Avis sur

Du domaine des murmures

Avatar Gwen21
Critique publiée par le

Seulement 200 pages et que d'efforts pour venir à bout de ma lecture ! Ce roman avait pourtant tout pour me plaire : un destin de femme, le Moyen Âge, les croisades, la religion et le mysticisme.

Tout avait bien commencé ; le premier quart du récit m'avait vraiment transportée dans ce contexte rude du XIIème siècle, aux côtés d'Esclarmonde, cette jeune noble qui refusait le mariage et trouvait refuge dans la foi.

La foi. Je crois bien que le bug est venu de là.

***ALERTE SPOILER***
Au XIIème siècle, la foi et Dieu ne font qu'un ; ils sont omniscients, omniprésents et omnipotents. La foi est chevillée aux corps et aux âmes. La foi fait partie de la vie, de l'identité, du quotidien et de chaque geste des humbles comme des grands. Or, pour moi, au fil des pages, la foi a réellement été la grande absente du récit. Si Esclarmonde n'hésite pas à se mutiler le jour de ses noces, ce n'est pas pour s'offrir à Dieu mais pour échapper à l'hymen ; si Esclarmonde fait le choix de devenir recluse plutôt que d'entrer au couvent c'est d'abord pour se sanctifier et non pour servir Dieu ; très vite, elle tire vanité de son "pouvoir", de son influence sur les simples gens et les pèlerins et c'est presque sans hésiter qu'elle décide de mentir pour conserver son fils près d'elle, le faisant passer pour un miraculé légitimé par ses stigmates dont elle connaît pourtant l'origine pas mystique pour deux sous. En cela, elle ne vaut guère mieux que Martin, le colporteur de reliques de pacotille.

Le mensonge est à la base de presque tous les choix d'Esclarmonde (et je ne m'attarderai pas sur la mise en scène de l'agneau lâché dans l'église pour faire croire là encore à un "miracle"), ce qui n'a eu de cesse de m'étonner puisque que le mensonge fait figure de grave péché au Moyen Âge. D'où ma déception. Je pensais découvrir en ouvrant ce roman le témoignage fictif d'une de ces emmurées vives nées de l'obscurantisme médiéval et je me suis trouvée en présence d'une héroïne romanesque dont le discours, servie par une plume plus maniérée que poétique, m'a oppressée jusqu'au dégoût. A ma grande déconvenue, je n'ai pu reconnaître à la recluse, malgré ses épreuves bien réelles, ni grandeur, ni courage, ni élévation, ni sainteté.

Une rencontre très attendue qui m'aura donc désenchantée. Le charme tant vanté n'aura pas opéré sur moi.

A noter tout de même de beaux moments de narration autour de la maternité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 139 fois
0 apprécie · 1 n'apprécie pas

Gwen21 a ajouté ce livre à 3 listes Du domaine des murmures

  • Livres
    Cover 2014

    2014

    Livres lus en 2014

  • Livres
    Couverture Sous les couvertures

    Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 2015

    Challenge de lecture du 15 nov 2014 au 21 déc 2015 ciblant les livres de moins de 250 pages. A ajouter (BD) : Pour une mine de...

  • Livres
    Cover Challenge ABC 2014 - 2015

    Challenge ABC 2014 - 2015

    26 livres lus entre le 13/09/14 et le 13/09/15 dont les noms d'auteur commencent par chaque lettre de l'alphabet. Pour le U ->...

Autres actions de Gwen21 Du domaine des murmures