👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La merveilleuse esthétique de l'horreur.

Ceux qui me connaissent savent que je ne sais pas noter. Quand je n'aime pas je mets rapidement 1 ou 2 et quand j'aime, 9 ou 10 sans réserve. Channel Zero rentre dans la seconde catégorie.

La saison 1 de Channel Zero s'appelle Candle Cove et a été écrite à partir d'une histoire de Kris Staub.
Une émission télévisée aurait été diffusée seulement quelques-mois dans les années 70 et les enfants uniquement pouvaient la voir.
Un épisode en particulier est devenu mythique : 'Le Screaming Episode' (s01e12) que je vous mets en lien : https://www.youtube.com/watch?v=o2h5ym6ZlVY
Ceci étant dit, vous ne pourrez pas le voir en entier si vous êtes adultes.
L'histoire est devenue au fil de temps une creepy pasta (au même titre que le Slander man), à tel point que certains internautes croient aujourd'hui que Candle Glove a réellement existé.

C'est dans ce contexte que Nick Antosca a décidé de placer sa série.
Pour de l'horreur américaine, je trouve que c'est du très haut niveau. Le scénario ne joue pas tant sur le scare jump que sur la création d'une ambiance, d'une tension, la manipulation de ficelles plus "classiques", que Poe n'aurait certainement pas reniées.
Tout tient debout avec un sens du détail, une précision incroyable. Pas de deus ex machina bidon, de retournement mal amené, non, tout est calculé, précis.
On se fait même parfois gentiment balader.
Les acteurs sont tous bons. Certains meilleurs que d'autres, mais c'est globalement très bien joué.
La musique est super, elle accompagne parfaitement l'action. Il n'y a pas vraiment de thème catchy, de mélodie mémorable, mais c'est dans l'air du temps (me dites pas 'Stranger Things' ; son action se passe dans les années 80).
On arrive au point qui m'a véritablement séduit dans cette série : c'est à la fois un hommage à la glauquerie, parmi les plus sales et les plus dérangeantes qui soient, une déclaration d'amour à la terreur avec ses montées, son côté psychologique dérangé et c'est en même temps d'une beauté et d'une poésie rares, avec une histoire d'amour familial et une photographie à vous couper le souffle.

Bref, j'ai personnellement adoré cette série, je vous la recommande chaudement. En plus elle est assez courte (6 épisodes) ce qui ne constitue pas un énorme risque si vous n'aimez pas.

G_o_n_e
9
Écrit par

il y a 5 ans

6 j'aime

2 commentaires

Channel Zero
G_o_n_e
9
Channel Zero

La merveilleuse esthétique de l'horreur.

Ceux qui me connaissent savent que je ne sais pas noter. Quand je n'aime pas je mets rapidement 1 ou 2 et quand j'aime, 9 ou 10 sans réserve. Channel Zero rentre dans la seconde catégorie. La saison...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

2

Channel Zero
MathieuGomez
8
Channel Zero

Ne pas s'arreter à la saison 1

Quand je vois les critiques postées ici, je constate que beaucoup ne vont pas plus loin que la saison 1... Je me dois de rectifier le tir avec une sorte de critique "update" simple mais j’espère...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime

6

Channel Zero
SuicideSnake
6
Channel Zero

L'horreur courte et un peu bancale

Channel Zero n'est pas une mauvaise série et elle l'avantage d'être courte (en plus d'être anthologique) mais elle ne casse pas trois pattes à un canard. Autant il y a de bons moments d'angoisse qui...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

I Know You're in There
G_o_n_e
1

Misérable.

Je n'ai pas l'habitude de démonter les initiatives, surtout quand elles viennent de jeunes pousses, catégorie à laquelle Robert Lawson Gordon semble appartenir puisque c'est son deuxième film après...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

Blair Witch
G_o_n_e
1
Blair Witch

Du caca pourri

J'avais pris ce film pour le train, j'adore les films d'horreur et j'espérais me régaler en profitant de l'ambiance magnifique du 1, avec un budget conséquent et des trucages actualisés, réfléchis,...

Lire la critique

il y a 5 ans

Catacombes
G_o_n_e
9
Catacombes

La tête à l'envers.

Je suis dithyrambique aujourd'hui, alors j'en profite pour noter ce film qui m'a laissé un excellent souvenir. Quelle fierté qu'un film aussi fou se passe en France. J'ai le souvenir d'une montée...

Lire la critique

il y a 5 ans