God Bless the BBC

Avis sur North & South

Avatar LéaBurtMacklin
Critique publiée par le

Je me suis grattée pendant tout le premier épisode pour savoir où j'avais déjà vu l'acteur qui joue M.Thornton et puis là illumination, c'est le Roi des Nains !!! La surprise ne fut que plus importante quand j'ai vu que le Roi des nains joue bien, quand il n'est pas un nain. Qui l'eut crut après la m*rde qu'est Le Hobbit x3.
Passons cette découverte pour parler de ce téléfilm qu'à pondu la BBC et qui va comme Pride & Prejudice de 1995 ou De Grandes Espérances, tourner en boucle cet hiver dans mon téléviseur.
Ahhh la BBC, plus le temps passe, plus j'ai envie d'ouvrir une secte à sa gloire car cette fois si encore l'adaptation est bonne et les acteurs sont géniaux.
Contrairement à Pride et Prejudice au quel ont compare cette oeuvre vu les ressemblances de l'histoire d'amour, ce livre à été écrit fin XIXe en plein boum de la révolution culturelle. On se retrouve donc dans une ville froide et nuageuse, et non dans un charmant village, où il n'est plus question de balles et de mariage, mais où on se heurte aux conflits salariaux et aux changement de mentalité. Cette modernité au quel l’héroïne est étrangère et qu'elle ne comprend pas car comme elle dit "Vous faites du coton alors que personne ne souhaite en porter."
Encore ici et comme pour Jane Austen, l"histoire d'amour entre les deux héros que tout opposent illustre ce choc de deux mondes, l'ancienne Angleterre et la nouvelle. C'est un mélange de Germinal et de P&P.
C'est surtout parfaitement kitchou, ça se mange du regard tout comme il faut, ça boude le parfait Monsieur Thornton dans les règles et donc ça me fait sautiller sur mon canapé. Je ne suis pas particulièrement fan des films à l'eau de rose, surtout pas des Américains, mais quand c'est anglais j'en suis dingue. Car tant qu'à faire dans le romantique autant le faire bien, autant laissé la BBC s'en charger. On se délecte des scènes de conflit tout en sachant que ça va finir en bisounours, mais bizarrement j'adore et je finis par surnoter l'oeuvre. Je suis de toute façon fan des romans anglais de cette époque. Le romantisme XIXe je trouve ça jubilatoire.
C'est aussi génial de voir que ces Anglais réussissent à faire revivre leurs classiques littéraires, à les faire à nouveau aimer du grand public sans complètement détruire l'oeuvre.
J'avais lu que Richard Armitage avait créé en 2001 une vague d'adoration égale à celle créée par God Colin Firth en 1995. Je me suis dit "mais bien sûr, mamie" et pourtant, le Richard c'est y faire et m'a complètement fait oublié le Nain barbu dans son royaume Ferrero de Lindt.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 729 fois
5 apprécient

Autres actions de LéaBurtMacklin North & South