jé bo cou émé seu ro men

Avis sur Des fleurs pour Algernon

Avatar Colibri des Bois
Critique publiée par le

Je l’emmènerai bien sur une île déserte celui-ci car je peux le relire indéfiniment et à chaque fois je rêve que la fin soit différente ! Le génie a été atteint dans cette écriture. Tout est suggéré : la bêtise du genre humain, la tristesse du genre humain, la souffrance du genre humain, l’ignorance du genre humain, l’injustice, l’espoir, le malheur. Ce n’est pas une lecture qui met le sourire aux lèvres mais si on plonge dans ce bain bouillonnant on en sort différent. Il est évident que le message principal est qu’en ouvrant les yeux l’intelligence offre les paysages les plus beaux comme les plus désolants. « Heureux les simples d’esprit », pourrait-on penser. La science et le bonheur ont un commun la fragilité et le peu de durabilité.

Le pitch : « Si l’opération réussi bien je montrerai a cète souris d’Algernon que je peux être ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et apprendre des tas de choses et être comme les otres. » Charlie Gordon a 33 ans et l’âge mental d’un enfant de 6 ans. Il voit sa vie bouleversée le jour où, comme la souris Algernon, il subit une opération qui multipliera son Q.I. par 3. Charles va enfin pouvoir réaliser son rêve : devenir intelligent. Au jour le jour, il fait le compte rendu de ses progrès. Mais jusqu’où cette ascension va-t-elle le mener ?

Si la vie c’est l’art de cultiver la beauté jusqu’à présent Charlie n’a pas pu planter grand chose dans son jardin secret. Une autre mission sur Terre est de semer l’amour. Cette expérience sème des graines mais Charlie ne verra jamais le fruit pousser. La vie ne peut pas être pire que la mort ? La preuve que si ! Gé lu plin de foi ce livre mé tou jour la meme trice tesse. On peu rien fer. Loteur nou maine den un labirinte sen issu. Je suis contan de pa aitre Charli. Sé dur pour tou lé gen kom lui, pour tou lé maleureu. Il fo profitai de la vi on en a que une. Imaginez un aveugle qui peu à peu retrouve la vue jusqu’à obtenir la vision d’un tireur d’élite puis qui peu à peu retourne dans son royaume privé de lumière et de couleurs. Cela fait froid dans le dos. Ce livre est un glaçon, un iceberg. Toutefois le genre de banquise qui évite de rester vautré sur sa banquette !

Ces histoires existent-elles pour nous montrer combien est belle et confortable notre vie ? Je le crois. Sont-elles là pour nous rappeler de respecter chaque être vivant, d’aimer ses proches et ses voisins ? « L’intelligence et l’instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine ne valent pas cher. » Notre époque est également le théâtre de ruptures fréquentes dans les couples. En lisant ce livre, avez-vous pensé à ceux qui n’ont jamais connu l’amour ? A ceux qui l’ont connu et l’ont perdu ? « Alice sait tout sur moi maintenant et accepte le fait que nous ne pourrons être ensemble que très peu de temps. Elle a admis de s’en aller quand je lui dirai de partir. Il m’est douloureux de penser à cela, mais je crois que ce que nous possédons est beaucoup plus que ce que la plupart des gens trouvent dans toute une vie.«

Anecdote pas très gaie : hier matin en passant la caisse d’un magasin un monsieur handicapé d’une cinquantaine d’années m’a demandé de l’aider. J’ai porté son sac et il s’est tenu à mon épaule gauche jusque chez lui, une résidence pour personnes ayant une mobilité réduite. Il m’a raconté qu’il n’était pas assez handicapé pour toucher une pension suffisante et pour avoir quelqu’un pour l’aider. Il espérait devenir tétraplégique. La veille je me plaignais d’avoir une ampoule sous la plante de l’un de mes pieds. Je me plaignais ! Dans deux jours elle allait partir. Quand vous croisez dans la rue ce genre de personnes ou de pauvres hères qui semblent téléportés du XVème siècle jusqu’à notre époque, vous pouvez les aider ou les ignorer mais le message est clair. Remercier la vie tous les jours de vous donner ce qu’elle vous donne !

L’expérience tentée Sur Charlie ne peut mener qu’au chaos c’est foutu d’avance. Au mieux la tentative rate, il ne se souviendra de rien et ce sera pire qu’avant car les autres se vengeront. Au pire il va devenir super intelligent et comprendre pourquoi le plus grand prédateur de la Terre est l’homme. Quoique une intelligence moyenne suffise pour capter cette évidence ! Nous raffolons tous du juste milieu et le pauvre Charlie n’a droit qu’aux extrêmes ! “Exceptionnel s’entend aussi bien pour un extrême que pour l’autre, si bien que j’ai été exceptionnel toute ma vie.” Voilà, je ne dirai rien de plus pour ne rien dévoiler, j’ai déjà abusé (spoilers no pasarán) dans l’hypothèse d’une rencontre du troisième type avec des lecteurs extraterrestres n’ayant pas encore lu ce chef d’œuvre !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Colibri des Bois Des fleurs pour Algernon