Et si vous deviez tuer vos camarades de classe pour sauver votre peau ?

Avis sur Battle Royale

Avatar LaRusseBlanche
Critique publiée par le

Battle Royale est assurément la plus grosse claque littéraire de toute ma vie. Dérangeant, cruel, hurlant parfois une vérité que l'on essaye de se cacher, elle confronte l’humanité à ses instincts les plus primaires, ceux qui nous incite à survivre, à mettre notre humanité de côté pour "sauver notre peau" mais qui nous détruit en même temps, à la désillusion de voir les autres plonger dans le déni, et de se sentir mourir, physiquement et moralement avec eux.
Dans un Japon transformé en dictature (république d’extrême orient, relativement isolé du monde qui l'entoure) est tiré au sort chaque année une classe de 3ème pour participer à ce que l'on appelle "le Programme" : dans une zone désaffectée de laquelle il est impossible de s'échapper, les élèves de la classe sont lâchés en pleine nature, avec des provisions et une arme aléatoire, et et à la manière d'un jeu de piste s'étalant sur plusieurs jours, ils auront le privilège de s’entre tuer jusqu'à ce qu'il reste un unique survivant, qui sera le vainqueur du "jeu". Les élèves arrivent donc avec une avec une seule certitude : je vais devoir me battre, mais contre qui ? Mes camarades ? Le Gouvernement et ses lois injuste ? Vais je pouvoir leur faire confiance et m'allier avec eux ? Ou les considérer d'or et déjà comme des cibles mouvantes ?
La principale caractéristique (et point fort) du roman ce sont ses nombreux personnages, incarnant chacun une facette et un point de vue très différent de la chose puisque ils ont chacun leurs convictions, leurs raisons d'agir et un passé et un statut tout aussi différent : une élève modèle déléguée de sa classe et ses copines, un fils à papa méprisant, une bande de pestes, un orphelin idéaliste... La liste est longue puisqu'il y en a 42 (21 filles et 21 garçons), mais on finit par être surpris de voir que c'est parfois les plus timides, les moins courageux qui vont tenter de "jouer en premier". Bien évidemment il y a des personnages plus importants que d'autres, des protagonistes qui donnent le ton : eux ils sont restés "humains", ils nous aident à nous situer dans cette barbarie, bien qu'idéalisés ils sont ceux que tous les autres auraient dû être, puisque le plus destructeur dans cette histoire ce sont les élèves et non pas le jeu.
Au fur et à mesure que les cadavres s'entassent et que le compteur de survivants diminue, on ne peut s'empêcher de regretter la mort de certains ou de se demander ce qui va arriver aux survivants : ce qui fait qu'il nous est impossible de lâcher ce pavé (oui parce que le roman est très long) sans l'avoir entièrement fini. La conclusion du livre, on s'y attend c'est évident mais tout le long, on espère qu'on aura eu la bonne intuition, que de croire en l'humanité aura servi à quelque chose. On avait déjà vu ce type de scénario dans Marche ou crève ou dans Le Prix du danger (je ne citerais pas Hunger Games ce serait lui faire trop d'honneur...), mais ici le traitement du sujet est différent, c'est un roman "à part " que ce Battle Royale.
Bref, c'est un livre à lire sans aucun doute, bien que violent et sans faux détours, il ne laissera jamais indifférent, poussant à la trappe la blafarde copie américaine en 3 volumes citée précédemment. Pour prolonger le plaisir, je recommande l'adaptation manga, qui malgré une violence encore plus exacerbée que dans le roman (c'est très gore, et il y a une forte connotation sexuelle qu'on ne retrouve pas du tout dans le roman) mets des images et des visages sur le "Programme" et son déroulement Je ne recommanderais cependant pas le film, qui reste très moyen en comparaison du manga, qui lui a été beaucoup plus soigné.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 220 fois
1 apprécie

Autres actions de LaRusseBlanche Battle Royale