Avis sur

House of Lies par Julien

Avatar Julien
Critique publiée par le

Ah y'est ! House of lies, c'est fini !
Et j'fais les critiques de séries, que quand elles sont terminées, histoire de juger l'ensemble :)
Une série que j'ai failli abandonner à 2-3 reprises de ses débuts jusqu'à la saison 3 environ.
Je m'y étais mis pour la belle Kristen Bell qui me manquait après Veronica Mars.
Pis, j'ai vite déchanté. Série un peu trash par moment, déjanté, grinçant, sans réelle construction, qui partait un peu en couille en sorte. Je voyais en ce show, un espèce de weed. J'avais l'impression que les scénaristes se laissaient aller et parfois partaient complètement en vrille après une soirée bien arrosée. Puis, généralement, à la fin des saisons, je me rendais compte qu'ils allaient tout de même quelque part et que finalement ils avaient quand même donné une direction à leurs arcs narratifs.
Et chaque fois, je redonnais une chance à la série, la saison suivante.
Puis ça a commencé à devenir intéressant. Je ne sais plus si c'est la saison 3 ou 4 mais y'a commencé à avoir des répercussions à leurs actions, des conséquences au fait de partir en vrille. Les persos arrêtaient de faire des trucs moralement limite parce qu'ils commençaient à se prendre le retour de bâton et là, c'est devenu intéressant. Notamment, l'histoire d'amour entre Jeanny et Marty... Dans les premières saisons, l'un comme l'autre pouvaient trahir leur partenaire sans éprouver une once de culpabilité. Puis par la suite, c'est arrivé entre eux et ils se sont mis à souffrir respectivement et ça, c'était bien fait. Le karma quoi.
Dans les dernières saisons, on sent un peu ce karma qui revient et eux qui ne perdent pas la face. On plus souvent se remettre en question, on les voit ciller devant leurs grands principes à la con jusqu'à ce final assez réussi où ils admettent un cours instant que le pognon et le modèle économique dans lequel ils évoluent n'est pas incontournable et que même si eux-mêmes s'accomplissent dans le travail, la définition du bonheur peut être différente pour les autres.
La quête du bonheur, c'est un peu le sujet des dernières saisons (ou de la dernière saison, je ne me souviens plus dans le détail).
En tout cas, j'ai trouvé ces deux dernières saisons beaucoup plus construites, plus matures, plus agréables aussi à regarder que les premières et cela relève globalement le niveau de la série.
Voilà, House of Lies, c'était sympa. Content que ça se termine comme ça. Content du final.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 490 fois
2 apprécient

Autres actions de Julien House of Lies