👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je déteste parler de ce que j’aime. Ou plutôt, je déteste écrire sur ce que j’aime, parce-que j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à rendre sa substance à l’œuvre qui m’a tellement fascinée que j’ai l’impression que je n’en sortirai jamais. A la limite, je veux bien parler de Buffy avec les gens que je croise ; ne serait-ce que pour leur dire à quel point cette série est aussi fantastiquement géniale que dramatiquement mal jugée (et je n’exagère presque pas). Mais alors, écrire une critique dessus me donne juste envie de me cacher, surtout quand je pense aux articles déjà écrits sur le sujet, et qui m’ont donné envie de commencer la série.

Mais le fait est que je ne peux pas rester ici sans faire mon éloge de Buffy et du Buffyverse. Avant de regarder Buffy, je considérais qu’aucune série ne pourrait me faire plus aimer ses personnages que Twin Peaks, et que jamais quelqu’un ne me manquerait plus que Dale Cooper. Si mon agent préféré restera toujours dans mon cœur, je crois qu’aujourd’hui je ne pourrais plus aller à la fac sans avoir une pensée émue pour la saison 4 de BTVS, Saint Graal où les personnages de la série commencent à prendre leur envol et à faire les choix qui les suivront ensuite dans les premières pas de leur vie d’adulte qu’illustrent les trois dernières saisons.
Buffy est souvent représentée comme une métaphore de l’adolescence et du passage à l’âge adulte. La série suit l’héroïne et ses compagnons d’infortune du lycée jusqu’à plus ou moins leurs 22 ans. Elle les fait passer par tous les rites de passage qui constituent la société actuelle : la volonté d’être accepté au lycée, la confrontation avec les adultes qui n’ont jamais l’air de comprendre, le mensonge et la vérité que personne ne voit, et finalement les responsabilités qui ne vont qu’en grandissant. Si le sujet semble banal de prime abord, il n’est qu’une excuse pour ouvrir les portes d’un monde d’interprétation. Tandis que le statut de Tueuse de Buffy lui attire autant d’ennuis que de gloire (au cours des saisons, tout le monde semble envier Buffy sans jamais vouloir prendre le quart de ses responsabilités), l’univers démoniaque entourant la série permet d’initier le postulat selon lequel personne n’est jamais totalement digne de confiance.
Comme le rappelle Giles dans le final de la saison 5, « Buffy est une héroïne. Pas nous ». Tant dans le camp des « gentils » que dans celui des « méchants », les personnages font preuve, au cours des sept saisons, d’une ambivalence parfois perturbante, nous faisant douter autant que Buffy elle-même de la confiance que l’on peut accorder à chacun. La dichotomie qui apparaît dans les premières épisodes de la série, à savoir humains = gentils et démons = méchants, devient vite caduque et rappelle que même dans un monde simpliste en apparence, rien n’est jamais défini à l’avance. Ainsi, les vampires, tels qu’Angel mais surtout Spike, s’avèrent moins maléfiques qu’annoncés, et les humains, quand ils ne sont pas la menace principale (dixit le Trio dans la saison 6), deviennent parfois tellement instables qu’ils franchissent la limite en apparence claire entre le bien et le mal.

Car dans Buffy, tout est question de pouvoir, comme le rappelle le grand méchant de la saison 7. La question du pouvoir est débattue tout au long de la série, il est celui que Buffy rejette, parce-qu’il attire des ennuis et qu’elle ne rêve que d’une vie « normale » où elle peut « porter une robe et aller au bal de fin d’année » mais sans lequel elle ne peut vivre, parce-qu’il la rend puissante et indépendante. Willow, en devenant une sorcière, fera une expérience similaire. Chaque personnage détenant le pouvoir découvrira à quel point il peut être bon ou mauvais, mais surtout indispensable ; et ce sont surtout les femmes qui le possèdent : parce-que Joss Whedon voulait héroïne puissante, et des personnages secondaires féminins badass (Willow sorcière, Anya ex-démon…), il a créé un univers qui fourmille d’idées, de sous-entendus, de sens cachés, tout en mettant en place un monde attachant et rempli d’humour, dont on n’arrive pas vraiment à sortir une fois qu’il se referme (enfin, qu’il s’écroule).

Je n’en dirai pas plus, parce-qu’il est impossible de résumer mais aussi d’interpréter Buffy (dois-je mentionner les Buffy studies à l’Université ?). Je crois qu’il faut juste se donner la peine de le commencer et de se laisser happer.
Aude_Allard
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Séries

il y a 7 ans

6 j'aime

Buffy contre les vampires
Lehane
10

Pain. Death. Apocalypse.

Aujourd'hui, je me lance dans une critique que j'appréhende, mais que je meurs d'envie d'écrire pour montrer aux gens ô combien Buffy contre les vampires est une série merveilleuse, pour les pousser...

Lire la critique

il y a 9 ans

200 j'aime

162

Buffy contre les vampires
Bondmax
10

10 épisodes qui montrent que Buffy est un chef d'oeuvre

C’est fini, après plus d’un mois et demi passé à Sunnydale, c’est fini. Oui je sais que j’ai des années de retard, mais bon il n’y a pas d’âge pour découvrir des chefs d’œuvre. Car oui un chef...

Lire la critique

il y a 7 ans

99 j'aime

41

Buffy contre les vampires
Elise
9

Un pieu et au lit

La plupart des gens qui affirment ne pas aimer Buffy contre les vampires n'ont souvent regardé qu'un épisode un samedi soir de 2002, rongés par la gastro et la version française. Buffy est comme un...

Lire la critique

il y a 12 ans

98 j'aime

2

Buffy contre les vampires
Aude_Allard
10

Buffy, ou le stress de la critique.

Je déteste parler de ce que j’aime. Ou plutôt, je déteste écrire sur ce que j’aime, parce-que j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à rendre sa substance à l’œuvre qui m’a tellement fascinée...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime