Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Une Chronologie BD de Science Fiction

Avatar Yann H Liste de

293 bd

par Yann H

Grand fan de science fiction je vous propose de découvrir ou de redécouvrir les œuvres marquantes, drôle et pop qui ont marqué l’histoire de la SF. Cette liste est dédié aux BD/MANGA de SF. Le terme de Science Fiction apparaît la 1er fois dans le magazine pulp “ Amazing Stories “ en 1924. Le genre naît sous la plume de Mary Shelley, avec la caméra de Melies en 1902 ... La science-fiction apparaît avec la révolution industrielle et les progrès scientifique de tout ordre au début du 19ème. Elle met a jour les fantasmes et les questions nés avec l’histoire du monde, les progrès de la médecine et l’évolution des lois, des connaissances et des mœurs. Elle permet des métaphores hardies sur le destin de notre espèce. Cette page vous propose un voyage dans le temps et retrace les œuvres de fiction qui au fil des ans jalonnent le genre.

A découvrir également :
Liste de Roman de SF : https://www.senscritique.com/liste/Une_Chronologie_du_Roman_de_Science_Fiction/2234098
Liste de Film de SF : https://www.senscritique.com/liste/Une_Chronologie_du_Cinema_de_Science_fiction/424825
Liste de Série de SF : https://www.senscritique.com/liste/Series_de_Science_Fiction/2226229

Une chronique tous les jours sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/chronologiesciencefiction/

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Date de sortie
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note de l'auteur de la liste
  • Derniers ajouts
  • Le Grand Livre des rêves - Little Nemo in Slumberland, tome 1 (1905)

    Sortie : 1905.

    Comics de Winsor McCay

    1905
    Little Nemo in Slumberland Winsor McCay - BD

    Little Nemo in Slumberland paraît d’abord chaque dimanche dans le supplément dominical du New York Herald en planche unique. Selon un principe invariable, le personnage du petit garçon, Little Nemo, se retrouve transporté de son lit vers Slumberland, le pays des songes. Chaque planche se conclut par le réveil de l’enfant dans son lit et l’étonnement et les réprimandes de ses parents.

    L’univers onirique et fantastique de Little Nemo, ainsi que l’intrigue d’un enfant qui explore un monde merveilleux à travers le rêve, et bien d’autres clins d’œil, rappellent Alice au Pays des Merveilles et Le Magicien d’Oz, à commencer par l’écho entre Slumberland et le Wonderland d’Alice.

    McCay invente donc ce qui sera la bande-dessinée moderne à partir de sources très diverses. Il transforme ce qui aurait pu être une grille mécanique, répétitive, en une grille vivante, selon le principe de métamorphose et de dynamique qui est fondamental en bande-dessinée. Il ne cesse de jouer avec les corps (agrandissements, rapetissements…). En un mot, il transforme un cadre qui devait être raide et très contraint en quelque chose de libre, caractérisé par la vitalité permanente.

    A voir également le film d'animation de 1911 par McCay lui même : https://youtu.be/K8qow7jTyoM
  • Buck Rogers (1977)

    Sortie : septembre 1977.

    Comics de Dick Calkins et Philip Francis Nowlan

    7 janvier 1929.
    1929
    Buck Rodgers - John F. Dille & Richard 'Dick' Calkins - BD

    En août 1928, Philip Francis Nowlan publia une nouvelle intitulée "Armageddon 2419 AD" dans le magazine de science-fiction Amazing Stories . Six mois plus tard, en mars 1929, il publia une suite, "The Airlords of Han". Le héros de ces deux nouvelles était un homme nommé Anthony Rogers. Rogers est envahi par un gaz mystérieux lors de l'inspection d'une mine. Le gaz le met dans un coma dont il ne se réveille que cinq cents ans plus tard. Il se trouve dans un monde de technologie avancées.

    La popularité des deux histoires a attiré l'attention de John F. Dille . Dille a associé l'auteur, Philip Nowlan, au dessinateur Richard 'Dick' Calkins décide de poursuivre le récit sous forme graphique en tant que série de comics.

    Dans le cadre de ce travail d'équipe, le nom du héros a été changé de "Anthony Rogers" à celui de "Buck Rogers".

    Les efforts de Nowlan, Dille et Calkin se sont combinés pour produire ce qui allait devenir une partie importante de la culture pop américaine et de la SF en général.

    La bande dessinée elle-même a duré 38 ans. En plus de cette longue bande dessinée, Buck Rogers a été popularisé dans des livres, un feuilleton télévisé, un film et un jeu vidéo. Le sucés de Buck Rogers va donné lieu à des émulations telles que Flash Gordon et d'autres héros de l'espace.
  • Brick Bradford, volume 1

    BD de Clarence Gray et William Ritt

    1933
    Luc Bradefer / Brick Bradford - Clarence Gray et William Ritt - BD

    Créée dans la presse américaine en 1933, Brick Bradford est l’œuvre du scénariste (et journaliste) William Ritt et du dessinateur Clarence Gray. Saga de science-fiction qui se situe dans la même tradition que Buck Rogers (né en 1929) et Flash Gordon (lancé en 1934), Brick Bradford a popularisé, au moins dans un premier temps, une heroic-fantasy débridée, dont on retrouve l’influence au cinéma américain jusque dans Star Wars.

