Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

Un tour de la pop baroque

Avatar Kaputt Liste de

54 albums

par Kaputt

Le terme de "pop baroque" désigne un mouvement musical aux bordures évanescentes. Il est plutôt usuel de désigner par ce terme les genres de musique associant à la fois des éléments tenant du rock (guitare, batterie, claviers), mélangé à des instruments venant de la musique classique. Cela peut être une touche de clavecin, ou un solo de hautbois.

La pop baroque connut son heure de gloire dans les années soixante, lorsque la pop d'alors se métamorphosa sous les expérimentations des Beatles ou des Beach Boys, pour ne citer que les plus reconnus. Dès lors un mouvement se scindera de ces incursions baroques
Cette liste fera comme son nom l'indique un tour des différents artistes ayant fait un jour de la pop baroque, afin d'essayer de retracer une sorte d'histoire de ce genre musical.

Nous aurons l'occasion d'aborder des albums liés au genre, en tant qu'il est n'est jamais aisé de distinguer clairement un style d'un autre. Nous verrons également la récurrence de la figure-type du "chef d'oeuvre oublié", en tant que la popularité du style n'a jamais été extraordinaire. Néanmoins les cratediggers sont toujours présents pour faire ressurgir du passé l'un ou l'autre disque oublié, lui donnant une seconde vie bien souvent méritée.

Liste en progression constante. Commencée en 2013, refondue en 2019.

Ressources annexes :

"Pop Goes baroque!" : Projet d'encyclopédie du style, présentée sous la forme de playlists, par Syagrius476.
https://pop-goes-baroque.blogspot.com/

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • Walk On By and Other Favourites

    Sortie : . 20 morceaux.

    Album de Dionne Warwick

    Début des années 60 - Trouver les origines.

    La "pop baroque", comme nombre de genres musicaux, pose quelques difficultés quant à la question de ses origines. L'on évoque généralement l'oeuvre de Burt Bacharach pour avoir su populariser les arrangements sophistiqués dans ses tubes. Nous pensons ici par exemple à "Walk On By" (1963) interprétée par Dionne Warwick, qui se pose comme un des premiers tubes affirmant le mélange de pop et de musique classique. Ce mélange sera une constante dans l'oeuvre de Bacharach, qui alignera les succès durant toute la décennie.

    Il faut bien noter en passant que le terme "baroque" est généralement incorrect pour parler du genre. Le terme "classique" serait plus correct. La période classique couvrant approximativement du XVIIème jusqu'au milieu XVIIIème, et celle baroque des années 1750 au début 1800. Les arrangements de la pop baroque sont plutôt inspirés de la période classique, mais le terme baroque est rentré dans le langage par la presse.

    Vous trouverez dans une autre liste une compilation de morceaux de Bacharach, afin de découvrir plus en détail les talents multiples du compositeur américain : https://www.senscritique.com/liste/Burt_Bacharach_Genie_pop_meconnu/1310708

    "Walk On By" : https://www.youtube.com/watch?v=xuVHEpQhi5U
    "(They Long to Be) Close to You", interprétée par les Carpenters : https://www.youtube.com/watch?v=iFx-5PGLgb4
  • Écouter

    Revolver (1966)

    Sortie : . Pop rock et pop psychédélique. 14 morceaux.

    Album de The Beatles

    Âge d'or (1967) - Arrivée dans la musique populaire et expérimentations.

    Avant d'être un genre musical plus ou moins identifiable immédiatement, la pop baroque émergera d'abord dans des tentatives d'expérimentation personnelles.
    Les Beatles sont l'un des meilleurs exemples, mais pas seulement pour leur popularité. "Eleanor Rigby" s'impose comme un classique, de par son absence complète d'instruments rock.
    Mais "For No One" sort également du lot, McCartney y jouant du clavicorde, et un certain Alan Civil un solo de cor d'harmonie.

    Comme le souligne Vincent de Lavenne, l'influence de George Martin et la nature de ses arrangements en faisait une influence prédominante pour le groupe et leur style.

    "Eleanor Rigby" : https://www.youtube.com/watch?v=6gluNoLVKiQ

    "For No One" : https://www.youtube.com/watch?v=ELlLIwhvknk
  • Écouter

    Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (1967)

    Sortie : . Pop psychédélique et pop rock. 14 morceaux.

