👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Perfect Wife: ça pourrait vous arriver…

Pas de chance pour vous (selon point de vue), encore un drama à rajouter sur votre liste ! Les fans de Mask pourront retrouver un drama qui donne des frissons dans le dos. Il fait partie des dramas que je recommanderai sans hésiter malgré quelques petits défauts de longueurs dans la première moitié du drama. Sur le papier, on ne s’attend pas du tout à un drama de type psycho mais dès les 5 premiers épisodes, on devine bien que ça va très mal tourner tout ça. C’est un drama TRES adulte, qui nous évite beaucoup de clichés de jeu, de scènes, et qui nous évite finalement une romance principale classique. Si vous recherchez un drama qui vous rend folle/fou, qui est mature et qui change votre routine, c’est très simple: vous allez adorer regarder Perfect Wife. C’est en plus un drama très bien écrit, j’ai apprécié beaucoup de dialogues, des répliques qui sont vraiment bonnes et ironiques dans le contexte psychiatrique/polar, et on voit vraiment qu’il y a eu une belle réflexion lors de l’écriture pour les répliques et de manière générale pour la trame avec une histoire loin des clichés. Pour résumer: un drama d’une très grande justesse.


Madame et Monsieur Tout le Monde souffrent aussi !



Avant d’entrer dans le vif du sujet, je fais une parenthèse sur le titre de cette partie. La plupart des dramas (trop à mon goût) offrent une histoire du personnage très pauvre ou très riche, les deux souffrent de maux différents blabla vous connaissez la suite. J’ai voulu rappeler que Monsieur et Madame Tout le Monde qui n’ont pas les usuriers à leur trousse, qui ne se paient pas des services d’hôtel de luxe à l’année, eux-aussi ont une vie, une vie difficile et leur vie qui semble en apparence banale nous offre ici une drama peu banal et TRES REALISTE !

L’histoire de Shim Jae Bok, c’est un peu l’histoire de The Good Wife. La femme qui n’est pas parfaite mais qui essaie de tout assumer au rythme de metro, boulot, dodo. Femme dévouée à ses enfants autant qu’à son travail, Shim Jae Bok est une Madame-Tout-le-Monde qui se verra mettre à la porte de son travail pour une femme plus jeune et sans enfant.

Une réalité sociale bien présente dans notre société moderne recherchant l’efficacité permanente, ou plus précisément, l’esclavagisme moderne permanent car selon les dernières études économiques nous sommes TROP efficaces, trop productifs en France contrairement aux pays asiatiques. Comment se sentir héroïne de ses enfants ou d’un drama lorsque vous avez passé vos soirées au boulot, sacrifiant vie de famille et vie conjugale, et qu’au final se sacrifice ne paie pas ? Ce qui me plait dans ce drama, c’est que Shim Jae Bok n’en fait pas des tonnes. Elle a perdu son travail, ok mais elle a toujours ses enfants, son mari et c’est le plus important !
Malheureusement, Madame-tout-le-Monde qui ne garde pas son mari avec un bracelet électronique ou une ceinture de chasteté, c’est une femme qui verra son mari la tromper.

Gu Jung He (le mari) est un employé aussi lambda d’une grande société (pour une fois ici on se fout du business, de qui fait quoi dans la boîte etc) qui est traité comme un déchet par son patron, et il faut dire que le mari ne fait pas toujours des efforts, surtout lorsqu’on préfère s’attarder sur les beaux yeux d’une collègue plutôt que de se concentrer sur le travail.

Alors qu’on s’attendait à ce que la rivalité femme/maîtresse devienne vraiment pervers, pénible et un bis repetita de nombreuses histoires où la femme pleurniche et fait tout pour se venger, Shim Jae Bok a les pieds sur terre et la maturité de son côté. Si elle passe plus de temps devant ses dossiers que devant son miroir pour se pomponner, elle reste une belle trentenaire pleine de ressources et elle va se lier à cette maîtresse, un peu malgré elle au début, mais Shim Jae Bok sait qu’elle doit plus en vouloir à son mari qu’à la maîtresse. Notre héroïne du quotidien accepte aussi de passer par une phase d’introspection et de reconnaître que c’était peut-être inévitable, elle qui rabaissait son mari qui ne faisait plus rien pour elle et qui acceptait peu son travail mais qui a toujours été un bon père pour ses enfants.

Encore une chose qu’on apprécie ici. Loin des clichés du père qui se détourne totalement de sa famille, qui est un père autoritaire, Jung He est un papa poule, très attendrissant et très touchant au fil des épisodes. Si vous vous souvenez de la tendresse de Ji Sung dans Defendant, vous retrouvez ce coeur « chamallow » du père aimant. Encore une fois, Perfect Wife ne tombe pas dans le « tout ou rien » et on fond devant nos personnages qui nous donnent les larmes aux yeux, nous donnent le sourire puis nous font stresser au fil du temps car…. mais voyons ça plus tard ! :p

Autre réalité sociale avec le personnage de Kang Bong Goo (Sung Joon): celui-ci est un avocat dans le cabinet de Shim Jae Bok. Avocat très doué, il vient d’un milieu modeste (mais mène une fausse vie de luxe en se « vendant » aux riches femmes) et travaille dans une firme modeste où il coûte trop cher. C’est malheureusement ce que vit notre jeunesse: si tu n’es pas assez diplômé, c’est comme si t’étais pas diplômé et tu enchaîneras les boulots instables, et si tu es trop diplômé, tu auras un job mais le salaire ne suivra pas et au bout d’un moment ce sera problématique…

La vie de Kang Bong Goo se retrouve mêlée à celle de Shim Jae Bok, surtout que ce premier apprécie vraiment le travail et l’efficacité de Shim Jae Bok. En plus, celle-ci a du caractère, une vie de famille, et ne ressemble donc pas du tout aux femmes qu’il a l’habitude de côtoyer. Et pour rajouter la cerise sur la gâteau, ils ont une « amie » en commun ????


Les psychopathes ne sont pas que des meurtriers en série !



Et voilà que la vie déjà bien compliquée de nos sympathiques et attachants personnages va devenir encore plus compliquée lorsque la famille de Shim Jae Bok décide de déménager dans une maison de riche, chez notre fameuse et effrayante Lee Eun Hee. Parfois, on a raison de suivre la petite alarme dans notre tête et de nous dire que lorsqu’une offre est trop belle, c’est louche ahah !

Lee Eun Hee, une ex « perfect wife » divorcée, fait la rencontre de Shim Jae Bok et s’immisce dans sa vie de famille. Femme maniaque, riche, toujours très aimable, toujours là pour aider, toujours là pour tout. Peut-être un peu trop non ? :p

Le drama s’intéresse non pas au grand meurtrier, tueur en série, kidnappeur, le cliché de l’homme qui prend son pied à serrer des bas autour d’un cou (clin d’oeil à Tunnel) , mais aux vrais psychopathes, ceux que nous côtoyons au quotidien. Ces psychopathes sont souvent à des postes à hautes responsabilités, ils sont sadiques, autoritaires, manipulateurs mais ils savent se fondre dans la masse pendant un certain temps.


Est-ce que Lee Eun Hee est simplement une femme bienveillante ou une femme un peu trop collante ou… une réelle psychopathe ?



Pour répondre à cette question, le scénariste nous offre une réponse à un rythme crescendo mais avec deux grandes parties qui se dessinent à mes yeux: d’une part, le scénariste montre à quel point il est facile de perturber une vie de famille, de montrer à quel point le jeu des adultes peut vite devenir pervers, nocif pour les enfants, et que de simples soucis finissent par en devenir des gros qui vous rongent jour et nuit. Et d’autre part, le scénariste montre que même si cela tourne au drame, même si cela se transforme doucement mais sûrement en thriller et drama fort en suspense et en obsessions, il est extrêmement difficile de coincer un psychopathe, de prévenir plutôt que guérir car la loi ne punit que si les gens passent à l’acte et que si vous réunissez des preuves. Or, au quotidien les cas de harcèlement prennent bien des formes et entre les jeux de manipulation, le chantage avec la vie des enfants au milieu, l’avidité naturelle des hommes et en particulier ici du mari, Lee Eun Hee sait qu’il sera difficile dé réunir des preuves autres que circonstancielles. Ce qu’il faudrait alors c’est la faire craquer mais n’est-ce pas dangereux…? ????

Je ne peux malheureusement pas vous parler plus de l’aspect thriller/psycho car cela vous gâcherez le plaisir et vous spoilerez. Sachez toutefois que si vous aimez les jeux de manipulation, si vous aimez devenir folle/fou devant votre écran, stresser, et vous demander ce qu’à leur place vous feriez, alors vous tomberez vite dans le piège aussi et vous dévorerez ces longs épisodes. Dans la deuxième moitié du drama, le rythme devient vraiment insoutenable et on souffle qu’aux toutes dernières minutes du dernier épisode ! Ce n’est pas un rythme rapide toutefois vous avez la sensation qu’on vous enfonce une aiguille fine dans la poitrine. Au début, ça pique juste et puis après ça vous donne l’impression d’étouffer ???? Autre grand point: on apprend les choses en même temps que les personnages, cela évite qu’on s’impatiente !


Des personnages époustouflants et bien interprétés !



Avant de parler des personnages un par un, je me dois de préciser que les relations entre personnages sont créées avec beaucoup de justesse, elles sont touchantes, émouvantes, prenantes, attachantes… bref c’est incroyable à ce niveau. On a des relations:

parentale dans le sens parents ==> enfants: Shim Jae Bok et Jung Hee qui tentent d’être tout le temps de bons parents, malgré les difficultés rencontrées à cause de X ou Y psychopathes, malgré les divergences et les reproches au sein du couple. On ne nous offre vraiment pas la vision de la relation parentale coréenne trop détachée et cruelle comme dans certains dramas. Les enfants ne passent pas en second plan dans leur vie parentale dans le sens enfants ==> parents. Les enfants ne passent pas en second plan devant la caméra non plus. Le scénariste s’attarde sur le ressenti des enfants à ce moment-là et sur comment ils peuvent être utilisés par les adultes ou traumatisés par des épreuves de la vie courante. Je ne détaillerai pas ci-dessous les personnages des enfants donc petit tour rapide. Nous avons d’une part l’aîné Jin Wuk, qui est un petit adolescent rebelle, talentueux en musique comme son père, qui se laisse facilement acheter et manipuler par Lee Eun Hee, jusqu’à renier sa mère parfois. Au final, comme tout enfant aimé et choyé, il se rend compte que seule sa mère peut être vraiment présente. De l’autre coté Hae Yeon, une petite fille toute charmante qui est très attachée à sa maman et son papa, qui vivra mal les séparations et autres péripéties mais qui a du flair et c’est avec ce personnage qu’on aime penser « la vérité sort de la bouche des enfants » ! ????

Relation belle-mère/belle-fille: vous allez détester la belle mère de Shim Jae Bok. Pour le coup nous avons le stéréotype de la belle-mère insupportable, qui ne pense qu’à l’argent et qui ne sait même pas percevoir le danger. Malgré tout ce que fera Shim Jae Bok, les pardons, les aides financières et j’en passe, cette belle-mère aura un comportement écoeurant tout le long du drama. Je pensais qu’une fois le danger confirmé et que suite à certaines révélations la belle-mère dirait à son fils de vite partir et qu’elle ferait son mea culpa. Mais non… jusqu’au bout un être pitoyable.
relation mère-fille: comme je ne pourrai pas détailler le personnage de la mère de Lee Eun Hee, (pour cause de spoil) , je dirai que c’est une relation de haine et d’amour très complexe. Que si la mère a fauté -et grièvement durant une partie de sa vie- et que cela explique en partie le comportement de sa fille, elle a d’autant plus fauté en voulant se racheter et en couvrant tous les méfaits de sa fille adulte. Elle a commis des actes affreux mais la beauté de ce drama est qu’à la fin, on arrivera aussi à être ému.es de la voir abandonnée plutôt que détestée. Car la colère, la haine prouvent aussi l’amour qu’on porte à une personne mais ici ce sera de l’indifférence et c’est pire.
Certaines relations ne peuvent figurer dans la liste car cela vous enlèverait tout le plaisir de découvrir comment vont se transformer des relations. Accrochez-vous tout de même et ne faites pas voir ce drama à vos enfants ou ados. La violence dans les thriller n’est pas comparable à la violence psychologique qui est capturée dans l’esprit de l’enfant ou de l’adolescent et qui se détecte moins dans son esprit en « bien ou mal » car c’est tout dans la manipulation.

► Shim Jae Bok ◄

Une femme comme on les aime dans les films et séries. Il est facile de s’identifier à ce personnage soit en tant que femme soit comme mère. Dans la première grande partie du drama, je la trouvais presque trop « perfect wife » c’est-à-dire que même si le personnage est très simple, même si elle arrive à se mettre en colère, le personnage était encore trop lisse. Et puis il prend de l’envergure lorsque la pression augmente et lorsque le côté psycho prend de l’ampleur. On voit enfin la femme à fleur de peau, la mère être dévorée par ses peurs et ses angoisses. J’ai beaucoup apprécié cette transposition de la folie. A force de côtoyer des psychopathes sans arriver à les stopper, vous finissez vous-mêmes par devenir fou.

Elle sait faire preuve de combativité, de courage mais elle a aussi beaucoup d’empathie ce qui lui permettra de se lier avec la fameuse maîtresse de son mari et de vouloir la protéger à certains moments. Elle est intelligente et n’aura peur de rien pour protéger ses enfants. J’ai eu peur en voyant le personnage de l’avocat mignon qu’on nous serve un personnage féminin trop fragile en profondeur et qui s’appuie trop sur lui. Au final, il n’en est rien et ils auront une profonde et importante affection l’un pour l’autre. Je dis bien affection et pas amour. Ici notre héroïne ne passe pas d’un homme à un autre facilement surtout dans une situation difficile et avec des cicatrices. Quand je vous disais que c’était un drama mature ahah ! :p

► Gu Jung Hee ◄

Un personnage très intéressant sur le plan psychologique. Il va vous faire passer par des tas de stades et des tas d’émotions. Au début, vous vous demanderez pourquoi un tel personnage avec cet acteur pourtant charismatique et sa coupe de cheveux toujours démotidé ???? . Et puis… s’il a l’air assez minable voire insupportable au début (infidèle puis sans emploi puis… hm bref), vous le trouverez attachant avec ses enfants et vous verrez vite que quelque chose de dramatique lui pend au nez. Finalement Gu Jung Hee n’est pas un homme si naïf. Il comprend ce qui lui arrive mais comme il a été autrefois rabaissé par sa femme, que sa famille, ses collègues n’ont eu de cesse de le juger et de le ridiculiser, il décide de profiter de la situation, de jouer avec le feu et avec Lee Eun Hee. Durant une période toutefois, Jung Hee sera rattrapé par ses propres démons et son avidité va le conduire à oublier pourquoi il fait ce qu’il fait, à qui il a vendu son âme. Est-ce que gagner un rang social élevé, vendre son âme au diable pour gagner de l’argent pour lui et sa famille, protégera sa famille ou la mettra-t-elle encore plus en danger ?