    Entouré d’un petit groupe de fidèles (dont son éternelle fiancée Béryl Salisbury), Brick Bradford parcourt l’espace, le temps (une machine, le «Time Top» lui permet de voyager aussi bien dans le passé que dans le futur) et les dimensions: l’épisode le plus célèbre de la série voit Brick, réduit à une dimension infinitésimale, pénétrer dans une pièce de monnaie dont les atomes constituent autant de soleils et de planètes.

    Traduit dans de nombreux pays (dont le France où on le rebaptise Luc Bradefer), repris en comic books, adapté en serial par la Columbia en 1947, Brick Bradford est un classique de la Science-Fiction des années 30.
  • Flash Gordon #1 (1934)

    Sortie : .

    Comics

    1934
    Flash Gordon - Alex Raymond - BD

    Une étrange planète, inconnue, se dirige tout droit vers la Terre. La future collision semble inévitable.
    Apocalypse ?…

    Un accident d’aéronef va se produire car, détachée de cette planète, une météorite vient heurter l’aile de l’avion piloté par Flash Gordon. Les dégâts sont irréparables et l’appareil fonce vers le sol. Flash a juste le temps de saisir par la taille la belle Dale Arden et de se jeter tous deux hors de l’appareil.

    Sauvés par leur parachute, ils atterrissent non loin d’un bâtiment, un laboratoire plutôt, où travaille et vit le professeur Hans Zarkov. Ce dernier invite nos amis à les suivre dans sa fusée. Le savant a confectionné un dispositif qui permettra de sauver le monde. Il va falloir faire très vite…

    Distribuée par le King Features Syndicate qui en a demandé la création pour contrer Buck Rogers qui paraît dans d'autres quotidiens, la série démarre aux USA dans dès le 7 Janvier 1934. Succès immédiat.

    Tout l’intérêt de ce Comic strip va résider dans son incroyable dynamisme, dans cette façon d'amener un récit qui ne s'arrête jamais. C'est simple, en à peine quelques strips, Flash est arrivé sur Mongo, a rencontré Ming et sa fille, a déjà combattu des dragons, des hommes rouges, il a sauvé la cité d'une attaque des hommes lion, il a été sauvé par Aura, a déjà secouru deux fois Dale et s'est fait capturer par des hommes poissons...
  • Zig et Puce au XXIème siècle - Zig et Puce, tome 9 (1997)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Alain Saint-Ogan

    1934
    Zig et Puce au XXIe siècle - Alain Saint-Ogan - BD

    Alain Marie Joseph Paul Louis Fernand Lefebvre Saint-Ogan, dit Alain Saint-Ogan, né le 7 août 1895 à Colombes (Hauts-de-Seine), occupe une place éminente dans l’histoire de la bande dessinée européenne. Avec la création – et l’immense succès public – de Zig et Puce en 1925, il va imposer l’usage de la bulle dans la bande dessinée française.

    Zig et Puce au XXIe siècle, sans doute le plus connu des albums de la série est l'une des rares incursions pour l’époque dans le genre de la science-fiction. Tout cela bien avant l’arrivée des Comics américains en France.

    Dans cette histoire, il rend hommage aux deux auteurs qu’il considère comme des maîtres de l’anticipation : le français Jules Verne et l’anglais Herbert George Wells. Il reprend à Wells certains thèmes majeurs (le voyage dans le temps, les deux races vivant sur et sous la terre) et à Verne une iconographie toute droit sortie des gravures du XIXe siècle (obus pour aller dans l’espace, champignons géants, grottes souterraines…).

    Hergé disait de lui qu'il avait été son modèle.
    Greg, qu'il était le plus chic type qu'il ait jamais rencontré.
    René Goscinny a écrit de lui qu'il était un magicien, un de ceux qui, en quelques coups de crayon, savent illuminer une enfance et la baigner de poésie.
  • Le rayon mystérieux (1997)

    Sortie : novembre 1997.

    BD franco-belge de Alain Saint-Ogan

    1937
    Le Rayon mystérieux - Alain Saint-Ogan - BD

    Cette histoire, diffusée dans la propre revue de Saint-Ogan, Cadet-Revue, entre 1937 et 1939, témoigne d’une perception purement française des potentialités graphiques du genre littéraire de la science-fiction.

    Il rend hommage aux deux auteurs qu’il considère comme des maîtres de l’anticipation : le français Jules Verne et l’anglais Herbert George Wells. Il reprend à Wells certains thèmes majeurs (le voyage dans le temps, les deux races vivant sur et sous la terre) et à Verne une iconographie toute droit sortie des gravures du XIXe siècle (obus pour aller dans l’espace, champignons géants, grottes souterraines…).

    L’intrigue se déroule dans la campagne française et cumule la plupart des motifs évoqués plus haut. Il est bâti sur le modèle scénaristique de l’enquête policière : le jeune François découvre peu à peu la vérité, aidé par la fille de l’un des scientifiques et déjoue les plans d’invasion de la Terre des Vénusiens. Le lecteur va de rebondissements en rebondissements, sur Terre, sur la Lune et sur Vénus, et Le Rayon mystérieux est une oeuvre passionnante et étonnante

  • Futuropolis (1937)

    Sortie : 1937.

    BD de René Marcel Pellarin (René Pellos)

    1938
    Futuropolis - de Pellos et Martial Cendres - BD

    L'histoire :
    Futuropolis raconte l’histoire de deux habitants des temps futurs de la Terre, Rao et Maïa, vivant sous la Terre au sein d’une civilisation humaine parfaite, très avancée technologiquement et composée d’immortels idéaux. Lorsqu’ils découvrent l’existence, à la surface, d’une nouvelle race d’hommes encore à l’état préhistoriques, ils réagissent chacun de leur côté au point de devenir ennemis...

