L'imperfection imperfectible

Avis sur Torchwood

Avatar Toshiba
Critique publiée par le

Intro Slash guitar (feat Macaulay Culkin)

Je comprends qu'on puisse se trouver réfractaire à cette série qui n'a jamais eu tous les éléments en sa faveur.

Heal The world

En plein centre de Cardiff, la vie souterraine de la section galloise de Torchwood, une organisation qui surveille l'activité extra terrestre sur Terre. Dès qu'un phénomène étrange(r) apparait le Capitaine Jack Harkness et ses acolytes grimpent dans leur SUV à la poursuite de l'immigré intersidéral pour déterminer ses intentions belliqueuses ou non, son niveau d'anglais, l'aptitude à s'intégrer dans la société britannique etc...

A partir de ce postulat de base, somme toute un peu léger, une production restreinte et une vision limitée du sujet, la série trouve son style en se focalisant, tout d'abord, dans l'interaction entre les protagonistes. Ainsi, il fallait commencer avec un personnage fort et ce n'est que progressivement que le mystère du passé ( en réalité du futur) du chef de l'équipe va se dévoiler, laissant la place pour découvrir les autres personnages. De ce fait, amour, gloire et débats d'idées vont rythmer les deux premières saisons, ponctuées de ci de là de décès des personnages principaux et parfois (souvent) même de résurrections.

Dangerous

Si l'équipe fini la saison deux quasiment décimée, un relatif succès entraine la BBC UK à investir sur une troisième saison et bien entendu, rien n'est pareil, une seule histoire, moins axée sur ce qui reste du groupe et un personnage principal qui gagne en ambiguïté autant qu'en charisme, pour une trame fantastique bien exploitée.

Mais le monde est ainsi fait que les fans de la première heure ne s'y retrouvent pas forcément et que le cumul escompté des spectateurs ne rentabilise pas le nouvel investissement. C'est grâce aux américains qu'une saison 4 aura lieu. Comme d'hab, c'est grandiloquent, rondement mené mais quelques détails vont mettre en péril les particularités évidentes de la série qui s'arrêtera d'ailleurs à ce moment.

Who Is It

En tant que spin off de Dr Who, peu de choses subsistent de l'original, un décor croisé dans un épisode, une actrice croisé dans un autre, un anagramme, un personnage pas encore charismatique...

  • Ah oui, c'est lui, le beau gosse
  • Qui intervient deux fois lors de la saison 1
  • Qui embrasse le Docteur sur la bouche
  • Oui bon il ne casse pas des brique non plus
  • Sauf que,
  • Sauf qu'il meurt à la fin...
  • Oui mais pas complètement, il subit une sorte de renaissance qui ne sera que la première.

Black Or White

C'est comme ça que, même interprété par le même acteur, le personnage de Jack Harkness, pilier de la série n'a plus grand chose à voir avec celui croisé dans la salle d'attente du Docteur (futur), qui l'a, pour ainsi dire, renié. Une nouvelle psychologie est développée non seulement en fonction de son vécu (passé) mais aussi par son rapport avec l'équipe initiale (présent). Que ce soit en tant que leader, ou amant, son plus gros problème a traiter reste celui des humains, hommes ou femmes. L'acteur John Barrowman excelle dans cet exercice et porte sans confusion les 4 saisons au moins aussi bien que David Tennant a pu tenir ses 3 saisons du Docteur. Les deux mythes prenant source dans le même épisode.

In the closet

J'admets sans soucis, en tant qu'hétérosexuel accompli (papa quoi), ma dévotion envers l'acteur principal et son personnage. Néanmoins, la série aurait eu moins de caractère sans Burn Gorman et son personnage d'Owen, moins de charme et de drame sans Ianto Jones et je me trouve bien obligé d'admettre la plus value de Gwen Cooper en tant que personnage à la nature complètement opposée à celle de Harkness, malgré le peu de sympathie que m'inspire Eve Myles. J'ai aussi eu l'occasion d'apprécier les apparitions d'Indira Varma, Pete Capaldi et Bill Pullman.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 57 fois
1 apprécie

Toshiba a ajouté cette série à 2 listes Torchwood

Autres actions de Toshiba Torchwood