Baignoire qui fuit

Avis sur Seul sur Mars

Avatar Pirlouit
Critique publiée par le

Il n'est pourtant pas long mais je n'en verrai pas la fin. Seul sur Mars n'a rien d'un roman, c'est un problème de math.

Un exemple (p. 28) : "J'ai besoin de mille cinq cents calories par jour et je dispose de quatre cents jours de nourriture pour commencer.

Combien de calories dois-je donc produire par jour pendant cette période afin de tenir mille quatre cent vingt-cinq jours ?".

Un autre (p. 30) : "Bon, admettons que je cultive la surface susmentionnée. Cela me semble raisonnable. Où vais-je trouver l'eau nécessaire ? Pour passer de soixante-deux à cent vingt-six mètres carrés de terre sur dix centimètres d'épaisseur, j'aurai besoin de 6,4 mètres cube de sol supplémentaires - du boulot à la pelle ! - et de plus de deux cent cinquante litres d'eau."

Un dernier (p. 39) : "Mon idée est d'obtenir six cents litres d'eau - grâce à l'hydrogène issu de l'hydrazine. Ce qui signifie que j'ai besoin de trois cents litres d'O2 liquide. Je peux créer de l'O2 assez facilement. En vingt-quatre heures, l'usine à carburant du VAM remplit un réservoir de dix litres de CO2. L'oxygénateur transformera ce CO2 en O2 ; le régulateur atmosphérique de l'Habitat, constatant une concentration en oxygène trop importante, le stockera dans les réservoirs principaux. Une fois ceux-ci pleins, je devrai transférer l'O2 dans les réservoirs des rovers, voire des combinaisons si c'est nécessaire. Toutefois, le procéssus est lent. Au rythme d'un demi-litre par heure, il me faudra vingt-cinq jours pour produire tout l'oxygène dont j'ai besoin."

Visiblement, cela plaît à certains. Moi, non. Il n'y a aucun style. Des problèmes de math dans le genre sans discontinuer : nous n'avons pas besoin de connaître son raisonnement dans le moindre détail ! Est-ce donc l'essence de l'histoire ? Qu'est-ce qu'il y a à côté ? Un héros plat comme Nicole Kidman, qui semble ne rien ressentir, qui ne désespère jamais malgré sa situation désastreuse, qui se tente parfois à l'humour dans son journal de bord sans y parvenir (n'est pas Benvenuto Gesufal qui veut), et qui pour s'humaniser entre deux calculs regarde des sitcoms. Ah, sinon il nous explique comment il fertilise le sol de Mars avec sa merde et ça c'était quand même indispensable.

Peut-être est-ce que cela s'améliore par la suite (je n'ai pas dépassé la page 60), mais ce sera sans moi. D'après ce que j'ai feuilleté, on a ensuite droit à des passages sur Terre avec d'autres protagonistes. Curieux. "Seul sur Mars, mais avec des mecs sur Terre quand même" devait être trop long pour l'éditeur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 862 fois
2 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de Pirlouit Seul sur Mars