    Le contexte :
    Pour comprendre la naissance de Futuropolis, il faut revenir à celle du journal qui l’accueille, Junior, édité par la Société Parisienne d’Edition. Cette maison d’édition domine le marché des illustrés pour enfants à grand tirage (« populaires ») depuis les années 1900 : elle est à l’origine du succès des Pieds Nickelés ou de Bibi Fricotin. Sa réaction à l’arrivée de la concurrence des illustrés américains est d’imiter leur formule éditoriale.

    Pour créer Futuropolis, il se base avant tout sur Metropolis, l’impressionnant film d’anticipation de Fritz Lang sorti en 1927. Il y reprend l’idée des deux peuples vivants de part et d’autre de la surface terrestre, en développe le thème des machines et la problématique des limites de la civilisation scientifique.
  • Action Comics No.1 (1938)

    Sortie : avril 1938.

    Comics

    1938
    Action Comics n°1 - Magazine

    Naissance de Superman.

    Les premières aventures de Superman apparaissent dans le magazine Action Comics n°1 (Ancêtre de DC Comics). Le personnage de Superman, tour à tour journaliste timide et extraterrestre aux pouvoirs surnaturels, est né de l'imagination de deux copains passionnés de science-fiction, Jerry Siegel et Joe Shuster.

    Au début, le super-héros ne vole pas dans les airs, il peut juste effectuer des sauts d'environ un kilomètre et demi.

    Le succès est immédiat. Un an plus tard à peine, D.C. Comics lui crée sa série propre.

    "It's a bird... It's a plane... No, it's Superman !"
    Quatre-vingts ans après sa naissance, Superman continue de représenter dans l'imaginaire collectif le super-héros de référence.

    Pour l'anecdote, Une rare copie de ce magazine datant de 1938 s'est vendu aux enchères en 2014 au prix de 3,2 millions de dollars, frôlant un record mondial.
  • Marvel Mystery Comics #13 (1940)

    Sortie : novembre 1940.

    Comics de Alex Schomburg et Joe Simon

    1939
    Marvel Mystery Comics #13 - Magazine - Comics

    La firme que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de Marvel a vu le jour en Octobre 1939 sous le nom de Timely Comics. D'innombrables éditeurs de comics se sont lancés cette même année. Tous comme Timely, démarraient à partir de rien. Tous cherchaient a récupérer des miettes du gâteau Superman. Jusqu' alors l'édition de comics avait été une activité marginale et sans rendement, un hobby d'imprimeurs. Avec l'apparition de Superman en juin de l'année précédente et son ahurissant succès commercial, des rêves de jackpot étaient venus fleurir les nuits des petits entrepreneurs américains.

    Nous sommes dans le premier age d'or des comics et la création de nouveaux personnages aux supers pouvoir va foisonner.

    Ce numéro 13 voit apparaître pour la 1ere fois : La Vision.
  • All-American Comics #16 (1940)

    Sortie : juillet 1940.

    Comics

    1940
    All-American Comics - Green Lantern - 1ere apparition.

    " En plein jour comme dans la nuit noire, nul mal n’échappe à mon regard. Que tous ceux qui se font les adorateurs de la haine, craignent mon pouvoir, la lumière de Green Lantern ! "

    Originellement appelé The Green Lantern, le personnage apparaît dans le numéro 16 de All-American Comics en 1940. Alan Scott entre en possession d'une lanterne magique à partir de laquelle il forge un anneau vert. Grâce à celui-ci, il peut contrôler les objets métalliques. L'anneau doit être rechargé auprès de la lanterne toutes les vingt-quatre heures. Par la suite, les pouvoirs de l'anneau vont affecter tous les matériaux, sauf le bois.

    Alan Scott est un membre fondateur de la Justice Society of America (JSA), un groupe uni de super-héros. Pendant les années 1940, il a droit à son propre titre périodique, Green Lantern.

    Mais, au début des années 1950, avec la fin de l'âge d'or des comics, le personnage est abandonné...

    Pour renaître quelques années plus tard chez DC Comics.
  • Flash Comics #1 (1940)

    Sortie : janvier 1940.

    Comics

    1940
    Flash Comics #1 - Comics - 1ere apparition de Flash.

    Flash Comics était un magazine de bandes dessinées publiée par All-American Publications et plus tard par DC Comics.

    Il voit apparaître dans son 1er numéro le super Héros Flash. Flash est le nom de plusieurs personnages de fiction appartenant à l'univers de DC Comics. Les différents Flash sont tous dotés de la capacité de se déplacer à très grande vitesse.

    Le costume du super-héros Flash est souvent de couleur rouge et jaune qui rappelle l'éclair avec au centre un éclair sur un fond blanc pour désigner sa vitesse.

    Mais le tout premier avait également un casque d'acier, inspiré du dieu grec Hermès (ou Mercure chez les Romains), doté lui aussi, d'une vitesse hors du commun.

    Il a été créé par Gardner Fox et Harry Lampert.
  • Captain America Comics #1 (1940)

    Sortie : 1940.

