👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quelle plus belle lecture que cette nouvelle à l'heure où j'entame le crépuscule des mes études ? La confusion des sentiments est un livre merveilleux, où la passion, l'amour, l'affection et l'admiration se mélangent, alternent, pour être passés au crible par l'auteur. Car qui peut prétendre connaître avec certitude ce qu'est l'amour ? Et surtout, qui peut prétendre distinguer parfaitement l'amour d'une passion pour un autre, ou l'admiration profonde que l'on peut ressentir pour quelqu'un d'une véritable affection ?
Stefan Zweig nous entraine subtilement dans cette "confusion des sentiments" à travers un personnage encore jeune, qui découvre la vie et plus encore, ses propres émotions. Impossible de ne pas s'identifier à cet être fougueux qui, d'abord tenté par la découverte de tous les plaisirs de la vie, se met à vouer une admiration sans commune mesure pour le professeur qui lui ouvre les yeux sur le monde de la littérature. Combien de fois n'ais-je pas moi-même bu les paroles de professeurs dont j'attendais chaque semaine l'arrivée du cours ? Combien de fois n'ais-je pas rêvé qu'une attention particulière me fusse donnée par ledit professeur ?
Tous ses sentiments, nous les avons vécus, sans forcément chercher à les nommer, les identifier ou les différencier. Mais pour le jeune Roland, la passion le ronge au point de le hanter et l'on découvrira que la confusion des sentiments peut aller bien plus loin que ce que l'on imagine naïvement en se référant aux codes donnés par la société.
En bref, une lecture divine qui pousse à une réflexion profonde sur ce que l'on est, ce que l'on ressent et la forme que peuvent prendre nos sentiments. Stefan Zweig écrit parfaitement et la nouvelle se lit très facilement, on n'est pas loin de la poésie.
A mettre entre toutes les mains, en particulier celles des adolescents et jeunes adultes !

ouaillenot
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Allemagne

il y a 5 ans

6 j'aime

La Confusion des sentiments
LongJaneSilver
9

Ton Zweig.

C'était ton Zweig préféré. Celui que tu ne pourras plus lire. Tu ne m'as jamais su m'expliquer, pourquoi celui-ci plutôt qu'un autre, tu m'as juste fait lire chacun de ses livres, les uns après les...

Lire la critique

il y a 7 ans

37 j'aime

La Confusion des sentiments
Luanana
9

"Nul ne se souvient de lui, en dehors de moi."

Et encore une nouvelle de Zweig dévorée et adorée. Encore une nouvelle qui s'invite au plus profond de mon être, qui l'emporte avec lui comme une symphonie infinie. Encore une fois je reste bouche...

Lire la critique

il y a 5 ans

21 j'aime

4

La Confusion des sentiments
CORPS-ANTI
10

Un professeur nous raconte une partie intégrante de sa jeunesse initiatique. L'histoire place le jeune homme, insouciant envers ses études qu'il trouve inintéressantes à cause, en partie, de...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

10

D'après une histoire vraie
ouaillenot
6

Une incroyable mise en abyme littéraire

ATTENTION SPOIL - A lire après l'avoir lu ! Un 6 avec un coup de cœur, voilà bien une étrange note... Oui mais voilà bien une étrange lecture aussi. Pendant la majeure partie de la lecture, je n'ai...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

2

Des grives aux loups
ouaillenot
8

Critique de Des grives aux loups par ouaillenot

Claude Michelet a une écriture simple, sans fioriture et innombrables figures de style. Pour autant, il sait décrire avec humilité la vie quotidienne du village d'un autre siècle, de sorte qu'on se...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

Microcosme
ouaillenot
4
Microcosme

Critique de Microcosme par ouaillenot

[EDIT 04.09.19] J'ai rouvert Microcosme cet été et je me suis pris une claque : au milieu de l'humour noir autour du cancer, du suicide et de l'apocalypse... une imbuvable misogynie qui vire trop...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

1