Avatar Gabriel H

Critiques de Gabriel H

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.1

Critique de Gotham par Gabriel H

Excellents acteurs, bonne intrigue, univers toujours au top, réalisation À CHIER. Plusieurs exemples de cette dernière ici, piochés dans mes souvenirs [SPOILERS] : - L'image est bien trop léchée et polie pour un polar noir à Gotham City. C'est-à-dire normalement noir de chez noir. J'aurais préféré du bien crade. - L'introduction de la copine de Jim Gordon est digne d'une séquence des Feux de... Lire l'avis à propos de Gotham

Avatar Gabriel H
5
Gabriel H ·
-

Critique de 3fold par Gabriel H

Qu'est-il arrivé à ces messieurs ? Bien dommage que la "vie active" semble les avoir rattrapés. Leur musique à base de collages au scotch apparent sent bon le Clark des débuts, en moins turbulent, avec des harmonies léchées à la Autechre. Un exceptionnel artisanat qui aurait mérité un avenir... Lire la critique de 3fold

Avatar Gabriel H
9
Gabriel H ·
Écouter
7.2

Critique de Seefeel par Gabriel H

Vrouishhhhhhhh BZZZZUM VZZZZ BGLBLGBLGLBGLBLGBLGBL zongggg Cœur avec les mains ! Lire l'avis à propos de Seefeel

Avatar Gabriel H
9
Gabriel H ·
Écouter
6.4

Critique de War Room Stories par Gabriel H

Le dégoût. La détresse. Breton était ce genre de groupe différent, maître de son style, reconnaissable entre milles et un autres branleurs en pull XL et slim. EP après EP, le pied, un solide album plus tard, le panard. Et puis le single "Got Well Soon" et sa basse caverneuse. Un gros mouais mais oui quand même. Et puis... oh putain. Cette bande de petits génies, au lieu de continuer à creuser... Lire la critique de War Room Stories

2
Avatar Gabriel H
4
Gabriel H ·
8.0

Critique de Ball of Eyes par Gabriel H

Le seul problème de ce disque est qu'en réunion mondaine il faut savoir désamorcer au plus vite le quiproquo sur le nom du groupe. "AH IL ÉCOUTE PLACEBO CE GROS PÉDÉ". Soyez vifs. Lire la critique de Ball of Eyes

1
Avatar Gabriel H
8
Gabriel H ·
Bande-annonce
5.4

Critique de Cosmopolis par Gabriel H

Agréable surprise que le nouveau Cronenberg, Cosmopolis. Robert Pattinson est à la hauteur de son inexpressif personnage, pris dans un huis-clos kafkaïen (expression galvaudée, mais comme je te pisse dessus j'ai le droit) avec une digression au goût d'aigre Crime et Châtiment sur la fin. Lire l'avis à propos de Cosmopolis

Avatar Gabriel H
7
Gabriel H ·
Écouter
7.1

Critique de Other People's Problems par Gabriel H

Difficile de parler de Breton. Leur univers est si dense que les mots se font attendre. D'un autre côté, leur musique touche droit au cœur. Il faut quand même saluer cette performance, faire de l'implicite et de l'explicite en même temps n'est pas spontané pour tout le monde. C'est toujours un peu confus. On a affaire à un son souvent très direct et catchy, anglophonie oblige, mais parfois aussi... Lire la critique de Other People's Problems

7
Avatar Gabriel H
9
Gabriel H ·
Écouter
7.0

Pétillant Gaz

Je le confesse : Gaz Coombes ne fait pas partie de mon univers. Dans ma courte existence, je n'ai écouté que les deux premiers albums de Supergrass (que j'ai beaucoup aimé soit dit en passant). Ainsi ma connaissance de l'histoire du monsieur, de ses saltimbanques et de ses atomes crochus avec d'autres formations avoisine zéro. On peut même dire que je suis en colocation avec le zéro. Pas de... Lire la critique de Here Come the Bombs

1
Avatar Gabriel H
9
Gabriel H ·
Écouter
5.6

Critique de Enslaved par Gabriel H

Si le dernier Meshuggah s'appelle "Koloss", la galette de Soulfly ici présente aurait pu s'appeler "Boloss". Comprenez qu'avec un jeu de mots pareil je risque le cachot, à poil, avec pour seule chose à me mettre dans la bouche l'organe de mon geôlier. J'ai pris le risque non pas par goût de la sentence (désolé Ross), mais parce qu'"Enslaved" ne mérite que le mépris et les blagues vaseuses. Il... Lire la critique de Enslaved

1
Avatar Gabriel H
2
Gabriel H ·
Écouter
7.6

Critique de La Fin de l’espèce par Gabriel H

Huit ans, c'est à peu près le temps qu'il faut pour qu'adolescence se passe et se tasse. Mais depuis 2004 et "Vive la vie", Fuzati se l'est joué façon Benjamin Button. Après avoir craché toute sa bile d'éphèbe avec l'Atelier puis le Klub des Loosers, Fuzati n'avait plus grand chose à marmonner de neuf dans ce duvet mouillé par les larmes. Le Klub des 7 est alors né pour enculer la chronologie.... Lire la critique de La Fin de l’espèce

3 3
Avatar Gabriel H
9
Gabriel H ·