    Album de The Beatles

    L'influence classique sera à nouveau visible sur l'opus suivant, ici dans les instruments utilisés ("She's Leaving Home" - "Fixing a Hole"). Cette tendance va de pair avec l'influence psychédélique de l'époque, qui poussait aux nouvelles expérimentations, largement favorisées par les psychotropes.

    Il est difficile de classer les Beatles parmi les inventeurs du genre. La diversité de leur musique fait qu'il est possible de déceler chez eux des prémisses de hard rock (Helter Skelter) ou de techno (Tomorrow Never Knows), et j'en passe. Ils ont donc plus ou moins contribué à populariser la pop baroque, sans pour autant lancer clairement la vague.

    "She's Leaving Home" : https://www.youtube.com/watch?v=VaBPY78D88g
  • Écouter

    The Smile Sessions (2011)

    Sortie : . Rock, rock psychédélique et pop rock. 42 morceaux.

    Compilation de The Beach Boys

    Âge d'or (1967)

    Les Beach Boys se classent aussi parmi les artistes ayant popularisé le baroque, et c'est le plus visible sur le projet "Smile", quelque soit la version que l'on écoute. Le projet est légendaire pour n'avoir jamais pu sortir à l'époque suite aux problèmes que traversaient son démiurge Brian Wilson. Les morceaux échappés du projet seront dispersés dans le reste de leur discographie, jusqu'à la sortie officielle des sessions en 2011.

    Les compositions sont à la fois d'une complexité impressionnante, que cela soit dans le mélange des instruments, des rythmes ou des arrangements vocaux. Mais le plus étonnant dans tout ça reste l'incroyable efficacité de chaque morceau, ainsi que le caractère évident des mélodies.

    A écouter :

    "Wonderful" : http://www.youtube.com/watch?v=RSTJJKffsPI

    "Roll Plymouth Rock" : https://www.youtube.com/watch?v=X1dAYiQUR1Q

    "Heroes and Villains" : https://www.youtube.com/watch?v=1YlJoGtH9lY
  • Écouter

    Pet Sounds (1966)

    Sortie : . Rock, rock psychédélique et pop rock. 13 morceaux.

    Album de The Beach Boys

    Âge d'or (1966)

    Je choisis délibérément d'inverser la chronologie en plaçant "Smile" avant "Pet Sounds", bien que celui-ci le précède. La raison est que je trouve "Smile" bien plus baroque dans ses expérimentations.

    Bien évidemment, tout commença avec la pierre angulaire de la pop, celle qui amènera un bouleversement radical au niveau de la pop traditionnelle, celle qui se faisait avec trois guitares, une batterie, et parfois un clavier. C'est désormais avec des orchestres complets, du clavecin ou même des cloches que Wilson dépasse à tout jamais la naïveté estivale de ses premiers efforts, pour faire de ce disque une introspection parfois déchirante dans ses paroles, quand ce n'est dans ses mélodies. Des livres entiers pourraient s'écrire sur chaque chanson de ce disque, et ils ne suffiraient pas à rendre justice à ces morceaux.

    "God Only Knows" : https://www.youtube.com/watch?v=EkPy18xW1j8

    "I Just Wasn't Made for These Times" : https://www.youtube.com/watch?v=NR7_TbMIVnA

    "Caroline, No" : https://www.youtube.com/watch?v=7w7ZeSIC6K0
  • Walk Away Renée / Pretty Ballerina (1967)

    Sortie : février 1967. Rock. 11 morceaux.

    Album de The Left Banke

    Âge d'or (1967) - les œuvres-clés

    Left Banke est le nom revenant le plus souvent lorsqu'il s'agit de définir le pop Baroque en tant que mouvement. C'est en effet le groupe qui parviendra à effectuer un mélange consistant de pop à la British Invasion, et de classique.
    Les morceaux y sont courts et efficaces. Les deux tubes qui donnent leur nom à l'album sont d'excellents exemples du style musical.

    "Walk Away Renee" : http://www.youtube.com/watch?v=SqAh1dQu_pg

    "Pretty Ballerina" : http://www.youtube.com/watch?v=8rzeGqqethE

    Mais le reste de l'album est tout aussi intéressant : le groupe maîtrise avec brio les instruments classiques : grande présence de violons, clavecins, hautbois et autres, mais utilisés avec sobriété. Aucune grandiloquence, juste des morceaux pop finement ciselés.

