👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

From Dusk Till Dawn aka Une Nuit En Enfer pour les francophones est un film fantastique sorti en 1996, réalisé par Robert Rodriguez (Desperado, Machete, Sin City …) et scénarisé par Quentin Tarantino avec George Clooney et Salma Hayeck. Adulé par les fans de série B, ce film est devenu au fil des années une oeuvre culte dans le cercle ouvert des films de genre.

18 ans plus tard et 2 suites à oublier de toute urgence, le Titty Twister revient par la grande porte via un projet de série TV avec à la plume rien de moins que Robert Rodriguez en personne.

La première chose qui me frappe durant ces 400 minutes est la fidélité avec laquelle l’ambiance si particulière du film est transposée sur petit écran. Rien d’étonnant me direz vous. Robert Rodriguez étant réalisateur sur le film et scénariste/producteur sur la série. Et pourtant … 2 décennies de projets personnels, de moeurs et d’évolution du monde, les séparent. Malgré cela, tout dans la réalisation rappelle la fraîcheur procurée par le film. From Dusk Till Dawn The Series, tout comme son aîné, s’articule autour d’un rythme alternatif jonglant parfaitement entre la lenteur de longs discours et le dynamisme de scènes d’action débridées et gratuitement gores, préférant le principe du sang par hectolitre. A cela vient s’ajouter, pour le fan que je suis, le retour de Sex Machine et son célèbre Pénistolet et bien entendu la résurrection d’une scène qui me mit en émoi plus jeune, la célèbre danse de Santanico Pandemonium et ses serpents s’enlaçant autour de sa cambrure … Hum je m’égare !

La force de la série réside avant tout dans le développement de l’univers et des personnages. En effet, l’histoire est remaniée pour tenir dans un format bien plus long, un scénario modifié certes mais sans en altérer les fondamentaux et passant ainsi de 110 à 400 minutes. Le scénario développe avant tout 2 points, piliers du film originel mais restés à l’état embryonnaire dans celui-ci. Je veux bien entendu parler de l’origine des vampires appelés “Culebras”, créatures de la nuit bien plus proches du serpent que de la chauve-souris, et de la folie de Richard “Richie” Gecko supporté tant bien que mal par son frère Seth. Ainsi, la mythologie des culebras au travers de leurs origines, leurs moeurs … est introduite et les fans sauront apprécier ce geste. Et lorsque cette mythologie se fait la raison de la folie de Richie, la boucle est bouclée et le fan transi que je suis exulte dans un râle gorgé de sang frais. A cela vient s’ajouter la découverte du passé des frères Gecko dont les 2 acteurs (D.J. Cotrona et Zane Holtz), reprenant un flambeau lourd à porter, livrent finalement une prestation honorable. Nous découvrons également le passé des principaux protagonistes (la famille chrétienne, Sex Machine, Santanico Pandemonium …), un développement parfois caricatural mais se faisant l’écho des personnages eux-mêmes.

De plus, des effets spéciaux de qualité, malgré un budget de série TV, viennent agrémenter ce road movie tout en sachant s’offrir le panache d’effets mécaniques (explosion, maquillage …) plutôt que de tout confier à une image de synthèse trop peu viscérale. Effet immersif garanti.

Le style “Gecko” a encore frappé. Et dans la moiteur d’un été trop pluvieux, le soleil d’un Mexique peu accueillant apporta aux pauvres spectateurs noyés de programmes policiers que nous sommes (Les Experts, NCIS …) une véritable ode aux films de série B.

Silent_JayFR
7
Écrit par

il y a 3 ans

Une nuit en enfer : la série
ElNuggets
8

Ilt's a "long" dark night...

Il y a forcément une grosse attente quand on entre dans l’univers de « From Dusk Till Dawn : The Series », en particulier quand on est fan de l’univers Tarantirodriguesque. Et c’est sans la moindre...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime

2

Une nuit en enfer : la série
sebskriab
1

In my opinion...

Ça y est! j'ai trouvé ma pire série de ces 10 dernières années! Je n'ai jamais rien vu (et la concurrence est rude) d'aussi visuellement laid et pauvre, d'aussi douloureusement mal joué, d'aussi...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

Une nuit en enfer : la série
Xtrempyro
8

La véritable histoire d'"Une nuit en Enfer" ?

Cette série a été pour moi une véritable surprise. Produite par Netflix (désormais un gage de qualité?), elle reprend le désormais culte "Une nuit en Enfer" de Robert Rodriguez. Simple remake ? Et...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Resident Evil : Damnation
Silent_JayFR
8

A l’Est rien de nouveau

Resident Evil: Damnation est la dernière réalisation cinématographique de Capcom. Un film d’animation précédant les événements de Resident Evil 6 et mettant en scène Léon Kennedy envoyé pour enquêter...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Le Chaperon rouge
Silent_JayFR
6

Loup-garou humanisé pour Chaperon rouge acidulé

De prime abord, seules l'idée d'une adaptation adulte du conte et l'aspect esthétique du film m'emballaient. Le fait que la réalisatrice du premier opus de la saga Twilight soit aux commandes n'était...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime

Infinite Stratos
Silent_JayFR
7

Méchas & Harem

Infinite Stratos repose sur l'idée qu'à l'heure de l'avènement des armures mobiles, seules les femmes peuvent les utiliser. La faculté d'un jeune garçon à manier ces armures va changer la donne. Le...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime