Un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) exigeant mais passionnant

Alors qu'il était plongé dans un sommeil pressenti comme éternel, Tod Friendly réintègre le monde des vivants pour revivre chaque moment de son existence. Mais son existence n'est pas racontée par Tod, ou du moins, pas directement : le narrateur est comme coincé dans le corps de Tod (s'il est Tod, il ne l'assume pas même si, plus loin dans le roman, il passera du "je/il" au "nous" qui inclut le narrateur et Tod).


Le narrateur revit donc la vie de Tod, mais à l'envers. Sans points de comparaisons, rien, ou presque, ne le choque... Oh, il y a bien quelques anomalies qui l'étonnent tout de même : les relations amoureuses qui commencent généralement par de grandes disputes, les médecins qui semblent payés à blesser les gens ou à les rendre malades, les échanges monétaires dont la logique lui échappe...



J'ai déjà remarqué bien sûr que la plupart des conversations seraient
beaucoup plus compréhensibles si on les repassait à l'envers.



Au fil du roman, on plonge donc dans la vie de Tod Friendly et on découvre la vie d'un homme aux multiples visages (et aux multiples noms) dont les secrets pressenties se révèlent peu à peu au lecteur.


J'avais un peu peur, en commençant ce roman roman qu'il ne s'agisse que d'un exercice de style mais cet artifice littéraire est vraiment brillant. On se laisse rapidement porter par l'histoire, les situations inversées tournent rapidement au burlesque et on se prends à s'exercer à cette gymnastique mentale nécessaire si on ne veut pas relire les chapitres à l'envers (à l'envers de l'envers, j'entends... pour les remettre à l'endroit quoi).



Nous venions de bousiller deux adolescents. Leurs mères les avaient
amenés. Elles s’étaient immédiatement enfuies quand nous nous étions
mis au travail, elles avaient juste eu le temps de nous voir
méthodiquement défaire le bandes imbibées de sang. Nous avons enlevé
les points de suture et couvert les garçons de sang. Je me souviens
que Witney a habilement fiché une flèche d’arbalète dans la tête de
l’un des garçons tandis que j’enfonçais des tessons de verre brun dans
les cheveux de l’autre.


zemoko
8
Écrit par

Le 15 février 2016

1 j'aime

La Flèche du temps
ExpressAigue
8

Critique de La Flèche du temps par ExpressAigue

Quelle étonnante lecture... vraiment perturbante. Ce livre est particulièrement original, il faut le savoir avant de le commencer. Il exige du lecteur une gymnastique du cerveau très exigeante... Je...

Lire la critique

il y a 11 ans

1 j'aime

La Flèche du temps
zemoko
8

Un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) exigeant mais passionnant

Alors qu'il était plongé dans un sommeil pressenti comme éternel, Tod Friendly réintègre le monde des vivants pour revivre chaque moment de son existence. Mais son existence n'est pas racontée par...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime