une étude de la société des cette époque

Avis sur L'enfer

Avatar Mauricette Pavet
Critique publiée par le

L ENFER HENRI BARBUSSE
Un homme las, blasé de tout, fatigué de la vie et de l'amour, qui n'a plus goût à rien, échoue dans un hôtel de province. On ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il est âgé d'une trentaine d'années. Des bruits venant de la chambre voisine, attirent son attention. Il se lève, intrigué, et remarque en hauteur, sous le plafond, un trou qui lui permet de voir... Et il regardera... fasciné, les épisodes de la vie humaine qui se déroulent de l'autre coté. Le sexe, bien sûr, tient une place importante, chambre d'hôtel oblige. Par le prisme du héros, qui reprend goût à la vie, tout en se perdant, nous devenons également voyeurs. Le réalisme cru, mais empreint de lyrisme, et le sujet même de ce roman paru en 1908, n'ont probablement pas été du goût de tout le monde à l'époque...
Henri Barbusse met en scène dans ce livre un jeune provincial venu à Paris pour travailler dans une banque, et à qui par un procédé un peu miraculeux il est permis d'observer la vie de ses voisins de la pension de famille où il loge.
Il verra la servante, deux adolescents qui s'éveillent au désir de devenir amants, le couple adultère et la peur qui les tenaille, il entendra aussi le premier cri du nouveau-né...
C'est une formidable "recherche du sens de la vie et du mystère de la mort",
L'amour, la mort.
Toujours et encore.
le narrateur cherche a percé le masque social pour découvrir la vérité des hommes, des personnes seules, des couples, des couples rêvés, des couples de solitudes.
Et il est question du mensonge, de la vérité, du mal, du bonheur, de sexe, de politique, de tout un monde où l'on peut percevoir les idées, les convictions et les doutes de l'auteur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 594 fois
2 apprécient

Autres actions de Mauricette Pavet L'enfer