👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Liste de

8 jeux vidéo

créee il y a 25 jours

 · 

modifiée il y a 11 jours

Super Mario 64
8.3

Super Mario 64 (1996)

Sūpā Mario Rokujūyon

Sortie : 23 juin 1996 (Japon). Plateforme

jeu vidéo de Nintendo sur Nintendo 64

Pikbilis a mis 10/10.

Annotation :

1- Quelques heures de jeu au compteur : ce que je peux déjà dire c'est que Mario 64 est un trial and error punitif beaucoup plus ardu et exigeant que ses suites (Sunshine et Galaxy), je me demande comment des enfants pouvaient terminer le jeu, sans un certain skill c'est impossible de passer les premiers stages boss, les niveaux sont plutôt courts mais le lvl design est hyper-intelligent, chaque élément semble placé pour une raison, il y a souvent des pièges vicieux comme un champignon au bord d'une falaise ou une pièce jaune près d'une bosse dans une pente de sorte que si on la prend on tombe au virage suivant, un faux move et c'est plusieurs minutes de jeu réduites à néant, répétez cela sur des dizaines et des dizaines d'essais, autant dire que je ne suis pas prêt de le terminer.
Le jeu recourt au skill mais également au facteur chance (RNG) : à un moment il faut gérer un canon à l'aveuglette pour récupérer une étoile dans une cage située dans les cieux au-dessus d'un précipice, autant dire qu'il faut des dizaines de tentatives pour atteindre la cage... ou alors comme c'est mon cas beaucoup de chance.
A titre de comparaison entre plateformes, concernant la gestion des caméras et la physique, Tomb Raider sorti sur PS la même année me semble plus brouillon.

The Legend of Zelda: Ocarina of Time
8.7

The Legend of Zelda: Ocarina of Time (1998)

Zelda no Densetsu: Toki no Ocarina

Sortie : 11 décembre 1998 (France). Action-Aventure

jeu vidéo de Nintendo sur Nintendo 64, GameCube, Wii, Wii U, Nintendo 3DS

Pikbilis a mis 10/10, a écrit une critique et y joue actuellement.

Tintin au Tibet
5.2

Tintin au Tibet (1994)

Sortie : 1994 (France). Plateforme, Action

jeu vidéo de Atari, Inc. sur PC, Super Nintendo, Mega Drive

Pikbilis a mis 5/10.

Annotation :

3 - Sur Megadrive. Je renvoie à la BD pour ceux qui ne connaîtraient pas encore le scénario. S’il y a quelque chose à retenir, c’est que ce petit con de Tchang a décidé d’escalader tout seul l’Everest se donnant en pâture au Yeti et que cette bonne poire de Tintin s’est dévouée pour aller chercher les restes. Histoire triste et surtout très con. Mais il ne faut pas en vouloir à Hergé de verser un peu dans le mélodrame. Si seulement l’adaptation n’était pas aussi difficile que l’ascension réelle de la-dite montagne. La grande nouveauté c'est qu'on glisse du premier à l’arrière plan pour éviter les obstacles : et un rien vous tuera. Une cloche sur sa route pourra avoir raison de Tintin. On en est à ce point écœuré par la difficulté surhumaine de chaque tableau qu’on finit par enchaîner les combinaisons de chaque pattern sans le moindre fun. Ce faisant on arrive enfin à la fameuse séquence de luge qui avouons-le n’a pas besoin de la mauvaise foi du JDG pour être injouable. Aucune anticipation, aucun contrôle, aucune tactique n’est vraiment en mesure de vous assurer la victoire. Il faudra donc tenter et retenter jusqu’à la rupture d’anévrisme. Très éprouvant pour les nerfs, ce Tintin est une des rares adaptations graphiquement réussies de l’univers du héros belge. Il faudra s’en contenter.

Donkey Kong Country
8

Donkey Kong Country (1994)

Super Donkey Kong

Sortie : 24 novembre 1994 (France). Plateforme

jeu vidéo de Nintendo sur Super Nintendo

Pikbilis a mis 8/10 et y joue actuellement.

