Le jour de la naissance de mon fils, j’ai décidé d’aller bien, pour lui, pour nous, pour ne pas encombrer le monde avec un pessimisme de plus. Quelques mois plus tard, des attentats ont endeuillé notre pays. En meurtrissant la chair des uns, les terroristes visaient le cœur de tous. Mes quarante ans approchaient. J’en étais à la moitié de ma vie, je venais d’en créer une et la mort rôdait. L’Enfant articulait ses premières syllabes avec le mot guerre en fond sonore



Julien Blanc-Gras, notre écrivain globe-trotter préféré, nous amène cette fois-ci loin de ses carnets de voyages littéraires habituels. Dans « Comme à la guerre », il raconte ses premières années de jeune papa, et les interrogations qui vont avec.


Il s’interroge notamment :



  • Sur l’état du monde actuel : Va-t-il mieux ou moins bien ? (étonnamment la réponse n’est pas si simple) Peut-on dire que nous vivons dans un pays en guerre ? (là aussi la réponse est plus complexe qu’il n’y parait)

  • Mais aussi sur son identité : son héritage familial, sa filiation, ce qu’il transmettra…


Pour tenter de répondre à chacune de ces questions, Julien Blanc-Gras alterne anecdotes de sa vie familiale, et extraits tirés des carnets de guerre de ses deux grands-pères.



La bouche pleine de loukoums, [mon fils] a demandé :
- Papa, tous les gens, ils sont gentils ?
Dans ma tête : non, pas tous, loin de là. Il y en a qui torturent, tuent et mangent d'autres gens, et il y en a même qui ne trient pas leurs déchets. »



Un roman touchant, plus personnel que les précédents, mais avec toujours la même plume alerte, et la même dose d'humour (sans-doute plus doux-amer).


Bref, encore un roman que je ne peux que vous conseiller !

zemoko
8
Écrit par

Le 6 février 2020

Comme à la guerre
leslecturesdeba
7

Comme à la guerre Julien Blanc-Gras

« Le jour de la naissance de mon fils, j’ai décidé d’aller bien [...].Je n'allais pas laisser l'air du temps polluer mon bonheur”. Ainsi commence le nouveau livre de Julien Blanc-Gras qui écrit son...

Lire la critique

il y a 3 ans

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime