Un petit moment de douceur aux pays des shôjos...

Avis sur Blue Spring Ride

Avatar Manga_Suki
Critique publiée par le

Étant une grande fan inconditionnelle de l'oeuvre de Io Sakisaka, il était évident pour moi de jeter un coup d'œil à cette fraîche adaptation animée. Ce ne fut pas un coup de cœur et pas aussi addictif (mais quand on connaît l'histoire, cela semble logique) mais je pense pouvoir affirmer sans problèmes que les fans s'y retrouveront.

Au collège, les timides et discrets Ko et Futaba s'aiment, mais leur amour n'aboutit finalement pas et ils finissent par se perdre de vue. Des années plus tard, Futaba et Ko se retrouvent, mais ont tous deux bien changé et ne semblent plus pouvoir s'entendre. Tout retour en arrière est-il impossible ?

Io Sakisaka est de ces mangakas très forts pour faire d'un synopsis bateau au possible (ceci dit, Strobe Edge fait mieux sur ce point là) une oeuvre addictive où tout le monde pourrait s'y retrouver. C'est en tout cas mon cas et ce, quelque soit le support, puisque de nouveau, je me suis beaucoup identifiée à Futaba. Et donc, comment ce shôjo d'allure si banale peut devenir aussi passionnant ? On ne va pas se le cacher, c'est en grande partie pour sa romance, qui va faire rêver (et kyatiser!) plus d'une. En effet, mêmes si certaines scènes sont moins bien réalisées que dans la version papier, reste que la furieuse envie de les voir ensemble de nouveau est bien là. Je trouve que leur relation n'est de plus pas si ordinaire que cela, parait parfois naturelle d'ailleurs. Il y a plusieurs passages de rapprochement qui devraient vous faire fondre sans problème. Le duo est donc touchant et à la fois dynamique. C'est d'ailleurs un de mes couples favoris, toutes séries confondues, tant ils forment un beau duo. L'anime s'arrête avant que l'on ne puisse parler de couple, mais cela en donne un bel avant-goût tout de même.

Mais Blue Spring Ride, c'est aussi plus qu'une romance douce et confortable. C'est aussi une étude sur la jeunesse, ces années dont la mangaka semble si nostalgique et sur la recherche de soi-même, pour être accepté des autres. Cette volonté d'être aimé comme on est et ces tâtonnements pour se trouver est d'ailleurs présente chez tous les personnages. Futaba, qui a du changer sa personnalité pour éviter les railleries des autres filles, jalouses de son succès auprès des garçons, en est un bon exemple. Elle qui s'était crée une personnalité brusque et garçon manqué pour plaire va se rendre compte de son erreur en rencontrant Ko. Elle va alors commencer à chercher sa véritable personnalité, celle cachée sous le masque, au risque de déplaire. Je me répète, mais j'aime ce personnage, vraiment. Parce que parfois, elle me renvoie surtout à moi, particulièrement dans ses petits défauts et certaines de ses pensées. Pour ce qui est de Ko, sa véritable personnalité se voit enfouie en lui depuis le décès de sa mère. Il culpabilise et, d'une façon pour se punir, s'éloigne des autres, change et se cache. Il est terriblement touchant quand il se dévoile à Futaba, lui et son histoire et l'on en vient à souhaiter le voir évoluer d'une façon heureuse. Makita est également proche d'eux sur cet aspect. C'est en quelque sorte l'idéal à atteindre pour Futaba, puisqu'elle assume totalement sa personnalité, quand bien même ça ne fait pas que des heureux. Voilà, Blue Spring Ride, c'est aussi un peu plus profond que ça.

Les personnages ont donc de l'humain avec eux et ça, je peux dire que ça fait plaisir. Futaba est une héroïne attachante et optimiste qui n'a de cesse que de devenir une meilleure personne. Elle est particulièrement mignonne et évite les clichés du genre pour devenir un personnage différent sans être marginal. Ko, notre beau brun ténébreux ne manque pas de charme et s'est rapidement fait une place de choix parmi mes chouchous. De plus, le personnage subit une jolie évolution et se montre finalement plus complexe qu'il n'en a l'air. Les autres amis de ce couple attachant ne sont pas en reste. Comme tout le monde je pense, j'ai craqué pour l'adorable Makita, qui se montrait attachante malgré son statut de "parasite" dans le couple Kou/Futaba. Comme je l'ai dit plus haut, sa personnalité plus forte qu'il n'y parait était touchante. Mon petit coup de cœur reste toutefois sur Murao et sa relation très douce avec le professeur Tanaka. Je ne pourrais pas l'expliquer, mais ça a toujours été un personnage qui m'a beaucoup plu.

Toutefois, je ne peux pas dire que l'anime du studio Production IG m'a satisfait sur tous les points. Le graphisme de l'anime, principalement, est maladroit et assez inégal. Difficile dans ces conditions donc, de rivaliser avec la beauté du trait de Io Sakisaka. De plus, je trouve que l'on entre moins aisément dans les pensées de Futaba, alors que pourtant, il s'agit là pour moi d'un des atouts principal du manga. Pour le reste, la série est extrêmement fidèle au support d'origine. J'ai beaucoup aimé les jeux de couleurs très doux lorsqu'on revient en arrière pour retrouver Futaba et Ko dans leurs années collège. C'était vraiment joli, au même titre que l'opening qui regorgeait d'un dynamisme communicatif.

Pour les fans comme pour les non initiés au talent de Io Sakisaka, ce shôjo doux et addictif devrait ravir le cœur des fleurs bleues. Les personnages y sont attachants et l'on se prend vite dans l'intrigue, pas si déjà vue que ça. Un bon moyen d'introduction vers le manga..

Critique sur mon blog

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2941 fois
4 apprécient

Autres actions de Manga_Suki Blue Spring Ride