Je veux rentrer chez moi, Al !

Avis sur Erased

Avatar Daveinthehay
Critique publiée par le

Si vous avez manqué le début : un livreur de pizza neurasthénique a le pouvoir (incontrôlable) de remonter le temps en zyeutant des papillons bleus. Il va s'en servir pour retrouver l'assassin d'une ancienne camarade de classe disparue dix huit ans auparavant.

Ziggy, quelle probabilité pour que ça plaise au plus grand nombre ? Mon cher, il y a 88% de chance que cet anime de 12 épisodes remplisse sa mission d'entertainer. Déjà, le thème du voyage dans le temps hype toujours le grand public 31 ans après Retour vers le futur. Même si ici Marty McFly n'est pas le modèle de notre héros, non il faudrait plutôt chercher du côté de Sam Beckett et des meilleurs épisodes de Code Quantum. C'est-à-dire ceux centrés sur l'enfance et la famille du Leaper. Sam B. a démarré le projet Quantum pour changer l'événement qui a brisé la sienne, Satoru (le Deliveroo Boy) est transmuté en 1988, l'année du drame qui l'a progressivement éloigné de sa mère. Agé de 10 ans (syndrome Souchon), le garçonnet introverti, membre d'une bande qui n'est pas sans rappeler le Club des ratés de Ça, va modifier le destin de chacun, le sien et celui de l'assassin.

Au-delà de l'enquête assez basique (la révélation de l'identité du coupable n'est pas kaysersozesque), c'est la relation mère-fils qui explose l'intrigue et notre petit coeur. Pas besoin d'être un babtou fragile pour verser sa larmichette sur Erased, à la nostalgie de notre propre enfance, de ses embûches et de ses soutiens aux trois quarts oubliés.

Note quantique : Oh bravo !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 221 fois
1 apprécie

Daveinthehay a ajouté cet anime à 1 liste Erased

Autres actions de Daveinthehay Erased