The hillbilly whisperer.

Avis sur Justified

Avatar gilberto
Critique publiée par le

Les hommes aiment et meurent au Kentucky.
D'abord méfiant devant l'idée de voir Timothy Olyphant rouler des mécaniques dans le trou du cul de l'Amérique, j'ai tout de même persisté à regardé cette série sur Raylan Givens, un US Marshall qui revient dans son bled natal. Retour forcé qui sanctionne une bavure façon règlement de compte de western et qui va l'obliger à retrouver d'anciens souvenirs, pour la plupart mauvais, sales et armés jusqu'aux dents.

Justified est une réécriture moderne du cowboy. Le rapide de la gâchette qui porte un chapeau ostentatoire, mais en 2010. Le six-coups est un 9mm, il porte des cravates avec ses blue jeans, a le permis de conduire et aussi une ex-femme. Il ne faut surtout pas confondre Justified avec Walker Texas Ranger. Raylan est beaucoup moins orgueilleux et manichéen que Walker. Il se fait aussi beaucoup plus souvent pété la gueule. Il n'a pas non plus le côté militant territorial. Mais alors pas du tout.

C'est ce que j'aime dans Justified. Cette fresque de l'Amérique profonde. Une terre de mineurs. Celle que tout le monde cherche à fuir. Les bouseux boivent de l'alcool de pomme dans des pots à confiture. Les gosses sniffent de la peinture à 10 ans. Tout le monde roule en pick-up, le modèle avec le râtelier à flingue de série. Ici quand on perd sa maman on la cache dans le grenier pour continuer de toucher sa pension. C'est le genre d'Amérique qu'on ne verra jamais dans les rediffs de Nash Bridges, mais plutôt dans Délivrance. Et malgré toute cette crasse, la série arrive quand même à fournir un portrait touchant du Kentucky.

La série garde la structure classique d'un cop-show, un épisode une histoire, mais on revient au cop-show à l'ancienne. Dans les autres séries policières récentes, quand on trouve un cadavre, y a des types en combinaison qui grattent le tapis et les draps, on envoie tout ça au labo, et comme ça on apprend que le tueur est un trapéziste gaucher, qu'il a mangé des tacos et que son numéro de permis de conduire est 137784305. L'ordinateur est d'ailleurs en train d'établir son portrait robot et voici son profil psychologique. Bé pas dans Justified. Raylan Givens apporte la justice façon Rick Hunter. Il bat le pavé. Et encore la plupart du temps tout le monde sait qui a fait le coup et Raylan le premier. Cependant il n'a pas beaucoup d'enquêtes à mener dans la mesure où ce n'est pas le boulot d'un US Marshall. Mais il n'a pas non plus le temps de flâner vu que dans ce pays chaque fois qu'on tue un type, deux jours plus tard y a son cousin ou sa mère qui s'amène avec un shotgun pour le venger.

Le truc qui me fascine le plus dans cette série c'est le calme impérieux des deux protagonistes principaux : Raylan et Boyd (joué par un Walton Goggins très à l'aise qui passe de nazi sanguinaire à prêcheur pacifiste en un claquement de doigt). Ils parlent toujours doucement et ne s'énervent jamais, même quand on leur tire dessus avec insistance.

Au final une série sympathique qui m'a agréablement surpris.

PS : grâce à cette série j'ai découvert un jeu magnifique qui s'appelle "la roulette redneck" : on balance des munitions dans un feu de camp en espérant de ne pas s'en manger une. Merveilleuse Amérique!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 533 fois
3 apprécient

Autres actions de gilberto Justified