👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Alors que la Grande Bretagne s'apprête à suivre un nouveau prime-time du show "Big Brother" une éruption de zombies vient gâcher la fête et emporte tout sur son passage. Tout ? Pas tout à fait puisque quelques survivants subsistent. Une poignée de destins qui vont se nouer autour de la maison-studio de l'émission de télé-réalité.

Contrairement à ce que laisse croire les 10 premières minutes, où l'on voit la télé-réalité dans ce qu'elle a de plus pathétique et absurde (au naturel donc), Dead Set n'est pas là pour rigoler, mais alors pas du tout. Très vite le show prend une tournure dramatique et n'a de cesse d'aller à chaque fois un peu plus loin dans l'horreur et le désespoir.
Dead Set c'est seulement 5 épisodes, courts qui plus est (45 minutes pour le pilote et 25 pour les autres), mais la série tire toute sa force de ce format ramassé en adoptant une nervosité de tous les instants.
Du cadre (caméra à l'épaule, longue focale à la mise au point fluctuante), au montage cut en passant par le scénario (un rebondissement en chasse un autre), tout est fait pour créer l'urgence, la peur, le malaise.
La violence est partout, tout le temps et va crescendo. Le Show profite de l'aspect voyeuriste de la télé-réalité pour n'épargner aucuns détails gore : les têtes sont fracassées plein cadre, les tripes sont arrachées en gros plan, les survivants sont traités sans compassion. Une outrance graphique jusqu'au boutiste qui interpelle, qui choque.

Le plus surprenant là dedans est que Channel 4 (la chaine ayant commandé et diffusé Dead Set) est aussi la chaine diffusant Big Brother, le vrai show de télé-réalité. Un programme phare et populaire mais pourtant la chaine laisse une liberté étonnante à la série et cette dernière ne s'en prive pas. Ainsi Davina McCall, présentatrice vedette de Big Brother, joue son propre rôle et se voit réserver un sort particulièrement gratiné, le parallèle entre les zombies décérébrés et les spectateur du reality-show est abordé, la mythologie du programme est démontée (envers du décor, événements scénarisés, candidats qui jouent un rôle) et le pire personnage de la série est le producteur de Big Brother (joué tout de même par un comédien) décrit comme un immense connard odieux, égoïste, opportuniste et amorale.
Une virulence qui surprend mais qui apporte une certaine substance à ce gigantesque bain de sang qui ne se fixe aucune limite (ou si peu).
Cependant l'humour n'est pas complètement absent mais il est forcément très anglais car très acerbe. On pensera notamment au dialogues de Pippa quasi exclusivement à base de "I Like it" et de "I don't like it" ou au regard particulièrement déshumanisé de Patrick, le producteur, sur la situation.

Dead Set est donc une mini-série tout ce qu'il y a de plus recommandable : folle, désespérée, intense et sans concessions. Le cinéma anglais avait déjà chamboulé le film de Zombie avec "28 jours plus tard" (auquel la série emprunte beaucoup de chose, à commencer par les zombies sous emphét') et c'est désormais la télévision anglaise qui apporte la pièce la plus intéressante sur le sujet de ces dernières années.
Plug_In_Papa
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleures séries des années 2000 et Les meilleures séries anglaises

il y a 11 ans

87 j'aime

19 commentaires

Dead Set
chtimixeur
8
Dead Set

2h20 plus tard

Comment des candidats infantilisés de Big Brother réagiraient-ils si le monde s'écroulait autour d'eux ? S'en rendraient-ils compte ? Si oui, chercheraient-ils à s'enfuir ou préfèreraient-ils rester...

Lire la critique

il y a 11 ans

23 j'aime

4

Dead Set
Gand-Alf
3
Dead Set

Loft of the dead.

Le zombie (ou plutôt mort-vivant) est-il désormais incapable d'innover ? C'est la question que l'on peut se poser en regardant le florilège de péloches qui lui sont consacré et dont l'originalité ne...

Lire la critique

il y a 9 ans

22 j'aime

2

Dead Set
xUMi
9
Dead Set

Un extincteur, un !

5 épisodes. Moins de 2h30. Stressant. Nerveux. Oppressant. Gore. Pathétique. Sans concession. Inévitable. Pourquoi t'es encore là, regarde-le vite, pauvre fou.

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

10

Breaking Bad
Plug_In_Papa
10
Breaking Bad

Lust for life

Walter White a ce que l'on peut appeler une vie merdique : 50 ans et aucune perspectives, un fils handicapé, un boulot de prof indigne de son prix Nobel de chimie, un second job ingrat pour payer les...

Lire la critique

il y a 11 ans

506 j'aime

59

Le Bon, la Brute et le Truand
Plug_In_Papa
10

Citizen Kane ? Mon Cul !

Pourquoi ce titre provocateur ? Tout simplement parce que le film de Welles arrive systématiquement en tête de n'importe quel classement des meilleurs films de l'histoire du Cinéma lorsqu'ils sont...

Lire la critique

il y a 11 ans

495 j'aime

86

Cowboy Bebop
Plug_In_Papa
10
Cowboy Bebop

Doux, dur et dingue

Oubliez tout ce que vous savez sur la japanimation (surtout si vous vous appelez Éric Zemmour), oubliez tout ce que vous savez des dessins-animés en général car "Cowboy Bebop" est une série tout à...

Lire la critique

il y a 11 ans

381 j'aime

37