    BD de Jack Kirby et Joe Simon

    1940
    Captain America Comics #1 - Magazine

    Au début de l'année 1940, les auteurs Joe Simon et Jack Kirby commencent à travailler pour Timely Comics (futur Marvel Comics), une société qui possède déjà deux personnages-vedettes à son actif, Namor et Human Torch. Leur succès est important, même s'il n’est en rien comparable à Superman ou Captain Marvel.

    Les tensions internationales qui préfigurent une guerre prochaine et la situation des juifs en Allemagne nazie, qui touche particulièrement Simon, Kirby et Martin Goodman (propriétaire de Timely Comics), tous trois juifs, poussent à la création d'un nouveau super héros patriotique. Ce projet est d'autant plus valable que d'autres héros patriotiques existent déjà, comme The Shield, et rencontrent le succès. Simon et Kirby vont donc s'atteler à la tâche et créer ce nouveau héros pour Timely.

    La première apparition de Captain America se fera dans le premier numéro de Captain America Comics qui paraît le 20 décembre 1940; apparaissent aussi dès ce numéro Bucky Barnes et Crâne rouge (dans une histoire écrite par Ed Herron). Ce premier épisode connaît un énorme succès, avec des ventes qui dépassent le million d'exemplaires.
  • Le Rayon U (1974)

    Sortie : octobre 1974.

    BD franco-belge de Edgar P. Jacobs

    1943
    Le rayon U - E.P.Jacobs - BD

    Le Rayon U est une sorte de chaînon manquant entre
    les modèles de Jacobs (les grandes séries d’aventures épiques d’anticipation venues d’Amérique) et sa série principale dans laquelle il développera une vision de la science-fiction toute différente, en une voie purement « européenne ».

    nous sommes en pleine seconde guerre mondiale et la censure de l’occupant allemand, anti-américaine, interrompt l’arrivée des bandes qui traversaient l’Atlantique depuis le milieu de la décennie précédente…

    Jacobs est d’abord sollicité pour continuer Flash Gordon, la série d’Alex Raymond présente en France et en Belgique depuis 1936. Ce relais ne dure que deux semaines : les autorités allemandes interdisent la série ; à nouveau, une solution doit être trouvée pour contenter à la fois les autorités et le public…

    il faut et il suffit que les dessinateurs français et belges imaginent des séries en français imitant les grands modèles américains de la décennie précédente. Pour la science-fiction, le principal modèle est donc le Flash Gordon d’Alex Raymond, auquel on peut ajouter Brick Bradford de Clarence Gray et William Ritt. Le Rayon U n’est donc, d’une certaine manière, qu’une continuation nouvelle du Flash Gardon interrompu par la guerre.

    Le scénario que propose Jacobs prends t il source dans des références au contexte historique : le groupe de héros mené par le professeur Marduk doit trouver un minerai, l’uradium, pour faire fonctionner une arme ultime
    qui mettra fin à la guerre contre l’Austradie, le « rayon U » en question… Le nom du héros principal sonne bien britannique, et la course à la bombe atomique entre
    l’Allemagne hitlérienne et les Etats-Unis fut un des enjeux de la seconde guerre mondiale…

    Jusqu’à quel point le contexte a-t-il pu être connu
    et exploité par Jacobs dans un genre, le space opera, qui est de toute façon un genre de récit de guerre ?
  • Les Pionniers de l'espérance (1945)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Raymond Poïvet et Roger Lécureux

    1945
    Les Pionniers de l'Espérance - BD

    Nous sommes en décembre 1945 et commence dans Vaillant, un hebdomadaire français issu de la Résistance, une aventure de science-fiction scénarisée par Roger Lecureux et Raymond Poïvet intitulée Les Pionniers de l’Espérance. La série ne prend fin qu’en septembre 1973 au 81e épisode, Vaillant étant alors devenu Pif Gadget.

    Dans un futur maîtrisant le voyage spatial, un groupe d’explorateurs galactiques intrépides se rendent sur la planète Radias pour stopper la menace qu’elle représente pour la Terre. Au fil des épisodes, les héros explorent des mondes inconnus, allant, comme dans le space opera, de péripéties en péripéties et d’univers en univers, luttant contre toute sorte de dangers.

    Lecureux retourne l’idéologie américaine de Flash Gordon, celle du « héros sûr de sa force et de son bon droit » pour lui donner des accents humanistes plus européens, fidèle à l’esprit de la Résistance : « un groupe soudé de spationautes représentant toutes les races humaines qui porte aux confins de la galaxie un message d’émancipation et de révolte contre ce qu’on peut appeler l’oppression impérialiste. ». Les « pionniers » du vaisseau « l’Espérance » transmettent d’univers en univers des valeurs de fraternité et de paix.
  • Le Secret de l'Espadon (1/3) - Blake et Mortimer, tome 1 (1950)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Edgar P. Jacobs

    1946
    Blake et Mortimer - E.P.Jacobs - BD

    Toute première aventure du fameux duo Blake et Mortimer, le Secret de l'Espadon lance pour longtemps une uchronie novatrice dans la bande dessinée avec la possibilité d'une Troisième Guerre mondiale, la croyance en des innovations technologiques rapides et durables et une géopolitique mondiale complètement bouleversée.

    Elle est publiée en planches hebdomadaires dès le premier numéro du Journal de Tintin du 26 septembre 1946 jusqu'au 8 septembre 1949.

    Marqué par la Seconde Guerre mondiale qui venait de prendre fin, et en particulier les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, Edgar P. Jacobs transpose l'expansionnisme du Japon Shōwa dans son Empire jaune.

