Influence énorme, mais sacrément datée.

Avis sur Profit

Avatar adelegge
Critique publiée par le

Je reconnais que mettre une telle note pour une série comme Profit est peut-être un peu exagéré, mais, comme certain(e) ont découvert le monde des séries avec Le Prisonnier, ou Twin Peaks, mon premier choc « sériephilique » s’est fait avec Profit, série que re-regarde à l’occasion, pour la comparer à ce qui se fait de nos jours.
Et là, rien à dire, Profit avait facilement 10 ans d’avance en terme de scénario, de logique et d’ambition. A une époque où les séries mettaient en avant des héros gentil et propres sur eux (Beverly Hills, Friends, Code Quantum, etc.), Profit est l’une des premières (si ce n’est la première) à nous présenter un personnage principal sous les traits d’un antihéros – que dis-je ! – d’un sociopathe. Jim Profit c’est le Yuppie des années 90 dans toute sa splendeur, le visage du succès sans un soupçon d’âme. Un homme qui ne cherche qu’une chose : le pouvoir. Sa particularité est sa volonté à rester dans l’ombre et tous les moyens sont bons pour atteindre son but : meurtre, sexe, chantage, extorsion, vol. A une époque où le capitalisme est encore joyeux, Profit met en avant ses travers.
Là où Profit est révolutionnaire c’est dans la création de son personnage principal et dans l’immense influence que celui-ci aura sur les séries qui suivront. Je suis persuadé que sans Profit, pas de Vic MacKay, pas de Dexter Morgan, pas de Jack Bauer. Bref, sans Jim Profit, nous n’aurions peut-être pas eu le plaisir de connaître les séries à succès des années 2000. Et puis cette façon qu’a le personnage de s’adresser directement à nous, spectateur, par le regard à la caméra et la voix-off nous rend voyeur et instaure une sympathie presque coupable envers ce Yuppie, joué à la perfection par un Adrian Pasdar en état de grâce.
Alors, forcément, cette série a les défauts de son époque : musique datée, image terne et quelques effets 3D tout simplement moche (au regard de ce qui se fait aujourd’hui). Mais peut-on réellement reprocher à cette série d’être le reflet de ce qui se faisait à son époque ?
Je pense que malgré ces défauts, Profit reste une série très importante, ne serait-ce que pour son influence sur les productions télévisuelles qui en découlèrent. A noter que cette série fut diffusée sur un grand Network américain et à une heure de grande écoute, ce qui signa probablement sa disparition prématurée (après seulement 3 épisodes, sachant que 9 ont été produit en tout). Pour l’anecdote, il est amusant de souligner que c’est une chaîne française (Canal Jimmy) qui fut le première à diffuser la série en entier.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 324 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de adelegge Profit