Un roman dense et complexe, intéressant (quoique parfois un peu déroutant)

Dans ce roman de science-fiction de Vittorio Catani, l’action se passe en 2043. Demain, presque, donc.


En 2043, l’ultra-libéralisme n’est plus discuté, une fraction de l’humanité, ultra-riche, s’est isolée laissant la majorité des terriens dans une pauvreté extrême, voire les mettant en esclavage. Aux ultra-riches, la spéculation effrénée, aux autres un endettement illimité (chacun pouvant émettre des obligations personnelles à long-terme pour régler dépenses et factures).


Chacun est par contre équipé de PEM (Prothèses Électroniques Mentales) qui remplacent nos smartphones et ordinateurs, autant pour l’accès aux informations que pour la communication, y-compris télépathique. Problème, elles sont encore plus sensibles que nos matériels actuels aux virus, trackers et autres dispositifs publicitaires et/ou malveillants.


C'est un roman chorale où l’on suit de nombreux personnages tout autour du globe, d’Undergound New-York où s’entassent sous terre des salariés peu qualifiés, exploités et mal-payés, à Diaspar, cité idéale et secrète réservée aux ultra-riches.


Partout autour du monde, on assiste à des EE (Évènements Exceptionnels), des phénomènes physiques inexpliqués, violents et destructeurs (effondrement massif des sols, cyclones, tornades, troubles de la gravité...). Certains y voit les premières preuves de l'existence d’un cinquième principe de la thermodynamique qui menace de faire vaciller les fondements même de la société.



Des blocs de béton s’envolaient, les trottoirs se crevassaient, la mer tourbillonnait, crachait des geysers à plusieurs centaines de mètres de hauteur. Les viscères du monde se déchiraient pour l’accueillir. Il estima sa durée de vie à dix secondes, mais il heurta violemment un mur invisible, ou en tout cas subit une force répulsive. Une douleur abominable fulgura dans son bassin, ses hanches, ses omoplates.



Le roman prend tout son sens à la fin quand certains de ces destins se retrouvent dans un final... puissant.


Un roman dense et complexe, intéressant (quoique parfois un peu déroutant).

zemoko
7
Écrit par

Le 6 septembre 2018

Le Cinquième Principe
zemoko
7

Un roman dense et complexe, intéressant (quoique parfois un peu déroutant)

Dans ce roman de science-fiction de Vittorio Catani, l’action se passe en 2043. Demain, presque, donc. En 2043, l’ultra-libéralisme n’est plus discuté, une fraction de l’humanité, ultra-riche, s’est...

Lire la critique

il y a 4 ans

Le Cinquième Principe
Pequignon
7

Coolitude bis en littérature

Le cinquième principe a ça d'appréciable, c'est qu'il est d'un classicisme affirmé. Tout est fait pour la fluidité de la lecture, l'efficacité du récit. Les artifices pour donner surprise et peps...

Lire la critique

il y a 3 ans

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime