👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Mindhunter est bien pour moi la révélation de 2017, au moins dans son genre. Cette série retrace le parcours de deux agents fédéraux inventant la notion de "serial killer" à travers les interviews de tueurs en série arrêtés et emprisonnés. Ils s'adjoignent les services d'une psychologue pour comprendre ces esprits déviants et décrypter leurs interrogatoires afin de déterminer leurs profils.
Les face-à-face sont glaçants, intimidants, répugnants et en même temps scotchants. On ne peut détourner le regard lors de ces entrevues d'où l'on ressort souillés et marqués. Les enquêteurs n'y échappent pas, et Holden Ford y laissera même quelques plumes, à force de naviguer en eaux troubles...
Les performances d'acteurs sont à saluer, notamment celle de Cameron Britton, incroyable en Ed Kemper. De manière générale, les acteurs incarnant les tueurs en séries ont chacun un comportement particulier, avec un souci du détail mêlant sordide et grandiose.
Les interrogatoires consistant le véritable fil rouge de la série, celle-ci est également rythmée par des intrigues secondaires : enquêtes, mises en pratique de leur savoir fraîchement acquis, vie privée, aucun détail n'est laissé au hasard et forme un scénario dense et cohérent. Une dynamique est perceptible à travers toutes ces intrigues, celle d'une révolution latente présentant les germes de changements de notre société contemporaine dés 1977. Les mœurs évoluent et ce clin d’œil est très judicieux. Ces changements impactent nos personnages et bouleverse leur approche dans leur existence complexe et... incroyablement réaliste.
Enfin, mention spéciale aux "easter eggs" disséminés au fil des épisodes. Que ce soient les moments dédiés au chat invisible, ou à cet homme très étrange en début d'épisode, ces petits détails attisent notre curiosité, et sont autant d'histoires très complexes à mettre en évidence... au fil des recherches. "Tout est lié", et ça c'est la marque des grands. N'est-ce pas Mr. David Fincher.

bleumarin
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 3 ans

1 j'aime

Mindhunter
Sergent_Pepper
7
Mindhunter

Sequence killers

La série est devenue depuis lontemps une œuvre à part entière, et ne se contente plus d’être un divertissement low cost en adéquation avec la médiocrité ambiante du petit écran. Les cinéastes s’y...

Lire la critique

il y a 4 ans

129 j'aime

17

Mindhunter
Mayeul_the_Link
8
Mindhunter

Le lien entre catharsis et dégoût chez l'esprit humain

La critique de la première saison est suivie de celle de la seconde. On a vu se développer dans le monde de la série assez récemment une certaine mode du genre policier tendant à utiliser comme...

Lire la critique

il y a 4 ans

92 j'aime

14

Mindhunter
potidrey
8
Mindhunter

Après Se7en et Zodiac, Fincher revient à son sujet de prédilection

Mindhunter, la nouvelle série de David Fincher sur Netflix après House of Cards est encore une fois un petit bijou à l’esthétique hyper léchée et à l'unité de mise en scène bluffante. Après Seven et...

Lire la critique

il y a 4 ans

44 j'aime

6

The Office (US)
bleumarin
10

Perfektenschlag, mon cher Dwight

J'ai terminé The Office une nouvelle fois... mon cœur saigne. Sans mentir, si cette fois les larmes ne me sont pas montées aux yeux lors des témoignages finaux, la douleur irradie jusqu'à mes doigts,...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Mindhunter
bleumarin
9
Mindhunter

Ces montres fascinants

Mindhunter est bien pour moi la révélation de 2017, au moins dans son genre. Cette série retrace le parcours de deux agents fédéraux inventant la notion de "serial killer" à travers les interviews de...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Légendes Pokémon : Arceus
bleumarin
5

La technique Gamefreak, la technique !

Ce jeu est beaucoup de choses : un opus révolutionnant une saga culte du jeu vidéo, un scénario un chouïa plus profond que les précédents, une approche novatrice et rafraichissante de la capture de...

Lire la critique

il y a 3 mois