement. J'apprécierais, à titre personnel, qu'on ait plus de morceaux comme la deuxième partie du titre We Gets Busy où la production guide les membres du groupe sur des terrains plus couillus. La piste SS2 qui suit garde ce cap et montre que chacun d'entre eux est capable de s'épanouir sur des beats plus rythmés.
  • 24

    Meet The Woo, Vol. 2 (2020)

    Sortie : . 13 morceaux.

    Mixtape de Pop Smoke

    Avant toutes choses, RIP Pop Smoke. J'ai clairement commencé à écouter ce projet grosso modo une semaine avant son assassinat, sur les recommandations d'un ami. Une triste nouvelle qui allonge la liste des jeunes artistes nous ayant quittés bien trop tôt.

    Pour faire court, ma première impression lors de l'écoute du projet fut de me dire que la voix du rappeur m'évoquait celle du britannique Giggs. Pour autant, on est loin du grime et des influences UK.

    La production est sombre, lourde et plutôt remarquable dans une époque où beaucoup de projets se ressemblent en plusieurs points. La première moitié de l'album me semble la plus aboutie, la suite devient vite lassante. On ne saura jamais jusqu'où aurait-il pu aller, en tout cas les fondations étaient intrigantes et j'aurais apprécié le voir sur un second projet..
  • 25

    Heaven Or Hell (2020)

    Sortie : . 12 morceaux.

    Album de Don Toliver

    Protégé de Travis Scott, Don Toliver s'est fait connaître du grand public suite à son apparition sur l'excellent morceau Can't Say issu de l'album Astroworld de son mentor. On l'a également entendu plus récemment sur les piste What To Do ? et Had Enough de l'album JACKBOYS réunissant toutes les jeunes pousses repérées par Travis. Sur ces courtes apparitions, difficile de dire si Don Toliver est à-même d'être la tête d'affiche d'un projet solo. Ce Heaven Or Hell est l'occasion parfaite pour nous donner quelques éléments de réponse.

    Selon moi, Don Toliver répond présent exactement là où je l'attendais. Les tonalités du projet confirment ce qu'il avait pu laisser paraître dans ses précédentes apparitions. Si les producteurs sont nombreux sur le projet, on a clairement l'impression que les instrumentales ont été réalisées afin de laisser l'artiste exprimer ce qu'il sait faire de mieux.

    L'album tire évidemment sa force de son côté mélodique. Don Toliver n'est pas un rappeur à proprement parler, même s'il est capable de proposer des couplets tolérables collant bien à l'ambiance mise en avant.

    S'il manque de relief, le projet pris dans son ensemble est honnête et se laisse facilement écouter. Comme l'avait fait ASAP Ferg sur Still Striving, je suis persuadé qu'un album avec beaucoup plus d'invités permettrait de monter en gamme pour Don Toliver. Il a en tout cas prouvé qu'il était capable de performer en solo.
  • 26

    After Hours (2020)

    Sortie : . 14 morceaux.

    Album de The Weeknd

    Ça n'a rien de nouveau mais j'ai toujours eu des difficultés à apprécier The Weeknd sur un projet solo. Si des ambiances calmes et posées peuvent parfois me plaire (comme Kid Cudi a su le faire par le passé par exemple), j'ai beaucoup de mal avec la voix et l'omniprésence du chant chez le partenaire de Bella Hadid.

    C'est la raison pour laquelle les 6 premières pistes du projet m'ont quasiment endormi. Le sursaut intervient avec la piste Heartless et ce jusqu'au morceau After Hours. Sur cette série de chansons, The Weeknd nous entraîne dans des morceaux empruntant des sonorités très '80s, un rythme prenant et des prestations vocales qui collent entièrement avec ces choix musicaux.

    Dommage que cela soit concentré sur une moitié de projet, car la note aurait pu être plus élevée. L'album m'a en tout cas apporté plus de plaisir qu'espéré, c'est un bon point et ça m'incitera peut-être à réitérer les écoutes sur les projets à venir.
  • 27

    Eternal Atake (Deluxe) - LUV vs. The World 2 (2020)

    Sortie : . 32 morceaux.