Vers la fin, j’ai bien cru qu’il allait me faire pleurer quand même…

Superbe moralité avec ce personnage contrairement à ce qu’on nous fait croire dans les autres dramas: l’avidité des pauvres n’est pas meilleure que l’avidité des riches.

Réplique que j’ai adoré entre Jung Hee et Lee Eun Hee:


Lui: « tu es une femme vraiment effrayante » ;


Elle: « et toi alors, ne l’es-tu pas plus? Tu le savais et tu m’as
quand même choisie pour pouvoir vivre ainsi. »


► Lee Eun Hee ◄

J’avais adoré le personnage de Choi Yoo-Jin jouée par Song Yoon-A dans The K2 et j’attendais un autre personnage féminin machiavélique avec impatience ! Nous avions déjà un personnage féminin fort avec Shim Jae Bok et voici qu’on nous sert 2 merveilleux personnages féminins !

On a tous une Lee Eun Hee dans notre entourage sans le savoir et c’est ce que le scénariste a vraiment réussi dans l’un des nombreux facteurs de stress qu’on rencontre dans ce drama. Nous aussi on peut rencontrer cette femme demain, habiter avec elle, se marier avec etc. Durant les premiers épisodes, on comprend qu’il y a un problème avec cette femme et que la sphère psychologique se développera inévitablement sans savoir jusqu’à quel degré (et je remercie le scénariste d’avoir su aller si loin sans fausse note!). Toutefois ce qui nous échappe vraiment en tant que spectateur et en tant que personnage d’ailleurs, ce sont les motivations et pour quelle finalité ? Y aura-t-il vraiment une fin pour cette femme ? Difficile à dire jusqu’au dernier épisode. Elle nous entraîne dans ses obsessions, dans ses manipulations avec talent et grande intelligence jusqu’à la deuxième moitié du dernier épisode, je stressais et me demandais à quel point cela allait devenir encore plus grave et si Lee Eun Hee ne serait pas notre anti-héros plus fort que le Rocquefort (enfin que les héros!). Un personnage qui, malgré son côté psy, arrive à offrir une rivalité de la « the good wife » à savoir qui de Lee Eun Hee ou de Shim Jae Bok sera la meilleure « épouse ».

L’actrice Cho Yeo-Jeong interprète à merveille ce personnage. Elle arrive à dégager une touchante innocence à un moment donné et deux secondes après, elle nous montre son pire visage, ses expressions changent du tout au tout. Ça nous donne des frissons, c’est vraiment génial !

Encore une fois, je développerai peu ce personnage clef et central de ce drama afin de ne pas vous dévoiler quelques pépites hehe. Vous allez surtout avoir envie de la balancer contre les murs tout le long du drama mais supportez-le, ça vaut le coup ! :p

► Kang Bong-Goo ◄

Qu’est-ce qu’on peut adorer cet acteur qui joue des rôles d’homme toujours plus mature que son âge ! Avec sa belle voix grave, Sung Joon interprète un avocat de milieu modeste qui séduit des demoiselles riches afin qu’elles lui fassent plein de cadeaux. Comme expliqué plus haut, il finira par être lié à Shim Jae Bok et tout le long du drama, une belle complicité naîtra entre les deux , tout dans la pudeur et la distance, sans jamais jouer les clichés nian nian, mielleux, immatures, bref tous ces comportements à vomir qu’on nous épargne. Il est doué dans son métier, mais il va finir par être mêlé au mystère « Lee Eun Hee » et va donc aider Jae Bok. Il est touchant car Jae Bok lui met bien dans les dents qu’il est honnête avec elle, qu’il la soutient mais qu‘il fait aussi pitié à cause de ses relations vénales. Il comprendra toutefois avec Lee Eun Hee que l’argent achète les gens mais surtout les possède et qu’il est difficile ensuite de leur échapper. Bong Goo a cependant toujours le sourire, toujours le mot pour rire et a une attitude un peu décalée comme Chief Kim parfois mais en BEAUCOUP plus modérée ahah. Un personnage tout en contraste et mignon.