    Des tensions avec Michael Brown fissureront le groupe, qui sortira quand même un autre album l'année suivante, moins connu mais non-dénué d'intérêt.

    Michael Brown va lui continuer son chemin avec Montage, et va pousser plus loin le côté baroque.

  • Too (1968)

    Sortie : 1968. Rock et rock psychédélique. 10 morceaux.

    Album de The Left Banke

    Âge d'or (1968) - Œuvres clés

    Second album de Left Banke.

    (en construction)

    A écouter :

    Dark is the Bark : http://www.youtube.com/watch?v=9VuE2bZ_QPM
  • Écouter

    Montage (1969)

    Sortie : juin 1969. 10 morceaux.

    Album de Montage

    Âge d'or (1969)

    Bien moins connu que l'autre projet de Michael Brown, Montage est le second projet de la tête pensante de Left Banke.
    Les morceaux gagnent en complexité, sortant de leur moule pop-rock pour mieux pencher vers le baroque. Le piano y est proéminent. La voix fragile et lumineuse de Bob Steurer s'insère à merveille avec le caractère précieux des arrangements.

    "Montage" ne vole pas sa place de "perle cachée" dans l'histoire de la musique pop. Tous les morceaux ont leur personnalité, semblant d'abord être tombés du premier album de Left Banke, pour ensuite s'imposer comme de vraies merveilles à part entière.

    A écouter :
    "Grand Pianist" : http://www.youtube.com/watch?v=LcpztS6xyuk

    "Desiree" (une version de Left Banke est également disponible) : http://www.youtube.com/watch?v=M-XPOo_snes

    "The Mirror" : https://www.youtube.com/watch?v=jWPY6GW7VwY
  • Écouter

    Odessey and Oracle (1968)

    Sortie : . Pop psychédélique. 12 morceaux.

    Album de The Zombies

    Âge d'or (1968) - Oeuvres clés

    Album de légende dans la pop des années soixante. Œuvre située au carrefour du psychédélisme et du son typique des années 60, les Zombies imposent avec leur album peut-être l'un des sommets créatifs d'une décennie déjà bien riche en chefs d'oeuvre.

    Le côté baroque intervient ici de par la présence importante du piano et des harmonies vocales. Celles-ci se marient avec des guitares relativement discrètes, ou du clavecin. L'ambiance même des titres s'éloigne du pop-rock traditionnel de ces années, pour trouver des ambiances médiévales, qui pourront rappeler Left Banke ("Changes" notamment).

    Les Zombies vont ici populariser le côté "précieux" des mélodies, où les voix de Rod Argent et celle de Colin Bluntstone semblent taillées pour y correspondre. Une source d'inspiration pour bon nombre de successeurs
    Le groupe se séparera et Rod Argent fondera de son côté le groupe "Argent", moins baroque, mais presque aussi intéressant que son aîné.

    "A Rose for Emily" : https://www.youtube.com/watch?v=LF55LNrHBSw

    "Care of Cell 44" : https://www.youtube.com/watch?v=afrdo2qneoI
  • Écouter

    Scott (1967)

    Sortie : août 1967. Vocale, pop et ballade. 12 morceaux.

    Album de Scott Walker

    Âge d'or (1967) - Oeuvres clés

    Grand nom de la pop baroque, ainsi que de la pop en général, Scott Walker amènera un caractère crooner à la pop baroque, en plus de lui donner ses lettres de noblesse. Auparavant dans la formation des faux-frères "Walker Brothers", Scott volera de ses propres ailes en imposant progressivement une musique bien plus intimiste et exigeante, loin de ce que l'on pouvait attendre de lui.
    Il se spécialise également dans les reprises (réussies) de Jacques Brel, traduites en anglais par Mort Schuman. Ses quatre albums solos, les numérotés, auront tous une succès critique considérable, malgré un succès commercial inversement proportionnel.

    Chaque opus apportera son lot de changements, seule restera constante l'omniprésence des cordes.

    "Montague Terrace in Blue" : https://www.youtube.com/watch?v=Fi7WRBz5Atw
  • Écouter

    Scott 2 (1968)

    Sortie : mars 1968. Pop et vocale. 12 morceaux.

    Album de Scott Walker

    La seconde production de l'ex-Walker Brothers est l'une de ses plus relevées. "Jackie", qui ouvre l'album, est à ce titre un bon exemple. Cette reprise de Brel se voit offrir un somptueux traitement de par l'interpolation d'influences pop-rock typiques de sa période, et l'ajout d'un ornement baroque plus ou moins affirmé. La mélancolie inhérente au style de Walker s'affirme par petites touches. Nous sommes au seuil de la véritable éclosion du talent du crooner.

    "Jackie" : https://www.youtube.com/watch?v=CUS1XDIIhTE

    "Plastic Palace People" : https://www.youtube.com/watch?v=ayrS74ktTyE
  • Écouter

    Scott 3 (1969)

    Sortie : mars 1969. Vocale et pop. 13 morceaux.

    Album de Scott Walker

    Le troisième est l'un de ses plus appréciés, souvent placé au coude à coude avec le suivant pour la place du meilleur album de Walker (du moins dans sa période baroque).
    C'est le plus "classique" des albums numérotés, le plus rêveur aussi, à cause de ses arrangements éthérés et de sa mélancolie ambiante.

    A écouter :

    "Copenhagen" : http://www.youtube.com/watch?v=b-U99rWu3rQ
    "Sons Of" : http://www.youtube.com/watch?v=QPEDhmObgHI
  • Écouter

    Scott 4 (1969)

    Sortie : novembre 1969. Pop et vocale. 10 morceaux.

    Album de Scott Walker

    Le quatrième opus est aussi le plus connu, et généralement le plus cité de sa carrière. Les reprises de Jacques Brel disparaissent au profit des compositions personnelles de Scott. L'équilibre semble se trouver entre le côté baroque et le côté plus pop, ce qui le rend relativement plus accessible que l'opus précédent.

    La carrière de Scott Walker prendra ensuite un tournant commercial au début des années soixante-dix, juste avant que les Walker Brothers se reforment pour une poignée d'albums. Scott y démontrera ses velléités de changement, qui s'incarneront concrètement dans les années quatre-vingt et par la suite : de crooner pop, Scott Walker se métamorphosera en un maître de l'avant-garde et de la musique expérimentale, pour la plus grande surprise de tous.

    A écouter :

    "The Seventh Seal" : récit du film "Le Septième Sceau" mis en musique.
    http://www.youtube.com/watch?v=jMUk1R_fKEA
    "Angel of Ashes" : http://www.youtube.com/watch?v=BtiI_03dNkE
  • Écouter

    The Moth Confesses (1969)

    Sortie : 1969. Opera, pop, rock, rock symphonique et classique. 8 morceaux.

    Album de The Neon Philharmonic

    Âge d'or (1969) - Œuvres oubliées

    "The Moth Confesses" fait partie de ces albums aux ambitions démesurées, qui pulluleront au cours des années soixante. Le disque est conceptuel, un "opéra condensé" à propos d'un... papillon de nuit et de ses errances. C'est très symphonique, comme le nom du groupe l'affirme, jusqu'à être parfois un peu pompeux. Néanmoins une certaine volonté esthétique est présente, donnant lieu à de beaux moments de bravoure. Sans être transcendant, l’œuvre se laisse bien volontairement écouter. Une pièce intriguante, encore plus dès lors que l'on constate son oubli quasi-total aujourd'hui.

    A écouter :

    "Morning Girl" : http://www.youtube.com/watch?v=QFOXD6G8nsc

    "Brillant Colors" : https://www.youtube.com/watch?v=Nhql3wfuq3s
  • Écouter

    The Smoke (1968)

    Sortie : 1968. 13 morceaux.

    Album de The Smoke

    Âge d'or - Oeuvres oubliées

    L'album de The Smoke est dans la pure lignée des perles méconnues des 60's : une forte influence des Beatles et des Beach Boys, une volonté d'expérimentation, et surtout une omniprésence d'instruments peu utilisés dans la pop à cette époque. Un passage obligé pour tous les amateurs du genre.

    Disponible en intégralité sur Youtube.
  • Écouter

    Studio (1967)

    Sortie : 1967. Beat, pop, rock et rock psychédélique. 12 morceaux.

    Album de Tages

    Âge d'or (1967) - Oeuvres clés

    Et au milieu de ce déluge d'artistes britanniques ou américains, s'impose un groupe venu tout droit de Suède.
    Tages (prononcez "Ta-guèsse") est un rassemblement de petit prodiges, qui à partir de la seconde moitié des années soixante décideront ni plus ni moins de donner ses lettres de noblesse à la pop suédoise. Ils le feront par une volonté d'expérimentation clairement visible, donnant à chacun de leurs morceaux une saveur unique, à mi-chemin entre les Beatles et Left Banke. Cordes, cuivres, bruitages divers et expérimentation vocale sont tous présents sur leur album "Studio", incontestablement une pièce maîtresse dans la longue liste des chefs d’œuvres oubliés des années soixante.

    "People Without Faces" : https://www.youtube.com/watch?v=YBzDuA0Al7k

    "She is a Man" : https://www.youtube.com/watch?v=pXihL8N8u_Q
  • Without Earth and the Moon (2003)

    Sortie : 2003. 28 morceaux.

    Compilation de The Moon

    Âge d'or (1968) - Oeuvres clés

    (Ici deux albums sont fusionnés, "WIthout Earth" et "The Moon", je parle que du premier)

    "The Moon" pourrait volontiers être classé plus du côté de la pop psychédélique que de la pop baroque, mais la présence de cordes (arrangements, clavecins) nous pousse à l'inclure sur cette liste. Le caractère imparable de leurs mélodies joue également.

    "The Moon" fut donc fondé par un ancien membre des Beach Boys : David Marks, qui joua de la guitare rythmique sur leurs quatre premiers albums. Le groupe se spécialise alors dans une pop recherchée, et fera deux albums : "Without Earth" et "The Moon", le premier est bien plus connu que le second, même si une telle remarque est relative, tant peu de traces de l'héritage du groupe nous restent aujourd'hui.

    Lui aussi un oublié de la période, il est néanmoins régulièrement cité dans les listes consacrées aux "perles cachées des 60's". Et pour cause, l'album possède en son sein des morceaux bien dignes d'égaler Zombies, Beach Boys et autres. Voir même les dépasser.

    Ne serait-ce que pour "She's On My Mind", qui représente pour moi la quintessence de la pop : http://www.youtube.com/watch?v=yN_WlO5gesg

    A voir aussi : "Someday Girl", et son refrain épique : http://www.youtube.com/watch?v=gUzV8xT64ps

    Ou encore "Give me More", berceuse magique et éthérée : http://www.youtube.com/watch?v=MgKxTdj-EFc
  • An Asylum for the Musically Insane (1969)

    Sortie : 1969. Rock, rock folk, folk, country et rock psychédélique. 9 morceaux.

    Album de Tea & Symphony

    (Correspond à Tea & Symphony - The English Baroque Sound 1967 - 1974)

    Âge d'or - Oeuvres oubliées.

    Une compilation merveilleuse pour les amateurs de pop baroque. Sortie en 2007, il s'agit d'un recueil d’œuvres oubliées, singles ou extraits d'album difficilement dénichables. Parfait pour s'introduire dans le genre. On ne peut que saluer le travail de qualité pour rassembler autant de perles oubliées.

    Notons également que nombre de ces titres dépasse les années soixante, nous donnant un aperçu du destin du genre tandis que les goûts et les modes évoluent.

    "Captain Jones" (1972), qui pourrait facilement s'imposer comme un des hymnes de la pop baroque : https://www.youtube.com/watch?v=ogLcEppLuQ0

    "Time To Wander" (1970) : https://www.youtube.com/watch?v=fyI8IGfwgVU
  • Écouter

    Begin (1968)

    Sortie : 1968. Rock, rock psychédélique et pop rock. 14 morceaux.

    Album de The Millennium

    Âge d'or (1968) - Connexions

    Il faut le dire, "Begin" tient plus de la Sunshine Pop que du baroque. Ce premier genre désigne un aspect beaucoup plus sucré et guilleret de la pop, dont l'aspect le plus visible est le timbre aigu des chanteurs présents.
    Cet album mérite sa place ici car il représente une belle réussite dans l'évolution de la pop.

    Le groupe est constitué de membres de Sagittarrius (que nous verrons plus loin), The Music Machine et The Ballroom. Le mélange des groupes se ressent de par la diversité des influences présente. La tendance baroque est au coude à coude avec celle psychédélique, et il est difficile de situer précisément sur quel versant l'album décide de se poser. La complexité dans les orchestrations fera de l'album le plus cher à produire de l'année 1968. L'échec commercial de celui-ci enterrera malheureusement les ambitions de ses créateurs pour un second album.


    A écouter : "I Just Want to Be Your Friend" - http://www.youtube.com/watch?v=RqSov3YX-KQ

    "There is Nothing More To Say" et son refrain épique : http://www.youtube.com/watch?v=iPbHlqSS4sY
  • Écouter

    Take a Picture (1968)

    Sortie : 1968. Pop, rock, rock folk et rock psychédélique. 11 morceaux.

    Album de Margo Guryan

    Âge d'or (1968) - Œuvres oubliées.

    Margo Guryan s'inscrit dans la tradition des chanteuses typiques des sixties, avec sa voix délicate et enveloppante. Elle produira un seul album, à mi-chemin entre ce qui se faisait de mieux à l'époque, et une volonté d'expérimentation plus ou moins discrèt.
    On pourra lui reprocher une certaine répétitivité dans ses morceaux, qui manquent parfois un peu de personnalité .
    "Sunday Morning" s'impose comme un tube flamboyant.

    Si Margo Guryan est quelque peu oubliée aujourd'hui, cela est du à son refus de partir en tournée, ne voulant pas "appartenir" à un manager ou à un producteur.

    "Sunday Morning" : http://www.youtube.com/watch?v=ylGve7p_g5k

    "Take a Picture" : https://www.youtube.com/watch?v=-6ommoGZ0J8
  • Would You Believe (1968)

    Sortie : 1968. 12 morceaux.

    Album de Billy Nicholls

    Âge d'or (1968)

    "Would You Believe" est le projet qui aurait du être la réponse britannique au "Pet Sounds" des Beach Boys. Elle fut commandée par Andrew Loog Oldham, ancien producteur des Stones et plus tard des Small Faces.
    Des problèmes de financements plombèrent la production de l'album. Une sortie initiale de cent exemplaires fut organisée, mais celle-ci ne fut pas suivie d'une sortie générale (les exemplaires de cet édition sont donc aujourd'hui ardemment recherchés).
    C'est en 1998 que Nicholls ressortit l'album sur son propre label, ce qui entraina la naissance d'un nouveau culte de type "chef d'oeuvre oublié".

    A noter que cet échec n'empêchera pas Nicholls de mener une longue carrière et d'avoir ses titres repris par de nombreux artistes.

    La production de l'album rappelle le Wall of Sound de Spector, l'intérêt pour les instrumentations complexes & les arrangements vocaux rappellent les Beach Boys. Néanmoins l'album peine à atteindre le degré de profondeur de ces derniers. Tant mieux d'une certaine manière : Nicholls arrive à imposer son style sans tomber dans le plagiat complet.

    "London Social Degree" : https://www.youtube.com/watch?v=Sd_43mm9RaU

    "Would You Believe" : https://www.youtube.com/watch?v=UvDTmpYUpWA
  • Écouter

    Nancy & Lee (1968)

    Sortie : 1968. Pop et country. 11 morceaux.

    Album de Nancy Sinatra et Lee Hazlewood

    Âge d'or (1968)

    La fille du plus célèbre des crooners américain était particulièrement reconnue pour ses tubes écrits par Lee Hazlewood. Leur alliance trouvait son originalité de par l'alliance de plusieurs styles : des instruments baroques pouvaient côtoyer une ambiance plus pastorale, lorgnant vers la country.
    La mélodieuse voix de Nancy se conjugue étonnamment bien avec le ton plus grave et râpeux de Lee, celui-ci n'hésitant pas à donner à ses compositions des structures rythmiques originales, comme ce "Some Velvet Morning" alternant entre plusieurs signatures rythmiques.

    Le côté baroque ressort ici principalement par les riches arrangements qui ornent quasiment chacune des compositions de Halzewood.

    A écouter :

    "Some Velvet Morning" : http://www.youtube.com/watch?v=Sb-SVPJM4L4

    "Summer Wine" : https://www.youtube.com/watch?v=UH800q8qQsg
  • Écouter

    Present Tense (1967)

    Sortie : 1967. Rock, soft rock et rock psychédélique. 11 morceaux.