    Album de Lil Uzi Vert

    Content de voir Uzi nous proposer un disque 2 après la sortie d'Eternal Atake, projet qui ne m'avait pas encore totalement convaincu à propos de l'artiste. Qu'en est-il après cette version actualisée ?

    Pour résumer : c'est mieux ! Et ça montre aussi que je préfère écouter du Uzi lorsqu'il est accompagné sur un morceau, bien que la piste introductive de cette version Deluxe (Myron) constitue une exception à cet avis. C'est dans cette configuration qu'Uzi est le plus efficace à mes yeux (ou mes oreilles comme vous voulez). Come This Way rejoint ce groupe également.

    Pas fan des invités retenus pour cette volée de nouveaux morceaux, je souhaite quand même souligner la pertinence des choix instrumentaux réalisés dans chaque feat. Cela met en valeur l'artiste convié et prouve également le côté caméléon et polyvalent de Uzi.

    Une chose est sûre : je ne serais jamais un très grand fan de l'univers musical de Lil Uzi Vert. Point positif : vu le côté expérimental de l'homme, cet univers ne tend pas à être figé.
  • 28
    Écouter

    Music to Be Murdered By (2020)

    Sortie : . Pop Rap et trap. 20 morceaux.

    Album de Eminem

    Difficile de placer le curseur lorsque l'on écoute un nouveau projet d'Eminem. Effectivement, depuis le début de la décennie, le rappeur emblématique de Detroit nous a déçu, puis surpris, puis de nouveau déçu, sans jamais retrouver le costume du Slim Shady qu'on appréciait tant.

    Mais la quarantaine bien tassée (sans mauvais jeu de mot avec la situation actuelle) et la cinquantaine qui pointera bientôt le bout de son nez, cette nouvelle posture est compréhensible. Et même si Kamikaze a ravivé certains souvenirs dans le texte notamment, l'angle Music to Be Murdered By est différent.

    Pour moi on est clairement dans un Eminem façon 2020 qui assume ses choix artistiques et sa direction musicale. Et cela rend l'album tout de suite plus audible. Un peu trop long pour être bon, mais tout n'est pas à jeter.

    On navigue entre différentes ambiances en gardant un Eminem relativement efficace. Les invités sont de qualité (même si je suis déçu de Yah Yah quand on voit les copains conviés) et on a même la chance de savourer un son de Slaughterhouse.

    Je ne m'attendais à rien de spécial et j'ai obtenu quelques satisfactions.
  • 29

    IDK & FRIENDS 2 (Basketball County Soundtrack) (2020)

    Sortie : . 9 morceaux.

    Mixtape de IDK

    Je n'avais pas été ultra convaincu par l'album de solo d'IDK sorti l'an passé, un album qui manquait de variété dans son contenu et une performance assez lisse du rappeur sur la globalité du projet. Ce qui n'est pas le cas sur cette compilation. Et c'est logique puisqu'on y retrouve plein d'invités.

    Le point positif de l'album c'est que chaque morceau colle parfaitement au style des invités. Square Up en est un bon exemple avec Juicy J. L'album ne sort pas du lot mais s'écoute plutôt bien si l'on souhaite s'ambiancer sans prise de tête. Certains couplets valent le détour.
  • 30

    H.A.R.D. (2020)

    Sortie : . 8 morceaux.

    Album de Joell Ortiz et Kxng Crooked

    J'adorais Slaughterhouse, donc l'annonce de la sortie de cet album m'a procuré grande joie. On le sait de base, Crooked I et Joell Ortiz ont un style leur étant bien propre, et c'est intéressant de les voir se mêler sur les 8 pistes du projet.

    La cohésion construite par le passé est palpable et les qualités de l'un font ressorti celles de l'autre, tout bénéf pour notre écoute. En revanche le rendu musical ne me convainc pas tant que ça, malgré le nombre réduit de morceaux sur le projet.

    Ce n'est pas une déception mais je reste malgré tout sur ma faim : l'affiche est alléchante mais les deux protagonistes peuvent faire bien mieux que ce H.A.R.D. à mon goût. Peut-être à l'occasion d'une future collaboration à venir ?