Avis sur

Le Clan de l'ours des Cavernes - Les Enfants de... par LN-au-carre

Avatar LN-au-carre
Critique publiée par le

C'était les vacances, il y a une dizaine d'année. J'avais lu tous les livres que j'avais pris dans ma valise, ainsi que ceux de ma mère, de mon père et de ma soeur. Je m'ennuyais ferme.
A l'époque, j'étais encore dans ma phase "quand je serais grande je serais archéologue". Du coup ma mère, sans trop savoir ce qu'elle faisait, m'a ramené ce livre des courses. Une semaine plus tard j'avais lu les 7 bouquins de la série.

Il y a beaucoup de défauts dans cette saga, et d'ailleurs, ces défauts s'amplifient considérablement dans les tomes prochains (je ferais une critique pour chaque presque, je suis occupée de les relire). Néanmoins l'originalité du propos et du traitement de l'époque préhistorique par l'auteur tiennent selon moi du génie. Je dis bien "selon moi", parce que vous vous doutez que j'ai du mal à rester objective, je connais ce livre par coeur.

Commençons par les défauts: Le style de l'auteur est très redondant et descriptif. Si les descriptions ne m'ont pas dérangé car elles permettent vraiment de mettre en avant le mode de vie des gens de cette époque (et que j'adore apprendre les différentes vertus curatives des plantes et ce genre de connerie), c'est probablement un point qui dessert l'histoire pour certains lecteurs. Par contre, le côté extrêmement répétitif peut vraiment devenir soulant, parce que bon, après trois fois on a compris la différence entre Ayla et les membres du clan hein, pas besoin de refaire une variante de la même chose.
Les personnages ne sont pas particulièrement travaillés selon moi. On reste quand même dans quelque chose d'assez facile et on comprend rapidement qui est méchant et qui est gentil. Néanmoins, la dynamique de groupe est vraiment bonne et on oublie ce détail vu le nombre de personnages. Si les personnages me semblent souvent faciles et lisses, c'est aussi car il y a peu d'évolution dans leur caractère tout au long de l'histoire, mais l'auteure s'attache quand même à donner à chacun des caractéristiques qui leur sont propres. Bref, on s'attache facilement à eux (confession: j'adore Brun. Voilà).
J'ai lu dans certaines critiques que le côté féministe avant l'heure du personnage principal était un gros défaut du bouquin. Personnellement je ne l'ai jamais perçu comme tel (et puis je pense que ce ne serait pas vraiment un défaut en soi). Dans ce premier tome, Ayla se retrouve dans un système de société qui ne correspond pas vraiment à sa manière de penser (voir plus loin dans la critique), et je pense que tous ces évènements que les gens considèrent féministes sont surtout une manière de montrer et amplifier la différence fondamentale entre Ayla et le Clan qui l'a recueilli, plus qu'une volonté d'affirmer un point de vu féministe. Evidemment, le Clan, par ses habitudes et ses coutumes, s'apparente à une société extrêmement patriarchale, propice à une certaine critique de la part d'Ayla (et de nous même). La raison pour laquelle j'aime beaucoup le personnage de Brun, c'est qu'il montre toutes les facettes positives de cette société: l'homme responsable, qui s'occupe de son peuple, et qui malgré les coutumes, reconnait la valeur et comprend les raisons d'agir d'Ayla. Il va continuer de respecter les coutumes (c'est dans leur gène) tout en lui laissant une chance de s'en sortir.

Le postulat de départ est pour moi le point fort du livre.
Les scientifiques et les archéologues se posent depuis longtemps la question. Pourquoi l'Homo Sapiens Neanderthalensis a-t-il disparu alors que son volume cranien est plus important que le notre aujourd'hui et que celui de l'homo sapiens sapiens, notre ancètre officiel? Comment ce cotoiement entre l'homme de Néandertal et l'homme de Cro-magnon a-t-il pu fonctionner pendant des centaines/millieurs d'années? Et pourquoi retrouve-t-on de l'ADN néandertalien dans le notre?
Souvent stigmatisé comme un être frustre, laid et attardé dans la culture populaire, les scientifiques s'accordent depuis un moment à dire qu'il était probablement aussi avancé que l'homme de cro-magnon, probablement à l'origine d'une très riche et précoce culture spirituelle et artistique.
L'auteure répond à ces questions de manière intelligente en utilisant les renseignements qu'elle a pu trouver sur le sujet à l'époque. Et même si les spécialistes nous diront que c'est probablement merdique; moi j'ai trouvé que cétait bien pensé.

Elle utilise par exemple les différences de morphologie cranienne entre homo sapiens et homo sapiens sapiens pour expliquer les différences fondamentales entre les deux peuples au niveau de la manière de penser (j'ai trouvé ça génial personnellement). Ayla et ses congénères (qui ne se retrouvent pas dans le premier tome) possèdent un cerveau plus petit, mais un cortex frontal beaucoup plus développé. Ils ont donc une plus grande faculté à inventer, se questionner et par extension évoluer. L'homme de Néandertal, le Clan, ne possède pas ce cortex frontal et reste donc ancré à ses coutumes et ses connaissances acquises bien avant: son intelligence résiderait dans son cerveau occipital, bien développé, qui lui permettrait de naitre avec des "souvenirs", ceux de tous ces ancêtres. Il ne doit donc pas apprendre comme Ayla, mais se "remémorer", gain de temps précieux dans la vie quand même.

Le premier tome parle donc de cette rencontre, comment Ayla une petite cro-magnon est receuillie par le Clan et élevée par eux; ses difficultés à s'adapter et à apprendre dans une société ou les mécanismes même de l'intelligence sont complètement différent.
L'auteure est suffisamment bonne conteuse pour qu'on veuille en savoir plus, la culture qu'elle donne aux hommes de néandertal est intéressante et travaillée, en adéquation avec ce qui était connu à l'époque.

Le travail de recherche sur chaque sujet est considérable: sur la géographie de l'époque, la faune, la flore, même la météo, l'anatomie et la culture. L'auteure comble habillement et intelligemment les trous de nos connaissances, pondant un roman dense et complet.

Toute la thématique de ce livre prend en plus un intérêt nouveau à la lecture des prochains tomes, où Ayla part retrouver les Autres, alias ses congénères (et je vous préviens que les critiques sur les tomes suivant vont parler de sexe, de société utopique, et purée j'aurais du vivre à la préhistoire si c'était vraiment comme ça).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 940 fois
7 apprécient

Autres actions de LN-au-carre Le Clan de l'ours des Cavernes - Les Enfants de la terre, tome 1