👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Par Nicolas Laquerrière

Girls sous crack. Voilà la meilleure façon de décrire Broad City, dernière née de Comedy Central (l'historique South Park, l'excellente Workaholics, etc), relatant les déboires de deux New Yorkaises, “BFF” à la ville comme à l'écran. Coincées dans des boulots qui ne les intéressent pas (l'une fait acte de présence dans une start-up qui vend des « propositions » nébuleuses, l'autre nettoie les poils pubiens, vomis et autres accidents d'une salle de fitness), embarquées dans des relations amoureuses à sens unique ou purement sexuelles, elles sont les incarnations déjantées de ce que pourrait être la femme moderne. Abbi et Ilana, actrices principales et showrunners, sont littéralement Broad City, un anti-brûlot féministe qui pourrait bien être tout aussi efficace.

Ce qui frappe dans Broad City, c’est l’aisance et la confiance totale de la série dans son style d'humour, son écriture et sa narration - ses débuts en tant que websérie de 2009 à 2011 y contribuant sûrement. Dès le premier épisode, Broad City pose parfaitement son univers, et évite les expérimentations plus ou moins heureuses autour de personnages tâtonnants qui peuvent transformer une première saisons en une succession de pilotes (on pense aux débuts laborieux de About a Boy). Ici, la série attaque au vif et propose dix épisodes aux pitchs d’une efficacité absolue, parfois dignes de comédies high concept complètement tarées comme les affectionnent Will Ferrell et consorts, nimbés de punchlines destructives, de références peu usitées et vraiment drôles et d'un humour visuel et physique, rarement exploité en télévision, achevant d'apporter de la fraîcheur au paysage comique sériel en plein renouvellement sur les « petites » chaînes (Sirens, You're The Worst).

Visuellement moins léchée et recherchée que Girls, Broad City partage avec elle un filmage naturaliste de New York dont la grande force est de permettre l'entrée d'un humour à la limite du surréalisme. Le style se rapproche parfois d'un filmage guerilla mais la composition des plans et surtout le montage, redoutable, démontre clairement une maîtrise totale de son sujet. Même dans ce pastiche de gros clip de rap US qu'est l'intro du neuvième épisode de la saison, hyperbolant une remise de chèque sur fond de Started From The Bottom de Drake, la série fait preuve d’une énergie communicative et on est sous le joug de la somme des talents mis en œuvre à sa réalisation. Énergique et maîtrisé, des adjectifs qui s'appliquent également au casting des personnages secondaires. Limités mais géniaux (du dentiste blagueur amoureux d'Ilana à son coloc immigré clandestin/dealer en passant par le type infect qui squatte chez Abbi), ils ne sont ni des gadgets, ni les véritables stars de la série face à l'inanité des leads (Barney de How I Met Your Mother, entre autres), mais une authentique valeur ajoutée à des scripts qui peuvent ainsi étendre leur spectre humoristique.

Le duo Ilana Glazer/Abbi Jacobson est la révélation éclatante de la série. Aussi folles l'une que l'autre et de toute évidence complémentaires, elles composent des personnages très opposés dont l'amitié, nourrie par leur réelle amitié, tombe sous le sens. Malgré son étrangeté, sa folie, sa méchanceté et sa vulgarité, Broad City parvient à rester tendre et très fine dans ce qu'elle dit sur cette amitié grâce à l'alchimie du duo. Là où Girls poursuit son étude clinique de la désintégration d'un groupe d'amies, Broad City entame de la chronique d'une amitié totale dont les fêlures et les manques se développent, finement et de façon hilarante, au détour de gags ou d'échanges de vannes. Du très haut niveau au delà de la gaudriole.
Chro
10
Écrit par

il y a 8 ans

30 j'aime

1 commentaire

Broad City
MadMath
9
Broad City

"Day 274: Five hours late, wearing a napkin as a shirt, violently high."

C'en est trop. Il faut que je clame mon amour pour Broad City, haut et fort. Il le faut. Abbi Jacobson et Ilana Glazer sont BFF, actrices, et aiment raconter les travers de la vie de vingtenaire à...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

4

Broad City
Kamille_P_
9
Broad City

YAAAAS QUEEN

Au début, je ne m'attendais à rien. Je n'avais rien lu, rien vu, rien entendu, sur ces deux filles, sur leur humour, sur la série. Imaginez ma surprise quand dès les premiers épisodes la série s'est...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

1

Broad City
Lycaonne
10
Broad City

Critique de Broad City par Lycaonne

Je mets 10 car c'est mon unique coup de coeur de cette année, et merde, ça me manque déjà ! Power to Ilana.

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

Les Sims 4
Chro
4
Les Sims 4

Triste régression

Par Yann François « Sacrifice » (« sacrilège » diraient certains) pourrait qualifier la première impression devant ces Sims 4. Après un troisième épisode gouverné par le fantasme du monde ouvert et...

Lire la critique

il y a 7 ans

42 j'aime

8

Il est de retour
Chro
5

Hitler découvre la modernité.

Par Ludovic Barbiéri A l’unanimité, le jury du grand prix de la meilleure couverture, composé de designers chevronnés, d’une poignée de lecteurs imaginaires et de l’auteur de ces lignes, décerne sa...

Lire la critique

il y a 8 ans

37 j'aime

Broad City
Chro
10
Broad City

Girls sous crack.

Par Nicolas Laquerrière Girls sous crack. Voilà la meilleure façon de décrire Broad City, dernière née de Comedy Central (l'historique South Park, l'excellente Workaholics, etc), relatant les...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

1