Avatar AegonVII

Critiques de AegonVII

Versus
  Suivre
  • 1
  • 2
Bande-annonce
7.2

Russie sans but et sans espoirs

La très convaincante scène d'engueulade du premier quart-d'heure du film, acre, amère et cassante, nous le révèle : il n'y a plus une once d'affection entre Boris et Guénia, et, si amour ou passion un jour il y a eu, ils se sont depuis longtemps évanouis. Au cours de ces deux heures, bien peu sera fait pour nous donner envie d'aimer ces personnages. De Guénia, on saura tout, tout ce qui... Lire la critique de Faute d'amour

Avatar AegonVII
7
AegonVII ·
Bande-annonce
8.2

Observations en vrac sur un film caméléon

Enivrante dénonciation d'Ikea. Fait absolument tout pour paraitre cool et y parvient le plus souvent. Cela dit, la voix off, omniprésente et démonstrative, aurait gagné à apparaitre un peu moins. Très écrit, chargé de punchlines brillantes, bravo à Fincher ou à Palahniuk ? Les grands films en principe se bonifient à chaque visionnage. Pas Fight Club, qui perd beaucoup en effets de surprise... Lire la critique de Fight Club

1
Avatar AegonVII
8
AegonVII ·
Bande-annonce
7.5

Vraiment pas pour tout le monde

Je me permets cette critique plutôt négative d'un film réputé important, car je pense qu'il déplaira à beaucoup. Globalement très enthousiasmé par tout ce que j'avais pu voir de Tarkovksi, Bergman, Kurosawa, Kubrick, Tarr, je m'apprêtais à une nouvelle lune de miel, cette fois avec Antonioni. Résultat : Le Désert Rouge m'a laissé absolument froid. Non pas que je me sois ennuyé, car la... Lire la critique de Le Désert rouge

1
Avatar AegonVII
6
AegonVII ·
Bande-annonce
7.0

Somptueux, sincère, oubliable ?

Dunkerque succède à Interstellar, film quelque peu boursouflé, foutraque et prétentieux, qui clamait haut et fort son ambition de détrôner 2001, L’Odyssée de l’Espace. Et force est de constater que Nolan a cette fois adopté la posture précisément inverse : ici, humilité et sincérité deviennent les maîtres mots. Là où Interstellar s’étalait sur deux heures cinquante, Dunkerque se contente... Lire l'avis à propos de Dunkerque

Avatar AegonVII
8
AegonVII ·
Bande-annonce
8.2

Effrayant de perfection

Andreï Roublev n'est pas un film chiant. Ni inaccessible. Ni élitiste. Le synopsis le fait passer pour le plus tarkovskien de tous, alors qu'il est en fait bien différent des autres films du maître. En effet, sur le papier, voilà à quoi on a droit : trois heures en noir et blanc, sur un moine peintre d'icônes du XVe siècle. Et en russe, s'il vous plait ! C'est sans doute un peu pour ça que... Lire l'avis à propos de Andreï Roublev

1
Avatar AegonVII
10
AegonVII ·
Bande-annonce
6.8

Vie et mort d'un passionné

Ce film ressemble beaucoup à Into the Wild. Un jeune homme, éduqué, cultivé, en quête d’autre chose, est parti voir le monde. Imprudent, il en est mort. Et on en a fait un film. Cette fois-ci, il s’agissait d’un Brésilien, blanc de peau, parti voir le Kenya, la Tanzanie, la Zambie et le Malawi, avant de commencer un nouveau cycle de ses études d’économie dans une université de Californie.... Lire l'avis à propos de Gabriel et la montagne

3
Avatar AegonVII
7
AegonVII ·
6.9

Perché mais engagé

Ce film mélange deux univers qui me semblaient franchement antagonistes. Son propos est un vibrant cri de rage poussé par les premiers Noirs à émigrer vers la France, contre le racisme, contre l’incompréhension, contre la solitude. Et sa forme le classe parmi les films les plus étranges et antinarratifs qu’il m’ait été donné de voir. Ou plus précisément, on sent au montage une certaine... Lire l'avis à propos de Soleil Ô

1
Avatar AegonVII
8
AegonVII ·
Bande-annonce
5.0

Sculpture informe

L’affiche présageait d’un grand manque de prise de risque et de vision. Elle n’a pas fait dans la publicité mensongère. Le défaut principal du film, c’est sa construction par épisodes fragmentaires qui ne construisent rien, pas de tension scénaristique, ou de montée en puissance. Et puis Doillon choisit de parler à la fois des amours de Rodin et de son œuvre. Pourquoi pas. Mais aucun... Lire l'avis à propos de Rodin

Avatar AegonVII
5
AegonVII ·
Bande-annonce
5.7

Moins violent n'est pas plus subtil

Le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne m'attendais pas, de la part du réalisateur du Ruban Blanc, à un film oubliable et sans caractère, qui se laisse gentiment regarder. Remisez la violence, renoncez au traumatisme, très bien. Mais n'oubliez pas d'avoir tout de même quelque chose à montrer. Happy End, c'est l'injuste milieu. On rit. Un peu. C'est gentiment grinçant, cette bourgeoisie... Lire l'avis à propos de Happy End

1
Avatar AegonVII
5
AegonVII ·
Bande-annonce
6.7

Surréalisme zambien

Le synopsis nous parlait d’une petite fille zambienne accusée de tous les maux par son village et internée dans un camp de sorcières. Autant dire que je m’attendais à un film dur, lourd et culpabilisant. Comme si l’Afrique n’avait rien d’autre que des larmes et du sous-développement à nous offrir. Bien au contraire, il est vite apparu que ce film avait quinze coups d’avance, et qu’il déjouait... Lire la critique de I Am Not a Witch

6
Avatar AegonVII
10
AegonVII ·
  • 1
  • 2