L’enfant qui mesurait le monde s’appelle Yannis. Yannis est autiste et tout changement l’angoisse profondément, alors Yannis s’efforce de mesurer le monde et de le maintenir dans l’harmonie : tous les jours ils étudient dans quel ordre les pécheurs rentrent au port et avec quelle quantité poissons, puis il compte les clients du café. De ces mesures, il construit un indice pour mesurer l’écart entre la situation du jour et le monde parfait puis, en pliant des origamis, essaie d’en rétablir l’équilibre.


Yannis vit sur l’île grecque de Kalamaki avec sa mère, Maraki. Maraki est pêcheuse comme l’était son père, elle élève Yannis presque seule, avec beaucoup de courage mais est souvent dépassée par ce fils si différent des autres.


Eliot était architecte à New-York quand il apprit la mort accidentelle de sa fille Dickie, étudiante archéologue en Grèce, le pays de ses ancêtres. Depuis, Eliot vit à Kalamaki et s’efforce de surmonter son deuil et d’honorer de son mieux le souvenir de sa fille. Il y vit depuis 12 ans mais reste « l’étranger ».


« L’enfant qui mesurait le monde », c’est la rencontre de ces 3 personnages, de ces 3 solitudes, de ces 3 douleurs. C’est aussi le portrait de Kalamaki, petite île grecque de la mer Égée. Kalamaki, comme la Grèce, traverse une crise économique profonde et difficile. Tout le monde en veut évidemment au FMI, à la BCE, à la Commission Européenne mais cette petite communauté reste soudée et solidaire.


Malgré quelques belles idées, je n’ai pas vraiment réussi à rentrer dans ce livre. Il est touchant mais, à l’exception peut-être de Yannis, les personnages manquent de profondeur. L’écriture est assez banale, il y a quelques longueurs... bref, ça tourne un peu en rond... Dommage.

zemoko
5
Écrit par

Le 24 janvier 2017

L'Enfant qui mesurait le monde
YvesMabon
3

Critique de L'Enfant qui mesurait le monde par Yv Pol

Il y a longtemps que je voulais lire Metin Arditi, suite à beaucoup d'articles élogieux sur ses livres. Manifestement, je n'ai pas choisi le bon titre, parce que je m'y ennuie ferme. Les personnages...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

1

L'Enfant qui mesurait le monde
6nezfil
7

Le nombre d'or

C'est une fable, une parabole, un conte en forme d'hommage à un pays dévasté par une crise économique sans précédent. L'enfant qui arpentait le monde est un hymne à la Grèce, à sa beauté, son...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime

L'Enfant qui mesurait le monde
Unopiu
6

Le parfum du nombre d'or

Une petite île grecque. Des personnages prometteurs. Des thèmes forts. Si ce livre se lit très bien, il laisse un sentiment mitigé. Est-ce l'histoire, un peu caricaturale? le personnage d'Eliot,...

Lire la critique

il y a 3 ans

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime