Ne pas passerr à côté !

Avis sur Chavirer

Avatar matatoune
Critique publiée par le

Dans Chavirer, Cléo a treize ans, quatre mois et onze jours en 1984. Elle habite Fontenay sous bois et ne connait de la ville de Paris que la quatrième station de son RER qui la dépose au Forum des Halles. Lola Lafon raconte ses longues années de collège, de lycée puis de sa vie de femme. Lorsque commence le roman, Cléo est en quatrième et rêve de danse. Pas de tutu ni de pointes mais de modern jazz depuis qu’elle a découvert le cours à la MJC. Trois fois par semaine et une après-midi entière, elle s’y entraine et pendant que ses muscles et articulations souffrent, son esprit s’évade et rêve de s’éloigner de son univers.

Une carrière de danseuse et continuer à apprendre à danser à New-York à l’école de Fame. Pourquoi pas ? Lorsque Claire se décide à l’aborder, après avoir assisté à plusieurs cours, et lui parle de la fondation Galatée qui cherche des profils comme le sien, combatif et mature, pour les soutenir dans leur projet personnel, Cléo se dit qu’enfin la vie lui sourit…

Claire sait faire briller les yeux de la solitaire adolescente. Elle sait aussi endormir ses parents trop accaparés par un quotidien étriqué. Du flacon Loulou au restaurant parisien, Cléo découvre un monde qu’elle ne soupçonnait même pas. Et, la pince se referme sur cette adolescente rêveuse!

Lola Lafon raconte dans « Chavirer » cette emprise qui sait se rendre indispensable, qui sait répondre aux envies les plus secrètes et qui emprisonne sa proie dans son filet de gentillesse, d’attentions et même aux accents de tendresse.
La suite ici
https://vagabondageautourdesoi.com/2020/08/22/lola-lafon-chavirer/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 530 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de matatoune Chavirer