    Pour contrer l'imposant arsenal de guerre de l'Empire jaune, Edgar P. Jacobs doit inventer une arme redoutable, à la fois puissante, maniable et quasi invulnérable. Il crée l'Espadon, un avion à réaction submersible, supersonique et radiocommandé. Jacobs lui donne le même comportement en l'air qu'un stuka, une catégorie de bombardier en piqué allemand utilisé lors de la Seconde Guerre mondiale.Pour la forme de son fuselage, aérodynamique, il s'inspire de la ligne de l'espadon et du requin.

    Relevant de la science-fiction, et craignant l'invraisemblance de son invention, il montre des épures à un expert ès questions navales et aéronautiques. Ce dernier estime « qu'aucune impossibilité majeure ne s'oppose à la réalisation d'un tel projet »
  • Metropolis (1949)

    Sortie : .

    Manga de Osamu Tezuka

    1949
    Metropolis - Osamu Tezuka - Manga

    Réalisé entre 1947 et 1949 par Osamu Tezuka sur la simple lecture d’une image du film de Fritz Lang, si l’on en croit l’auteur, Metropolis est annonciateur de plusieurs thèmes récurrents de l’œuvre de Tezuka et notamment celui de la science dévoyée par un esprit criminel.
    Un classique.

    Mitchii est un androïde que le Duc rouge a construit en contraignant le professeur Lawton de lui céder sa découverte. Mais celui-ci ne se laissera pas faire et confèrera à sa créature les moyens de faire échouer les plans du criminel.

    Graphiquement, c’est le Tezuka des débuts encore influencé par les dessins animés des frères Fleischer (Betty Boop) et de Walt Disney (Mickey est d’ailleurs dûment signalé et même moqué). Le dessin est rond et simple mais la technique narrative est déjà celle d’un auteur de génie : planches panoramiques à la Winsor McCay, jeu sur les codes narratifs de la bande dessinée, il y a là, dès 1947, les prémices d’une vision moderne de la BD.

    Il faut comparer ce dessin avec celui de Morris (Lucky Luke est créé la même année) ou de Franquin de la même époque. Il y a entre les trois artistes un « air de famille » qui est dû à leur inspiration commune : le dessin animé américain.
  • Astro Boy (1952)

    Tetsuwan Atomu

    Sortie : .

    Manga de Osamu Tezuka

    1952
    Astro Boy - Ozamu Tezuka - BD

    Astro Boy est né en 1952, tout juste sorti de l'imagination d'Ozamu Tezuka, décédé en 1989. Devenu une figure emblématique du Japon, ce petit robot à l'apparence humaine recèle une valeur tellement symbolique que son influence a passé l'épreuve du temps. Nombre d'hommages lui sont régulièrement rendus dans les établissements scolaires, les produits dérivés inondent continuellement le marché nippon, il est l'effigie vedette de campagnes publicitaires...

    Tetsuwan Atomu (littéralement «Atome aux bras de fer») est apparu dans un contexte historique particulier: «Il a surgi dans la bande dessinée japonaise au moment où le pays recouvrait son indépendance, au début des années 1950. Les soldats américains quittaient l'archipel, occupé par les vainqueurs depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale».

    La création d'un robot doté de pouvoirs surnaturels mis au service de la justice, ainsi que de sentiments humains représentait la sérénité tant désirée.

    Un autre aspect déterminant a participé à consolider sa valeur symbolique. En tant que robot entouré d'une batterie d'experts, Astro Boy incarnait le désir de progrès technologiques qui a animé le Japon d'après guerre: «C'est en partie grâce à Atomu que les Japonais sont devenus les premiers développeurs, fabricants et utilisateurs de robots».
  • Objectif Lune - Les Aventures de Tintin, tome 16 (1953)

    Sortie : 1953.

    BD franco-belge de Hergé

    1953
    Tintin - Objectif Lune - Hergé - BD

    À peine remis de leurs aventures au Moyen-Orient (Tintin au pays de l'or noir), Tintin, Haddock et Milou sont appelés à Klow (capitale de la Syldavie) par le professeur Tournesol. De mystérieuses recherches sont menées en une zone interdite - plus précisément : le Centre de Recherches Atomiques de Sbrodj.

    Le Journal Tintin commence la publication des aventures lunaires sous le titre On a marché sur la Lune. Il s'agit d'un récit en 134 pages, qui seront structurées en 2 albums de 62 pages, Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). Les lecteurs de Tintin n'ont jamais vu le titre Objectif Lune dans leur journal mais ils ont eu droit à des inédits puisque certaines cases ou certaines planches ont dû être sacrifiées par Hergé pour ne pas dépasser le format des 62 pages exigées pour la publication de l'album.

    La X-FLR6
    Tant dans le roman de Jules Verne que dans les films de Méliès et de Fritz Lang (La Femme sur la Lune, 1928), l'engin capable de transporter des êtres humains vers la Lune était assimilé à un obus. L'ambition d'Hergé était de se référer au nec plus ultra des vaisseaux spatiaux.

    C'est vers les modèles dessinés (et en particulier la triste célèbre V2) par le plus grand expert mondial des fusées de l'époque, le docteur Wernher von Braun que se tourne le dessinateur. La X-FLR6 (le premier prototype imaginé par le professeur Tournesol) est lui aussi inspiré d'un modèle de missile conçu par le savant allemand.

    Quant à l'origine du fameux damier rouge et blanc, elle est en liaison directe avec une pratique établie par les ingénieurs de la NASA. Lors d'un tir, ce procédé leur permettait d'observer les basculements de la fusée par rapport à l'axe de la trajectoire et son roulis durant la phase critique du décollage.
  • Météor intégrale (2008)

    Sortie : avril 2008.

    BD de Giordan

    Mai 1953 - Juin 1962
    Meteor - Magazine BD

    Probablement l'un des ancêtres de Star Trek
    Le magazine Meteor existait dans les années 1950 et 60. Il contenait des bandes dessinées de science-fiction dont l'illustrateur était Raoul Giordan. La série comporte 110 numéros mensuels parus de mai 1953 à juin 1962.

    Le principe était voisin de celui de Star Trek qui existera plus tard aux États-Unis : un vaisseau spatial — la Space Girl — va de planète en planète découvrir de nouvelles formes de vie et de civilisations. Ils commencent par la Lune, puis par Mars... Les Conquérants de l'Espace vont ensuite multiplier les voyages dans l'espace et visiter de multiples astres, découvrant et affrontant ou sympathisant avec des flores, des faunes, des civilisations et des techniques en tous genres.

    L'équipe est constituée du sage Docteur Spencer , du pilote Spade, intrépide et séducteur, et du fougueux mécanicien Texas.
  • On a marché sur la Lune - Les Aventures de Tintin, tome 17 (1954)

    Sortie : 1954.

    BD franco-belge de Hergé

    1954
    Tintin - On a marché sur la Lune - Hergé - BD

    Cet album poursuit l'aventure lunaire initiée dans Objectif Lune. Hergé repousse sans cesse les limites scénaristiques et envoie cette fois ses héros dans l'espace. Si aujourd'hui aller dans l'espace est presque une routine, au début des années cinquante, imaginer un tel récit relevait de la science-fiction. En effet, il est important de se rappeler que l'album fut publié en 1954 alors qu'Armstrong posa le premier pas sur la Lune qu'en 1969.

    Ce sera le point culminant de l'aventure de Tintin et de ses amis. L'alunissage se fait tout en délicatesse, le moment est venu pour Tintin de découvrir le plus incroyable des spectacles. Il descend solennellement les échelons le long de la fusée. Il pose le premier pied (apparemment le droit et non le gauche comme Armstrong) sur le sol lunaire, fait quelques pas.

    Il prononce dès lors la phrase historique : « ...Pour la première fois sans doute dans l'histoire de l'humanité, on a marché sur la Lune ! ». Cette déclaration n'est pas sans rappeler celle prononcée par Neil Armstrong : " That's one small step for (a) man, one giant leap for mankind " (C'est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l'humanité).

    Notre documentaliste vous conseille le documentaire ;
    Hergé à l’ombre de Tintin
    Partie 01 : https://dai.ly/x59y0d7
    Partie 02 : https://dai.ly/x59y1jl
  • La Grande Menace - Lefranc, tome 1 (1954)

    Sortie : janvier 1954.

    BD franco-belge de Jacques Martin

    1954
    La Grande Menace - Lefranc - Jacques Martin BD

    La Grande Menace est le premier tome de la série Lefranc écrit et dessiné par Jacques Martin, prépublié dans Tintin.

    Martin nous embarque dans un feuilleton riche en péripéties et en rebondissements, à mi-chemin entre "Tintin" et "Blake et Mortimer". Cette grande menace nous joue les grands spectacles. Ça part d'une enquête anodine pour aboutir sur la découverte d'un complot et des combats dignes d'une guerre civile avec explosion nucléaire en prime.

    L'auteur nous conte la genèse de cet essai transformé en coup de maître dans un interview pour les 50 ans de Lefranc. Il était en train de rend visite à un ami dans les Vosges en 1951 "..Les Americains, pour éviter de mener un combat dans le tunnel, avaient fait une base de dérivation. Il y avait carrément une route en dessous de la montagne. A la fin de la guerre, les Allemands ont quitté les lieux précipitamment . J'ai découvert que ces V1 étaient toujours sur les rails, à la sortie du tunnel, braqués sur Paris, simplement désarmés et gardés par un simple soldat. Cela m'a semblé complètement ahurissant : n'importe quel fou aurait pu les réarmer!.."

    "..J'ai présenté ce projet au Journal de Tintin où ils ont été très étonnés. Cela ne ressemblait pas du tout à ma série Alix ! Mais j'ai insisté pour réaliser juste une histoire. Cela a été accepté à la condition que je transpose les personnages d'Alix et Enak à l'époque actuelle, d'où la création de Jeanjean. Pour la même raison, Lefranc est blond, comme Alix. J'étais jeune, j'ai obéi aux injonctions de mon rédacteur en chef.."

    Le gros succès de La Grande Menace entraînera Edgar P. Jacobs dans une grosse colère contre la rédaction qu'il accusera de lui avoir volé le style de Blake et Mortimer. E.P. provoquera même Jacques Martin en duel dans une lettre. Martin lui proposera une course sur le circuit de Spa. Plusieurs années plus tard, à l'époque du Mystère Borg, il le félicitera néanmoins pour l'ensemble de son travail et s'excusera auprès de lui disant que « c'[était] une plaisanterie ».

    Notre documentaliste vous propose le documentaire :
    "Entrevue avec Jacques Martin" : https://youtu.be/hZ-MdF9a7N4
  • Dan Dare, Pilote du futur (1955)

    The Man From Nowhere

    Sortie : 1955.

    Comics de Frank Hampson

    1955
    Dan Dare, Pilote du futur - BD de Frank Hampson

    Feuilleton-phare de l'hebdomadaire Eagle dès le tout premier numéro du magazine en avril 1950, Dan Dare, Pilote du futur devint une référence du genre. Créée, scénarisée et dessinée par Frank Hampson (1918-1985), qui lui consacra tant d'énergie que sa santé en souffrit à deux reprises, cette œuvre s'affirmait par ses illustrations de très grande qualité, ses intrigues à la fois longues et complexes qui s'étendaient parfois sur plus d'un an de parution, et l'attention que prêtait son auteur à la plausibilité techno-scientifique du récit – Arthur C. Clarke (1917-2008) travailla d'ailleurs sur la première aventure de Dan Dare. Héritière des pulps sous bien des aspects, cette série laissait néanmoins une place abondante à l'action, au suspense, à l'humour et aux effets spéciaux...

    Lire la suite de l'excellente critique de @LeDinoBleu
    https://ledinobleu.wordpress.com/…/dan-dare-pilote-du-futur/
  • Showcase # 4 (1956)

    Sortie : octobre 1956.

    Comics de Carmine Infantino

    1956
    Flash - Bd/Comics de Carmine Infantino

    Que ce soit au sein de l’univers DC qu’au sein de l’industrie du comic book, les débuts de Flash font partie de la légende. Après une période sombre où les comics furent accusés de tous les maux et où les super-héros tombèrent en désuétude, DC Comics sentit le vent tourner.

    C’est à Julius Schwartz que revient l’idée de relancer Flash, non en reprenant l’ancien personnage (Jay Garrick) mais en en créant un nouveau et en l’inscrivant dans une époque tournée vers le futur.

    Se doutait-il alors que ce personnage allait ouvrir la porte d’un nouvel âge, le fameux Âge d’Argent, qui durerait presque quinze ans ? Probablement pas mais on peut toutefois affirmer sans trop se tromper que lui et ses petits copains savaient qu’ils allaient faire un bon comic book.

    Flash Retour sur le personnage :
    https://youtu.be/kKSYzMY-xTE

  • Le Dictateur et le Champignon - Spirou et Fantasio, tome 7 (1956)

    Sortie : octobre 1956.

    BD franco-belge de André Franquin et Maurice Rosy

    1956
    Le dictateur et le champignon - Spirou et Fantasio - BD de Franquin.

    "Le dictateur et le Champignon" est le septième album des aventures de "Spirou et Fantasio".

    Spirou et Fantasio se rendent en Palombie. Là ils vont rencontrer le cousin de ce dernier, Zantafio, vu dans "Spirou et les Héritiers". Celui-ci est devenu le dictateur du pays. Nos héros vont vouloir mettre fin à cette situation. Pour agir discrètement, ils vont s'engager dans l'armée palombienne !

    Franquin introduit une nouvelle invention (du comte de Champignac, bien sûr), le Métomol, gaz issu des champignons, qui rend les métaux malléables. Une belle série de quiproquos s'en suivront.Zantafio fait merveille dans cette aventure, il prend ses galons de méchant
    de la série. Son discours où son micro est débranché est hilarant, avec ses grands gestes grandiloquents, rappelant la logorrhée hitlérienne. La scène finale où toute son armée fond reste dans les annales.

    Rencontre avec le dessinateur FRANQUIN :
    https://youtu.be/9zM2SvE5QR4
  • Tetsujin 28-gô (1956)

    Sortie : 1956.

    Manga de Mitsuteru Yokoyama

    1956
    Tetsujin 28-gō - Manga de Mitsuteru Yokoyama

    Tetsujin 28-gō , est un célèbre manga japonais écrit et illustrée par Mitsuteru Yokoyama , cette histoire figurait chaque mois dans le magazine Shōnen de juillet 1956 à mai 1966. Ce manga suit les aventures d'un jeune garçon de 10 ans nommé Shotarō et son robot géant appelé Tetsujin 28, qui avait été construit à l'origine par le père du garçon. Le robot était une arme secrète de l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que le robot a été conçu à des fins perverses, le garçon l'utilise pour protéger la paix et lutter contre le crime.

    Le manga a ensuite été adapté en quatre séries télévisées animées, une série télévisée japonaise et deux films. Paru en 1963, la première série figurait parmi les premières séries animées japonaises mettant en vedette un robot géant. Il a par la suite été publié en Amérique sous le nom de Gigantor.

    Gigantor Season 1 E01 Struggle At The South Pole
    https://youtu.be/MbZm2aAIGhI
  • L'Affaire Tournesol - Les Aventures de Tintin, tome 18 (1956)

    Sortie : 1956.

    BD franco-belge de Hergé

    1956
    L'Affaire Tournesol - BD de Hergé

    Depuis quelques jours, d’étranges phénomènes ont lieu autour du château de Moulinsart. Verres, porcelaines ou vitres éclatent sans raisons apparentes tandis que Tintin et Haddock découvrent que des espions étrangers rôdent alentours.

    Cette histoire, écrite en 1956, révèle parfaitement l’ambiance de l’époque, en pleine Guerre Froide. Hergé nous offre un récit fort, tourné vers l’espionnage et les problèmes du progrès scientifique utilisé au profit de l’armement stratégique.

