Da Vinci Clone

Avis sur La Formule de Dieu

Avatar spirifer
Critique publiée par le

La course-poursuite internationale entre un cryptologue et historien portugais, la CIA et les services secrets iraniens, sur fond de recherche d'armes secrètes surpuissantes et de quête mystique.

Comme Dan Brown, à qui la quatrième de couverture le compare, José Rodrigues dos Santos nous fait découvrir des liens entre deux domaines que l'on croit opposés, ou en tout cas incompatibles, dans le cas présent les sciences et la religion.
Comme Dan Brown, une éminence académique tendance anti-héros va se retrouver entrainée dans une enquête dangereuse aux enjeux colossaux, poursuivi par des méchants qui, eux au moins, savent ce qu'il faut chercher.
Comme Dan Brown, l'auteur nous propose une alternance entre action et explications, poursuites à suspense et vulgarisation ou au moins établissement de faits.
Comme Dan Brown, il expose des faits avérés et vérifiables mais en fait une synthèse et des interprétations douteuses.

Voilà pour les similitudes. Mais là où Brown sait pondre des page turners et nous maintenir en haleine sur 400 pages, Rodrigues dos Santos est capable de gratter des quasi-monologues d'une vingtaines de pages sur la fission nucléaire ou l'entropie, seulement entrecoupés de "Ah bon ?" et de "Mais alors..." Le verre à moitié plein y verra des cours magistraux de physique à peu de frais, le verre à moitié vide verra le livre lui tomber des mains sous l'effet de la somnolence et des 700 pages du pavé, surtout pour les non-initiés. C'est en tout cas très déséquilibré.
J'ai beaucoup apprécié cette vulgarisation relativement bien menée, mis à part le moine tibétain incapable de communiquer autrement que par citations et aphorismes ancestraux, le genre à recevoir des claques pour lui faire lâcher le morceau. Sur le fond, l'exposé des faits est remarquable : un néophyte, tel le professeur Noronha n'aura pas trop de mal à suivre, même si quelques passages sont flous ou plus difficilement compréhensibles, la faute peut-être à la traduction.

[SPOILER ALERT]

Mais là où je m'attendais au super twist final ou à la grande révélation, j'ai été déçu ! Etant moi-même opposé au principe anthropique fort (en gros je dis "non, l'univers n'a pas été crée pour que nous apparaissions"), je me suis demandé comment les humains, ou leurs successeurs qu'ils soient synthétiques ou pas, pourront modeler l'univers suivant sachant que tout sera gommé par le Big Crunch.
A la rigueur j'ai trouvé le concept de dieu créateur intéressant, mais finalement pas très crédible.

Et puis accessoirement, on ne sait pas ce que sont devenus les Iraniens : ils ont gobé la théorie que la Formule de Dieu est la preuve de l'existence de Dieu et pas une bombe une bombe surpuissante ? Ma théorie est que José était arrivé à la deadline de l'éditeur et n'a pas eu le temps de finir ou a volontairement oublié d'en parler parce qu'il e savait pas comment s'en sortir.

[END OF SPOIL]

En résumé, une aventure sympathique avec quelques bons passages à suspense mais somme toute très légère, prétexte à un exposé bien fait mais à la conclusion saugrenue.

On pourra tout à fait remplacer cette lecture par celle de Une Brève Histoire du Temps, de Stephen Hawking, qui ne s'attarde pas sur la romance et explique tout aussi bien, de manière parfaitement neutre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1821 fois
8 apprécient

Autres actions de spirifer La Formule de Dieu