Des personnages aux allures de portes fermées.

Avis sur Locke & Key

Avatar Thomas Perez
Critique publiée par le

Encore une fois, comme un enfant qui se goinfre de bonbons, je viens de dévorer une série qui dès l'abord annonce ses défauts et faiblesses. Je connais pas le roman graphique d'où provient cette série, mais j'espère que les personnages de son auteurs ont plus de reliefs que ceux présentés ici bas sur petit écran. Parce que, non mais! quels bande d'abrutis, ça tient pas du tout leur truc. Pourquoi suis-je resté alors? Eternel question! Pourtant on sent tout de suite qu'ils vont nous la mettre dans l'os à la fin de la saison, durant les 10 dernières minutes, comme d'habitude... Un Stranger Things qui s'embête encore moins à faire bien. Le méchant aura pas été terrassé, un nouveau démon entre en scène, la communauté de ceux qui savent est rassemblées en croyant avoir vaincu, et quelques questions encore sans réponses (Pourquoi les Locke ne peuvent être attaqués par le démon, pourquoi ces clés? pourquoi le grand-père dans le cimetières? d'où vient la maison): attendez 1 an pour les dix prochaines heures d'une daube qui tentera médiocrement d'y répondre!

Seul point positif, qui dirait-on a pris tout le budget: la mise en scène du côté fantastique, les effets spéciaux sont pas tous dégueulasses. Le fantôme est passable, les ombres du maîtres à la fin font leur petit effet, la meuf émo-queen, zombie sur les bords fait son effet: mais sinon c'est d'un lisse. aie aie aie

Les créateurs de la série tombent comme inévitablement dans un traitement des personnages énervants et auquel on ne croit pas du tout. Qu'on s'entendent, qu'importe que je croient que ça existe une maison avec des clés magiques, mais au moins faites un effort sur la découverte et la vie des personnages dans monde dévoilé! Non, non, là ça passe comme une lettre à la poste. C'est abusé. En tant que spectateur, on est comme liquéfié devant la banalité avec laquelle cette nouvelle est constatée puis vécue. Il s'agit quand même d'un bad métyphysique sérieux non de voir son monde fait magie?! Où est l'étonnement qui frappa les grec devant la 'Nature', la physis? Regardez la montagne sainte-Victoire durant 10 minutes sera une expérience plus sidérante que ces personnages devant l'impossible! Puis les voilà qu'ils cachent bien leur secret pendant 7 épisodes avant d'inviter leurs potes sans problèmes à la fin; qui eux même, dans le plus grand des calmes vont ouvrir une porte magique, jeter une femme dans un vortex et se faire attaquer par des ombres. Je veux bien qu'il y aie une distance, un détachement, pas besoin que Locke and Key deviennent un remake de vol au dessus d'un nid de coucou (ce qui serait la version réaliste), mais là les personnages sont niais. Comme si le plot principale était comme un prétexte à leur niaiseries d'adolescents (et encore ce ne sont même pas de vrais niaiseries, qui elles sont belles!). Nous n'avons définitivement rien à quoi se tenir, excepté leur abyssale stupidité. Sortent du lot le petit copain renois qui relève un peu le niveau avec la brunette qui se la joue le Diable d'habille en Prada.

L'abysse de bêtise est tout entretenu par un abysse entre les hommes. Si les personnages agissent comme des cons tout du long, s'ils ne se disent rien parce qu'ils sont atomisés. Sans attaches ils gardent tout pour eux. Les secrets de pars et d'autres sont là pour la narration, "quand seront-ils tous sur la même longueur d'onde?" "quand aurons-nous tous les éléments?", ils ont pour but d'amener au climax final où tout les personnages se retrouvent dans la connivence et l'aventure. Mais, plus que se demander comment ça va venir, on se demande quand est-ce que bordel ça va se terminer. Et à la fin, climax de l'ennui, ce qui a été délibérément caché durant 8 épisodes est accepté comme si de rien. Bref, l'attente est déçue.

Après pareille connerie, comment se consoler d'avoir consommé en série ces 10 épisodes miteux, 10 h perdu comme ça, pour moins que rien? Si je suis honnête avec moi-même, aucune excuse, je mérite la pénitence, l'humiliation public, quelques coups de fouets. C'est une merde sans nom, qui ne devrait pas avoir son nom accroché au murs des productions humaines. Puis partant du constat que pareille connerie existe, et bien on est en droit de se demander pourquoi? et comment? D'abord pourquoi: le fric, faire tourner la machine du divertissement. Comment? Netflix monte des projets en réutilisant des recettes milles fois réchauffées: mais ça marche. Les clés du succès sont bien rodées: un petit monde fantastique dans un grand monde social; une scénario ou des constellations de personnages de générations différentes en viennent peu à peu à se dire "ahhhh mais vous aussi vous savez"; jeunes de 6 à 18 ans et quelques parents: toute la famille est ravie; quelques histoires de coeur dont tout le monde s'en branle; un lycée, un prof stylé, des commérages. Prenez ça, saupoudrez les 'révélations' et péripéties entres les épisodes. Au début beaucoup de mystère, au milieu vous faites pas chier, faites juste causer les gars d'autres choses que le plot principale qu'ils se mettent du mal à pas se dire, et les trois derniers épisodes mettez les gaz pour qu'on aie une dernière bonne impression. Le tour est joué, au revoir, Rideau! Suffisant pour une daubasse américaine

Bref, Locke and Key, propose une image dégoutante des US, autant qu'on pourrait croire dégoutée d'elle-même. Les être sont tellement atomisés qu'ils ne se disent plus rien. Et ils en deviennent complètement con. Peut mieux faire, arrêtez de vendre votre cul. Vous avez du fric, faites en des choses bien bon sang!

Brefbis, vous infligez pas ça.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 482 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Thomas Perez Locke & Key