    Les pays qui tentent d’enlever Tournesol sont largement inspirés du bloc des pays de l’Est mais aussi de l’ancien régime nazi.

    Malgré la gravité du thème abordé, Hergé allège son propos avec un humour qui arrive toujours à point, grâce principalement au capitaine Haddock. On fait aussi la connaissance de l’assureur Séraphin Lampion qui apparaît pour la première fois dans un album de Tintin.

    L’ensemble donne un récit plein d’intensité et de suspense mais aussi une histoire variée en terme de décors (Moulinsart, la Suisse, la Bordurie). C’est sans doute une des plus passionnantes aventures de Tintin.

    Les aventures de tintin et l'affaire tournesol
    https://youtu.be/cSpJSwFaJP4
  • L'Énigme de l'Atlantide - Blake et Mortimer, tome 7 (1957)

    Sortie : avril 1957.

    BD franco-belge de Edgar P. Jacobs

    1957
    L'Énigme de l'Atlantide - Blake et Mortimer - BD de EP Jacobs

    Le souffle de la grande aventure, le génie d'un conteur hors pair. Et ce petit quelque chose qui fait de ses albums, et celui-ci en particulier, un bijou.

    Cette fois-ci, Blake et Mortimer, partis en quête d'orichalque, vont rien de moins que trouver l'Atlantide, qui prend ici la forme d'une culture hellénisante et pourtant très avancée. Le phénomène des OVNIs est, dans le cadre de cet album, explicité en effet par l'extrême avance technologique de la civilisation atlante qui, après s'être enfouie dans un réseau de grottes souterraines (et sous-marines !) s'est isolée du monde pour se consacrer à la science et à la sagesse. L'équilibre millénaire ne satisfait cependant pas une frange de l'élite politique de l'Atlantide : voilà que Blake et Mortimer vont tomber sur un véritable complot destiné à remplacer le souverain par un dirigeant militariste dont le dessein est de s'imposer au monde des "terriens", c'est-à-dire, à la surface.

    Acharné de la cohérence graphique dans son oeuvre, Jacobs a semble-t-il réinterprété son travail sur Le Rayon 'U' pour en tirer une intrigue nouvelle et plus puissante. A la très linéaire exploration d'une île déserte, il oppose un complot souterrain destiné à imposer aux terriens la dictature de ceux des atlantes qui ne veulent plus du status quo millénaire sur lequel était fondé leur culture... alors que, d'après la tradition, c'est l'orgueil de l'Atlantide qui fut à l'origine de sa chute. De ce bel album, la couverture - qui s'explicite à la toute fin ! - touche presque au space-opera... et l'on se prend à rêver d'un retour des Atlantes au cours d'un album à venir. Jacobs ne l'ayant pas fait, peut-être que ses successeurs s'y intéresseront un jour : qui sait ?

    Rencontre avec E.P Jacobs
    https://www.sonuma.be/archive/seniorama-du-04041977

    Le jeu Witness sur l'univers de Blake et Mortimer
    renseignez vous à #laboutiquedujeu.
    https://youtu.be/kWNskgvFCUs

    La serie d'animation Blake et mortimer
    Ep 07 l'enigme de l'atlantide
    part 01 : https://youtu.be/84WLSCwDQiY
    part 02 : https://youtu.be/SJ-PrloPuZs
  • Le Repaire de la murène - Spirou et Fantasio, tome 9 (1957)

    Sortie : juin 1957.

    BD franco-belge de André Franquin

    1957
    Le repaire de la murène - BD de Franquin

    Encore un très très bon album, l'histoire est originale et
    bien construite, une bonne dose de suspens, les inventions du comte nous régalent, le méchant John Héléna a beaucoup de charisme, et l'univers aquatique participe de belle manière à l'ambiance si particulière de cet album.

    Franquin montre aussi combien il savait être visionnaire, les engins qu'il met en scène sont magnifique et terriblement en avance sur leur temps aussi, on croirait presque avoir affaire aux engins de James Bond !

    Le sous marin de spirou
    https://vimeo.com/116180035
  • Challengers of the Unknown by Jack Kirby (2017)

    Sortie : .

    Comics de Jack Kirby

    1957
    Challengers of the Unknown - Comics de Jack Kirby

    L'oeuvre de Jack KIRBY, le « Roi des Comics », a révolutionné l'industrie de la bande dessinée américaine. De sa collaboration avec Joe Simon, durant la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à la saga du Quatrième Monde, dans les années 70, en passant par les Challengers de l'Inconnu, le Démon ou OMAC, ses créations ont tenu en haleine des générations de lecteurs et inspiré une multitude d'auteurs.

    Les Challengers de l’inconnu se sont rencontrés à la suite d’un accident d’avion dont ils furent les seuls survivants. Après avoir décidé de consacrer leurs vies aux nobles causes, ils ont établi leur repaire dans une région désertique, Challenge Mountain. L’équipe est composé de Ace Morgan pilote d’essai, du professeur Harley, Red Ryan ancien acrobate de cirque, Rocky Davis champion de lutte olympique, Tino le frère de Red et par la blonde et jolie June Walker. Ensemble, ils combattent les extra-terrestres, les sorciers et savants fous.

    Début chez DC Comics en 1957 à partir du numéro 6 de Showcase puis une série Challengers of the unknown
    de 1958 au numéro 87 en 1978.

    Mais qui est Jack Kirby ?
    https://dai.ly/x1db3c7