Et enfin dernier personnage que je tenais à présenter très succinctement :

► Brian ◄

Résultats de recherche d'images pour « perfect wife drama » Jusqu’au bout le scénariste nous gâte et nous montre que YES YOU CAN xD oui certains scénaristes savent ne pas tomber dans les clichés même dans les personnages un peu plus secondaires, même avec un personnage qui semble être l’archétype du gamin riche qui cherche à protéger sa famille. Brian veut protéger les psychopathes du drama mais il le fera de la bonne manière et il entendra les deux parties. Il culpabilise surtout et est reconnaissant d’avoir eu quelqu’un pour le protéger petit. J‘ai beaucoup aimé surtout la manière dont le scénariste a su nous montrer à quel point avoir une psychopathe sur le dos était dur (pour Shim Jae Bok) mais à quel point c’était aussi difficile pour la famille !!!

Autre personnage qui fait une brève apparition dans un épisode: elle est belle, éblouissante, dynamique, folle et géniale, c’est… Lee Yu Ri ! Je ne pouvais pas ne pas la montrer dans ce drama alors que j’adore la suivre dans My Father is Strange !


Les petits moins du drama



Dans la première moitié du drama, les confrontations entre mari et femme et entre Jae Bok et Eun Hee sont nombreuses et ne sont pas toujours utiles pour l’avancée du drama. Elles le sont pour le personnage, à titre émotionnel mais je pense qu’on aurait pu passer moins de temps sur cette première moitié et arriver ainsi à un drama de 16 ou 18 épisodes. Quelques longueurs donc mais rien qui ne donne envie d’abandonner le drama car on voit bien le potentiel à chaque épisode.

Autre petit bémol, mais celui est drôle ! Un personnage a disparu !!!! Si si je vous jure. Quand j’ai fini le dernier épisode je me suis dit mais attends, soit t’as loupé un truc, soit ils ont oublié quelqu’un muhahaha. Et c’est bien le cas a priori. Un personnage se fait kidnapper. On pense qu’il jouear un rôle plus tard lors des derniers épisodes afin que X ou Y le libère puis que ce personnage les aide à vaincre les méchants même si lui aussi c’était un peu une ordure. Et au final non, je suppose qu’on doit en conclure qu’il a bel et bien été éliminé définitivement ???? !

En résumé : Au-delà de ces deux maigres points, rien à noter en négatif. Le drama est tellement juste au niveau du jeu des acteurs/actrices, au niveau de la composition des personnages, au niveau de l’évolution de la trame, des clichés évités et de la maturité qui est omniprésente dans le drama qu’on peut difficilement lui en tenir rigueur et qu’on ne peut que le recommander !


Pour conclure une réplique ironique encore:




« Je suppose que je dois te renvoyer en Hôpital Psychiatrique pour que
tu retrouves la raison! »

ZadieDramagazine
9

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Mes Dramas

il y a 4 ans

1 j'aime

Aucun résultat

Chief Kim
ZadieDramagazine
10
Chief Kim

La comédie incontournable: enfin une comédie pure sans romance !

Ma critique sera pour une fois très courte (si si je vous jure, je devrais y arriver! :p) car ce drama mérite d’être recommandé en 3 mots: « foncez le voir! » KBS nous a fait un très beau cadeau en...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

2

Uncontrollably Fond
ZadieDramagazine
10

Une petite perle

Tout d'abord mettons-nous dans l'ambiance Ah ce drama... il nous en a fait voir de toutes les couleurs (c'est positif!) car on est passé par quasiment toutes les émotions !!! Au-delà des goûts et...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

W: Two Worlds
ZadieDramagazine
8

Le chef d'oeuvre râté...

Le paradoxe qu'il réside dans mon titre est le même paradoxe qu'il existe dans le drama des deux mondes parallèles: un drama original qui en plus de flinguer des personnages au sens propre, se...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

1