Annotation :

4 - Vu qu'il y a plus que des temples à faire dans Zelda et que j'en fais un ou un demi par jour (il m'en reste trois et demi à faire) en fonction de leur longueur, je me suis autorisé à lancer Donkey Kong Country : et quel bonheur ! La difficulté est élevée mais l'ambiance est incroyable : des temples, une jungle tropicale, une foret, des mines pour l'instant, les boss sont encore très faciles, mais le véritable défi ce sont les tableaux sachant qu'on ne peut sauvegarder qu'environ tous les 3-4 niveaux, ça rend le jeu hyper challengeant, on doit gérer ses vies, pour arriver au niveau le plus difficile des 3, garder suffisamment de vies sachant pertinemment qu'on va toutes les perdre avant le game over, qui signifie la perte de tous les niveaux précédents entre la sauvegarde et sa progression, il faut die et retry, ça me fait penser à crash bandicoot (à part que celui-ci est en 3D) et à mario dans la mécanique de plateforme 2D. Mais c'est en réalité assez unique et indescriptible comme expérience, on se sent progresser en apprenant par cœur les niveaux qui en général ne sont pas trop longs mais ardus, on découvre des moyens originaux de détruire les adversaires et on valdingue de tonneau en tonneau, ramassant bananes et animaux de la jungle, dans des mini-jeux pas toujours bien clairs, sur une ost vraiment excellente et mythique bref Donkey Kong Country, c'est d'abord une atmosphère !

Dino Crisis
6.8

Dino Crisis (1999)

Sortie : 1 septembre 1999 (France). Survival horror, Action, Aventure

jeu vidéo de Capcom et Avalon Interactive (Virgin Interactive) sur PlayStation, Dreamcast, PC, PlayStation 3, PSP, PS Vita

Pikbilis a mis 8/10.

Annotation :

5 - Dino Crisis est un jeu développé par Capcom, plus connu pour la licence des Resident Evil, un autre pionner du genre horrifique en 3D pré-calculée.

Vous incarnez Regina, son équipe est dépêchée par le plus haut sommet de l’Etat pour enquêter sur les traces d’un mystérieux savant-fou prénommé Kirk. Kirk s'est évaporé dans la nature. Au péril de leur vie, les mercenaires s'engagent dans un périple sur les traces du docteur maboule, découvrant la menace qui les talonne. Le professeur Kirk a ouvert un portail temporel déchainant sur notre monde des hordes provenant du Jurassique...

Allers-retours innumérables sont de mise dans les couloirs du centre de recherches pour récolter des preuves, dénicher des clefs, rejoindre tel accès, résoudre telle énigme. L'exploitation de la 3D pré-calculée réussit à offrir des angles de caméras saisissants, dignes du cinéma. Encore aujourd'hui les ressorts narratifs et visuels s'avèrent efficaces : Le premier jump-scare du T-Rex m'a fait littéralement sursauter. Effet garanti.

Au fil de l’histoire, on commence à percer les motivations du docteur Kirk, on se surprend à devoir penser comme lui, à entrer dans la tête d’un psychopathe. L’impunité de savants isolés des réalités extérieures, la science dérivant dans une anomie complète, jouant avec les cendres du passé, ressuscitant des fantômes indomptables, constituent des thèmes vus et revus. Mais Dino Crisis propose un univers de s-f qui mise davantage sur l’horreur pure.

Resident Evil
8

Resident Evil (1996)

Biohazard

Sortie : 1 août 1996 (France). Action-Aventure, Survival horror

jeu vidéo de Virgin Interactive et Capcom sur PlayStation, Saturn, PC

Pikbilis a mis 7/10.

Annotation :

6 - Le bruit d’une balle de colt dans la tête d’un zombie est si doux

Chris, Jill et leurs coéquipiers font partie de la brigade STARS chargée d’enquêter sur des agressions mystérieuses autour de Racoon City. Leur hélicoptère s’écrase dans la zone. A la suite de quoi, Chris et ses coéquipiers se retrouvent dans un manoir. Chris pousse une porte : un zombie est en train de dévorer Kenneth. Chris s’enfuit pour avertir les autres. Le hall est vide, Wesker  et Jill ont disparu laissant derrière eux leur arme.

Je ramasse l’arme. J’arpente un dédale d’énigmes peuplé de zombies. Ne disposant au début que d’un colt et un couteau, je compte mes balles, difficile en effet de trouver des munitions. Ma condition physique est bonne mais je devrais bientôt recourir à l’herboristerie face aux animaux (chiens et corbeaux) qui me blessent, en plus des zombies qui sont cannibales. Je dois m’orienter à la mémoire, très vite je trouve un plan des lieux, mais il n’est pas très précis. La seule solution est d’explorer le labyrinthe sur des pistes parfois infructueuses au risque d’épuiser mes balles…

Resident Evil, signé Capcom, résonne comme le morceau de bravoure emblématique du survival horror. Mais son scénario (je ne parlerai pas du background assez subtil) ne peut-il pas être pris comme la revisite des point&click de mon enfance ? (Nancy Drew, Les chevaliers de Baphomet, Syberia, La Cité interdite pour ceux auxquels j’ai joué etc). Effectivement, la résolution des énigmes repose bien souvent sur la mécanique de lier un collectible au décor quand il ne s’agit pas simplement pas de trouver la clef à la porte adéquate. Bref, la résolution des énigmes est un peu perchée, ou japonaise. Sans spoiler on peut dire qu’il n’y a pas vraiment de logique imparable à la résolution des énigmes. Il faut se laisser aller à l’imagination, trouver des combinaisons improbables d’objets.

Graphiquement, le jeu parvient toujours à surprendre, non pas que ce soit une prouesse, mais la 3D pré-calculée offre des angles de vues bien trouvés et certains jump scares fonctionnent encore aujourd’hui. En effet, vous êtes bercés par la lenteur du thème principal quand une meute de chiens-zombies fracassent une fenêtre pour s’élancer à votre poursuite…

Mario Kart 64
7.8

Mario Kart 64 (1996)

Sortie : 14 décembre 1996 (Japon). Course

jeu vidéo de Nintendo sur Nintendo 64

Pikbilis a mis 7/10.

Annotation :

7 - En réalité, Mario Kart 64 n'est pas un jeu de course, c'est une accélération du plateforme classique (ex la course du Pingouin dans Mario 64), la preuve c'est que le lvl design des circuits reprend l'univers de Mario 64 ! les sensations de conduite sont bonnes ainsi que la maniabilité, les graphismes préfigurent la longue série des Mario Kart à partir de Double Dash même si les circuits sont moins travaillés que sur les suivants, il y a d'ailleurs moins de bonus trigger qui permettent de renverser une partie, à ce titre Mario Kart 64 est beaucoup plus équilibré que ses suites, mais c'est un jeu entièrement tourné vers le multijoueur, il n'y a pas de solo, ce qui le rend un peu triste à jouer seul.

Banjo-Kazooie
7.8

Banjo-Kazooie (1998)

Sortie : 17 juillet 1998. Plateforme, Action-Aventure

jeu vidéo de Nintendo et Xbox Game Studios sur Nintendo 64, Xbox 360

Pikbilis a mis 9/10 et y joue actuellement.

Annotation :

8 - C’est un univers coloré et attachant à mi-chemin entre celui de Crash Bandicoot et Spyro ou Croc, préfgurant Jack & Dexter et Ratchet & Clank dans la complicité du personnage bicéphale qu'on incarne. Graphiquement réussi, Banjo & Kazooie l’est également du point de vue du gameplay. Qu’on vole, qu’on saute, ou qu’on nage, les possibilités offertes par la 3D sont exploitées à fond. C’est vraiment un jeu intéressant parce que la difficulté est polyvalente, sur un même tableau il y aura des pièces de puzzle simples à récupérer et d’autres plus difficiles, où il faudra réellement se creuser les méninges et arpenter de fond en comble le lvl design en multipliant les angles de vues permis par la caméra mobile. Il y a des tonnes de trucs à récupérer (crânes, petits bonhommes, notes de musique, pièces de puzzle, plus des énigmes propres à chaque niveau). L’humour est au rendez-vous avec un niveau de lecture plus adulte (assez choqué que la Sorcière Bretinlda dise qu’elle se trouve « bonne »). L’ambiance sonore est vraiment excellente que ce soit la musique ou les bruitages des personnages. Il y a également une flopée de mouvements à disposition. C’est vraiment au-dessus du lot graphiquement, même si je préfère Mario 64 (sur lequel sont pompées les notes et les pièces de puzzle), je dois admettre que c’est un très bon jeu !