Improbable et pourtant toujours aussi enthousiasmant

Nous retrouvons, avec un bonheur toujours intact, le commissaire Adamsberg dans les brumes islandaises. Il doit bien vite quitter l'Islande, rappelé à Paris pour une affaire de meurtre... qu'il résoudra brillamment, en 2 temps 3 mouvements. Il doit quitter l'Islande, mais va rester dans les brumes car, oui, Adamsberg, peut-être encore plus que pour ses précédentes enquêtes, fait preuve d'encore moins d'orthodoxie, et la vie de sa Brigade est de plus en plus compliquée...



Adamsberg trouva la vie de la Brigade très compliquée. Est-ce qu'il avait trop laissé filer les brides ? Laissé traîner les revues d'ichtyologie sur le bureau de Voisenet, laissé le chat organiser son territoire, laissé un lit pour Mercadet, laissé Froissy emplir une armoire de réserves alimentaires, disponibles en cas de guerre, laissé Mordent à sa passion des contes de fées, laissé Danglard à une érudition envahissante, laissé Noël couver son sexisme et son homophobie ? Laissé son propre esprit ouvert à tous les vents ?



Adamsberg est happé par un fait divers : on constate, du côté de Nîmes, des décès à la suite de morsures d'araignées, de recluses plus précisèrent. Certes, les victimes sont des hommes âgés... mais tout de même, les morsures de recluses ne sont pas létales. Il n'en fallait pas plus pour que, sur internet, réseaux sociaux et forums s'enflamment et que, démangés par cette affaire, le commissaire ne décide de s'en emparer. Au mépris des procédures, et au risque de fracturer la Brigade.


C'est du Vargas : un polar étonnant mais un très bon polar, une Brigade étonnante mais de plus en plus attachante, une enquête étonnante, voire improbable, mais une enquête passionnante.


Vargas ne nous raconte pas une histoire, elle décrit tout un univers. Son écriture est toujours aussi précise : elle joue avec les mots et les dissèque avec érudition et précision. Elle s'amuse de la polysémie du mot « recluse ». De Paris à Nîmes, en passant par Lourdes, on ne lit pas « Quand sort la recluse », on se laisse porter. Le tout est de ne pas douter, et la magie opère.

zemoko
9
Écrit par

Le 13 juin 2017

2 j'aime

Quand sort la recluse
6nezfil
8

La grâce de l'alchimiste

Ce qui explique le succès de Fred Vargas, ce n'est pas seulement le talent de l'auteure, c'est aussi son originalité dans un genre, le roman policier, qui permet toutes les audaces, et puis, et...

Lire la critique

il y a 5 ans

27 j'aime

2

Quand sort la recluse
SanFelice
8

La murène et l'araignée

Neuvième roman narrant les enquêtes du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, Quand sort la recluse, de Fred Vargas, a fait l’objet d’une adaptation pour la télévision réalisée par Josée Dayan et...

Lire la critique

il y a 3 ans

15 j'aime

Quand sort la recluse
LuiseDiLida
8

Le Venin de l'araignée

« Dès qu'il y a des morts, les flics rappliquent. Mais vous n'allez pas arrêter des recluses pour assassinat, quand même ? » Quand sort la recluse, le nouveau roman de Fred Vargas, nous emmène à la...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

6

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime