Avis sur

Northanger Abbey par Shaynning

Avatar Shaynning
Critique publiée par le

Après avoir lu "Orgueil et Préjugé", sans doute le plus lu des Jane Austen, me voici dans "L'abbaye de Northanger. Dès le premier chapitre, on sens que le ton est plus comique et de temps autre, l'autrice fait acte de présence avec des commentaires personnels, des remarques et la légère présence du déterminant "je".
Austen nous dresse l'histoire en parlant de sa protagoniste comme d'un héroïne, un peu comme si elle nous invitait à découvrir l'univers du roman, dont elle défend d'ailleurs l'intégrité un peu plus loin, au chapitre V. Si certains personnages critiquent les "romans" comme étant stupides et insipides, Catherine, sa protagoniste et Austen elle même en font l'éloge. On peut se demander si ,à l'époque où Austen a écrit ce livre, la société regardait d'un œil dédaigneux ces livres à histoires fictives.
On a des passages résolument comiques, comme Tinley, qui s'adresse à Catherine comme s'il suivait un guide d'emplois de "la bonne procédure à suivre pour s'adresser aux dames": "Maintenant, il convient que je sourie avec plus d'affectation.Et ensuite nous pourrons redevenir naturels". Il y a aussi les passages de John Thorpe, au comportement très "Donald Trump", qui se vante de son cabriolet ( tout en affectant de l'avoir acheté à bon prix pour aider un ami) à la manière d'ailleurs moderne des gars fans de leur auto.Mrs, Allen est l'archétype de la belle imbécile qui a autant de jugeote qu'un poulet et qui ne juge que par les jolies tenues. On a également une bonnes dose d'hyperboles et d'énumérations comiques.

Même les personnages sont très théâtraux, avec par exemple, Isabelle Thorpe, qui feint d'être autoritaire et indifférente des hommes, mais qui, en réalité leur prête une extrême attention. C'est aussi une championne des hyperboles et de l'hypocrisie. Les hommes sont d'une maladresse tantôt amusante, tantôt affligeante, et peu loquaces ( ne ne sont pas des lumières en matière de dialogue). Donc, de manière générale, on a beaucoup de personnages pas spécialement intelligents autours de notre héroïne.

L'action s'articule encore beaucoup autours des balades, des bals, des longues conversations et des intrigues sociales. Et une fois encore, on sens qu'au-delà du thème sentimental, on a aussi des dénonciations morales, sociales et même comportemental.

Histoire: Pour Catherine, belle jeune femme issue d'une famille nombreuse de la classe moyenne, faire un séjour à Bath dans la famille Allen est l'occasion d'entrer dans le monde. Elle s'intègre aux mondanités où elle se fait même une amie, Isabelle Thorpe et où elle fait la connaissance d'un élégant jeune homme, Henry Tinley, dont elle développe des sentiments. Malheureusement pour elle, la suite n'est pas toujours facile. Entre son amie envahissante et son frère, un grossier personnage menteur et un peu trop porté sur les véhicules, insupportable John Thorpe, Catherine tente de se familiariser avec la famille Tinley. Pour ajouter à ses préoccupations, voilà que son frère James tombe amoureux d'Isabelle. Pourtant, la jeune femme qui se vante de temps de simplicité, ne semble pas particulièrement heureuse quand le montant de la rente versé par la famille est annoncée...À travers ses péripéties, cependant, Catherine pourrait bien voir sa patience récompensée: Les Tinley l'invite dans leur mystérieuse demeure gothique, l'Abbaye de Northanger.
Pour être honnête, ce fut une lecture longue par moment et certains personnages s’épanchent trop longtemps sur des banalités. L'Abbaye n'apparait qu'au trois quart du livre. Mais je salue la prose dénonciatrice et les personnages intelligemment rapportés d'Austen.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 35 fois
Aucun vote pour le moment

Shaynning a ajouté ce livre à 1 liste Northanger Abbey

Autres actions de Shaynning Northanger Abbey