    Album de Sagittarius

    Âge d'or (1967)

    Voilà un album dont la popularité s'est vue grandir au fil des années, notamment grâce à la présence du single "My World Fell Down" sur la compilation Nuggets. C'est un échec commercial de la part de Gary Usher, qui collabora auparavant avec Brian Wilson pour écrire des tubes tels que "In my Room" ou "Lonely Sea". Ici il s'entoure de musiciens de studio pour produire ce classique de la pop baroque : clavecin, voix douces et ambiances merveilleuses font de ce "Present Tense" un objet musical féérique. Moins expérimental que d'autres œuvres du même calibre, l'album est par conséquent plus léger et accessible.

    A noter que Usher participera à la création du "Begin" de The Millenium.

    "My World Fell Down" - http://www.youtube.com/watch?v=Qs-oGEhDP0E
  • Écouter

    Roger Nichols & The Small Circle of Friends (1968)

    Sortie : 1968. Pop, rock et soft rock. 12 morceaux.

    Album de Roger Nichols & The Small Circle of Friends

    Âge d'or (1968) - Connexions

    Roger Nichols débute sa carrière avec un certain Tony Asher, parolier des Beach Boys sur Pet Sounds. Il nous compose cet ensemble de tubes sunshine pop très, voir trop, ensoleillés. Harmonies à foison, mélodies sensibles, et quelques touches de baroque pour s'inscrire dans l'époque. Le résultat est assez inégal mais reste intéressant pour voir toutes les facettes de la production foisonnante des sixties. Notons également la présence sur l'enregistrement de Van Dyke Parks et Randy Newman.

    A noter que Nichols composera par la suite plusieurs tubes pour des artistes comme Barbara Streisand, Paul Anka, ainsi que les Carpenters. Monsieur est en effet le co-auteur de leur tube "We've Only Just Begun".

    "Don't Take Your Time" : http://www.youtube.com/watch?v=C0Z8K4vNqyA

    "I Can See Only You" : https://www.youtube.com/watch?v=8-cBLtnSUtY
  • Écouter

    Bee Gees' 1st (1967)

    Sortie : . Pop, rock et rock psychédélique. 14 morceaux.

    Album de Bee Gees

    Âge d'or (1967) - Connexions

    Les Bee Gees ont marqué la musique populaire par leur oeuvre disco. Leurs débuts dans la pop psychédélique sont régulièrement passés sous silence. Ce qui est dommage car le disque mérite que l'on y jette une oreille. Contrairement à ce que le titre affirme, il s'agit déjà du troisième album des frères Gibb. L'album se distingue par un grande variété dans ses atmosphères, pouvant volontiers passer de la complainte mélancolique au rock le plus enlevé

    "Holiday" : https://www.youtube.com/watch?v=KDJ5qqiQDto

    "Every Christian Lion Hearted Man Will Show You" : https://www.youtube.com/watch?v=-KzkIQonfk8
  • Écouter

    Evolution (1967)

    Sortie : juin 1967. Pop, rock, rock psychédélique et pop rock. 12 morceaux.

    Album de The Hollies

    Âge d'or (1967) - Connexions

    Les Hollies étaient en leur temps des monstres sacrés de la musique populaire. "Evolution" représente leur tentative de se séparer du moule commercial pour rentrer dans des territoires soniques plus originaux. La couverture de l'album elle-même est censée représenter ce changement. En résulte une pièce peu souvent citée de la pop de son temps, qui possède pourtant ses moments d'exception.

    Notons également la présence d'un certain "Elton John" au clavier sur deux titres.

    "Heading for a Fall" : https://www.youtube.com/watch?v=jtOFNFncY_c

    "Rain on the Windows" : https://www.youtube.com/watch?v=pZp7HLiib0c

    "Ye Olde Toffee Shop", où le côté baroque est le plus visible : https://www.youtube.com/watch?v=oZmjx6IAptI
  • Écouter

    Da Capo (1966)

    Sortie : novembre 1966. Rock et rock psychédélique. 7 morceaux.

    Album de Love

    Âge d'or (1966) - Œuvres liées.

    "Da Capo" est moins connu que son légendaire successeur "Forever Changes", mais les deux albums ont leur place légitime dans cette liste.
    Love est une influence de premier ordre dans l'expérimentation pop. "Da Capo" est l'impressionnante synthèse des deux premières tendances du groupe : la pop pastorale et bucolique sublimée par la douce voix d'Arthur Lee... et le rock bien plus violent, punk avant l'heure, donc protopunk.

    Orange Skies : https://www.youtube.com/watch?v=qPFQeFaIpOw

    ¡Que Vida! : https://www.youtube.com/watch?v=Xvmo_NStvEw
  • Écouter

    Forever Changes (1967)

    Sortie : novembre 1967. Pop psychédélique, rock psychédélique et folk psychédélique. 11 morceaux.

    Album de Love

    Âge d'or (1967) - Œuvres clés

    L'année suivante, Arthur Lee et sa bande remettront le couvert et produiront l'un des chefs d’œuvre de la décennie, voir de la pop tout court.
    "Forever Changes" est un monstre sacré du genre, et ce pour plusieurs raisons. Chaque morceau se distingue d'abord par son refus des conventions : il est difficile de rattacher Love à un style en particulier, Lee piochant parmi toutes ses influences pour concocter des titres toujours plus sophistiqués et incomparables les uns aux autres. L'ambiance de l'album est un reflet de la chute du Flower Power avant l'heure : l'angoisse existentielle de Lee apporte enveloppe d'un voile sombre les paroles des morceaux, tandis que les arrangements et les cuivres font résonner la mélancolie de leur démiurge, trop en avance sur son temps pour se sentir à l'aise dans le monde.

    "Alone Again Or" : https://www.youtube.com/watch?v=cPbNpIG8x_s

    "Maybe the People Would Be The Times or Between Clarke & Hilldale" : https://www.youtube.com/watch?v=hwnyoH5DpNE

    "The Good Humor Man He Sees Everything Like This" : https://www.youtube.com/watch?v=NXtWtf6Mmcw
  • Écouter

    Five Leaves Left (1969)

    Sortie : . Chamber folk et folk. 10 morceaux.

    Album de Nick Drake

    Âge d'or (1969) - Connexions

    Changeons de perspective et tournons nous du côté de la folk, pour nous attarder sur le destin de Nick Drake. C'est à l'âge de 21 ans seulement que celui-ci enregistra son premier album. Compositeur de tous les titres du disque, ses prouesses à la guitare seront accompagnées de riches arrangements sur insistance des producteurs du disque, ce qui déplut à leur auteur.
    Poète de la simplicité, Nick ne cherche pas à impressionner avec des couches de bons sentiments. Sa musique évoluera vers un minimalisme radical sur son dernier opus "Pink Moon", bien éloigné du côté pastoral de ses deux premiers albums. La solitude et la mélancolie, qui seront une constante dans sa carrière et dans sa vie, l'amèneront à une overdose (volontaire ?) de médicaments en 1974.
    L'on a malheureusement peu écrit sur lui de son vivant. Aujourd'hui Nick Drake est aisément reconnu comme l'un des grands poètes maudits de la musique contemporaine.


    "River Man" : https://www.youtube.com/watch?v=yyE7i6UE16I

    "Three Hours" https://www.youtube.com/watch?v=H_-EGWy8Fek
  • Écouter

    Something Else by The Kinks (1967)

    Sortie : . Rock et rock classique. 13 morceaux.

    Album de The Kinks

    Âge d'or (1967) - œuvres clés

    Aujourd'hui fiers représentants de tout ce que la pop faisait de meilleur à la fin des années soixante, les Kinks ont eu leur période baroque, que représente à merveille ce "Something Else..."
    Auparavant auteurs d'un rock plus tendu, les Kinks ont su transformer l'essai par une progression constante dans l'arpentage musical. Sur cet album ils soulignent leur héritage anglais (humour et thèmes) ainsi que leur amour de la pop soigneusement manufacturée. L'effet est tantôt nostalgique, tantôt étonnant : il n'y a qu'à comparer la langueur d'un "No Return" face au rock classique d'un "Love Me Till the Sun Shines". L'album se payera le luxe d'offrir une traversée rétro-moderne de la musique de l'époque, avec des mélodies imparables sur "David Watts" ou "Afternoon Tea", pour ne citer qu'eux.

    A écouter :

    "Two Sisters" : http://www.youtube.com/watch?v=fg94jofr-OM

    "Waterloo Sunset" : https://www.youtube.com/watch?v=N_MqfF0WBsU
  • 1
  • 2