👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Parlons Péloches

2017

118

14

23

8

7.9

Émission Web de Thomas Deseur · 1 h 30 min · 12 février 2017 (France)

Diffuseur : Genre : Comédie

Pays d'origine :

France
Casting complet et fiche technique

"Le podcast qui traite du cinéma d'aujourd'hui genre par genre." Parlons Péloches réunit une fois par mois autour du micro cinq aficionados du cinéma avec des goûts et des références différentes. Chaque émission décortique un genre cinématographique pour en définir les codes et faire un constat de ce qu'est devenu ce genre dans la filmographie d'aujourd'hui.

mgt9303

mgt9303

Si vous voulez écouter parler de cinéma, ce podcast devient très vite frustant : impossible d'avoir une analyse pertinente sans qu'elle ne soit sans...

il y a 2 ans

Orson__Welsh

Orson__Welsh

:)

il y a 5 ans

bobybeularbe
9
Boby Beularbe

Critique positive la plus appréciée

Ils parlent Péloche

Comment j'en suis venu à écouter assidûment Parlons péloches ? Mhm, c'est simple et drôle à la fois. Je cherchais un gif de Keanu Reeves et je suis tombé sur leur site. « Tiens, un podcast...

Lire la critique

il y a 2 ans

Tescka
9
Tescka

Ça parle bien !

ambiance bande de potes assumée et agréable. Comme au cinéma, chacun aura ses chroniqueurs préférés mais comme au cinéma, prendra plaisir à retrouver ses "méchants" préférés. Excellente animation de...

Lire la critique

il y a 2 ans

Grump
Grump

Simply the best !

Vous aimez les émissions cinoche ?! Vous aimez les mots qui finissent par oche ?! Vous aimez les émission qui commence par un verbe conjugué à la première personne du pluriel pour que vous sentiez...

Lire la critique

il y a 2 ans

Guiguilille
10
Guiguilille

Ça se marre, et c’est passionnant !

Créé, animé et partagé par des passionnés, ce podcast réunit les éléments de recette d’une bonne émission : Un rythme soutenu, grâce en particulier à des séquences d’émission bien découpées, Des avis...

Lire la critique

il y a plus d’un an