Extension du domaine de la flûte

Avis sur Extension du domaine de la lutte

Avatar Young Staline
Critique publiée par le

Auteur prolifique, régulièrement qualifié par la critique littéraire mainstream comme un fleuron de la littérature française du XXIème siècle, Houellebecq n'en n'est pas moins un auteur problématique.

Sous couvert de dresser le portrait au vitriol d'une société française - spécifiquement parisienne - en proie aux rets du libéralisme et de ce que ce dernier implique d'arbitraire, de cruauté, à la fois sur le plan économique, mais également dans les jeux de séduction, l'auteur du livre "Extension du domaine de la lutte" délivre dans cet ouvrage ce qui préfigurera le "Houellebecq militant", flirtant avec une idéologie rance et xénophobe.

L'objectif que se propose l'ouvrage n'était pourtant pas dénué d'intérêt : mettre en scène la vacuité du quotidien d'un cadre trentenaire, dont l'activité professionnelle se résume au néant abyssale, syndrome kafkaïen du travail moderne ; l'illuster avec un style froid, décousu et chirurgical semblait également être un bon parti pris.

Néanmoins, Houellebecq se livre bien trop souvent au verbiage et aux explications simplistes pour résumer la nature des relations humaines, si bien qu'on ne sait si elles sont le fruit de l'adolescent marginal nihiliste ou celle du trentenaire aigri ; peu d'importance, il s'agit peu ou proue de la même chose : un chapitre du livre s'évertue à ce titre, à brouiller la frontière entre le "héros" adolescent et son pendant adulte.

Il faut aussi souligner, le mépris à peine dissimulé qu'a Houellebecq pour les femmes, les Noirs et les Arabes dans son ouvrage. Bien entendu il s'agit d'une fiction et le personnage principal est un misanthrope carabiné. C'est aussi un roman qui se veut ou semble vouloir dire le caractère autobiographique du personnage principal (ce dernier s'appelle Michel, et exerce une activité professionnelle similaire à celle qu'a exercé un temps Houellebecq). Cette confusion des genres permet bien aisément de disculper l'auteur de tout soupçon à son encontre, en se drapant de la toison d'écrivain, qui dans l'imaginaire collectif, justifie que l'on puisse dire - ou faire dire - tout et rien à la fois à ses personnages sans s'en trouver fondamentalement inquiété. Pour autant, le reste de l'oeuvre de Houellebecq, ainsi que ses prises de parole publiques se montreront plus explicites quant à la teneur de l'idéologie dont il se réclame ("Plateforme", ou encore "Soumission")

Pour autant, "Extension du domaine de la lutte" reste un ouvrage sympathique à lire, si tant est que l'on ne veuille y voir qu'une critique acerbe du monde libéral et de ce qu'il engendre d'absurde ; c'est à cet unique effet que le livre trouve une forme d'intérêt.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 29 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Young Staline Extension du domaine de la lutte