Comprendre l'enflure

Avis sur Comprendre l'empire

Avatar -Absalon-
Critique publiée par le

Il est des ouvrages qui, lorsqu'on a plus de PQ, trouvent plus facilement que d'autre la voie de la cuvette.
Non pas par hasard, mais pour une bonne raison : la merde et la puanteur sont leurs éléments naturels, leur raison d'être, leur unique équivalent face à un tout-puissant rieur qui se bidonne jusqu'à l'étouffement devant ces excréments moribond de la pensée humaine. Ils sont la merde, sentent la merde, expriment la merde; non pas dans sa grandeur universelle comme l'a fait Artaud mais dans le sens le plus commun qui soit, celui la "merde" quotidienne : celle qui infeste et qui pue.
A la lecture de cet ouvrage, une chose deviens instantanément claire : c'est bien dans cette merde là qu'Alain Soral est né et se complaît toujours.

Nous passerons sur le talent littéraire, inexistant, même dans les envolées de haine et de certitudes qui pourtant ne privaient pas un Maurras de style et de souffle, que nous soyons en désaccord ou non.
Je dis Maurras, parce que Mr Soral doit garder précieusement au dessus de son lit un poster de cet homme dont il ne comprends pas la pensée, souvent puante mais au demeurant complexe et construite.

Soral est un petit rien, une invention de l'époque, un épouvantail à bien-pensants si caricatural et vain qu'il fait le jeu des bien pensants eux même : semi-gourou se voulant philosophe, il représente tout ce qu'il est facile d'attaquer et d'hair, mais aussi tout ce qui est facilement vénérable par le simple d'esprit : une petite gouaille d'apparat, des aboiements sentencieux, le populisme des imbéciles; et surtout la sacro-sainte obsession de la théorie du complot sans laquelle Mr Soral et ses compères ne pourraient survivre. Franc Maçon ou "Americano-Sioniste", ce complot-prétexte vient invariablement justifier toute opinion exprimée par Soral, sans que l'on prenne jamais la peine de proposer un argument concret et surtout NON PARTISAN en faveur de leur existence :

Puisque je pense ainsi, c'est qu'il y a un complot sioniste.
Puisqu'il y a de toute évidence un complot sioniste (car bon dieu, je suis sur qu'il y en a un!) alors, je pense ainsi, je le crie, je l'éructe pour tout le monde, et au diable la réflexion, au diable l'honnêteté l'honnêteté intellectuelle. Telle est la spirale permanente dans laquelle s'enferme ce non-penseur face à l'absolu, cette dégénérescence absurde et vomitive d'opinions politiques et sociétales qui, tout comme leur auteur, n'ont même pas le mérite de ne pas se contredire; et perdent jusqu'à leur intégrité.

En ce sens, Mr Soral n'est en rien différent de son tendre ennemi, Mr Henri-Levy. Ils sont frères, égaux, alpha et oméga. Ils sont la concrétisation humaine de ce que les certitudes, les postures, l'égoisme et la satisfaction de soi ont de plus risible, et de plus destructeur.

Et les fins analystes, persistent dans leurs fines analyses d'une société dont ils seraient les clowns Bozo et Boza, si elle admettait enfin être un gigantesque cirque.

Mr Soral, vous êtes le même que votre ennemi, vous représentez la même chose en pire : chez vous, le délire narcissique est aussi haut que le délire idéologique. Votre inverse est inoffensif. Vous rêveriez de l'exposition médiatique de Mr Zemmour, n'est ce pas? N'y comptez pas, lui à la plume que vous n'avez pas, il est audible sans antipathie pour beaucoup, et les autres le méprisent d'une antipathie amicale, l'écoutant hypocritement du coin de l'oreille, parfois.
Vous, vous aimeriez être influent, un maître à penser, un maître de Guerre. Je vous arrête. Vous ne l'êtes que pour les plus faibles, et on ne fait pas un monde avec les faibles. Les faibles ne vont pas à la guerre. Grand bien leur fasse : les faibles vous suivront tant que vous ne ferez qu'aboyer des onomatopées qui les flattent. Un jour, lorsqu'ils seront las de vous entendre ressasser, même eux vous abandonneront; pas si faibles finalement.

Alors, il sera tant de vous tourner enfin vers votre frère spirituel Bernard Henri Levy et de lui proposer ce que tout le monde voit naître entre vous deux depuis bien longtemps : Egalité dans la bêtise & Réconciliation dans le symbole commun que vous incarnez : celui de la cuistrerie idéologique et de l'égo-roi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6481 fois
74 apprécient · 83 n'apprécient pas

Autres actions de -Absalon- Comprendre l'empire