Avatar Juliefnt

Critiques de Fayant Julie

@Juliefnt
Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.5

Ou 84, on ne sait plus.

J’ai eu l’occasion de visionner Eté 85 lors d’une avant-première SensCritique au Cinéma Beau Regard à Paris en présence de l’équipe (Ozon et ses trois jeunes acteurs). Librement adapté du roman La Danse du coucou d’Aidan Chambers, le film fait l’objet d’une romance morbide entre deux jeunes garçons. Pourquoi l’été 85 ? Parce que même si Ozon aurait préféré rendre... Lire la critique de Été 85

12
Avatar Juliefnt
5
Juliefnt ·
Bande-annonce
7.0

Douce-amère nostalgie.

Jim & Amanda ont la quarantaine passée lorsqu'ils se retrouvent, par hasard, dans la supérette de la petite ville qui a vu naître et grandir leur première relation amoureuse. Irrésistiblement attirés par cette douce amère nostalgie que promettent leurs retrouvailles, ils se remémorent et revivent ensemble les sensations d'un amour vécu à mi-chemin entre l'enfance et l'âge adulte, le temps... Lire l'avis à propos de Blue Jay

Avatar Juliefnt
6
Juliefnt ·
Bande-annonce
6.9

La chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Comment parler de Chained ? Comment parler d'une claque cinématographique de l'après visionnage ? J'ai peur de l'évoquer, peur de trop en dévoiler. Mais se taire serait un affront, une complicité. En tout cas, en ce qui me concerne, et pour qui peut s'y retrouver directement ou de manière détournée, y aura un avant et un après Chained.Le pitch : Visiblement heureux et... Lire l'avis à propos de Chained

3
Avatar Juliefnt
7
Juliefnt ·
Bande-annonce
6.8

Les invisibles de la Grosse Pomme.

Je regarde Mad Love in New-York des frères Safdie en 2020, soit après avoir vu Good Time au cinéma en 2017 et Uncut Gems sur Netflix durant le confinement. Ayant été particulièrement happée par les univers singuliers -bien que différents- de ces deux derniers films j'ai développé une attente quant à cet aspect de leur cinéma que je souhaite retrouver, désormais,... Lire l'avis à propos de Mad Love in New York

Avatar Juliefnt
8
Juliefnt ·
Bande-annonce
7.2

Country roads, West Virginia.

D'entrée de jeu nous sommes prévenus : Dark Waters va nous faire pénétrer dans les réalités les plus sombres du capitalisme et du mépris de classe, le tout sur fond vérité puisque le film relate l'affaire DuPont et du scandale du Téflon. D'utilité publique, ce drame très Hollywoodien ne faillit sur aucun point à se mission tantôt divertissante, choquante ou informative. Ajoutons à... Lire l'avis à propos de Dark Waters

1
Avatar Juliefnt
7
Juliefnt ·
6.7

We need to talk about Morvern.

I- Mais qui es-tu Morvern ? Issue d'un milieu où l'on semble préférer se taire que de mettre en mots les émotions, Morvern vit dans le secret du suicide de son compagnon, au point de camoufler à jamais sa mort, comme s'il s'agissait de son ultime confession à sa chère et tendre, celle qu'elle ne trahirait jamais. Vendeuse dans un supermarché sur une petite île... Lire la critique de Le Voyage de Morvern Callar

Avatar Juliefnt
7
Juliefnt ·
Bande-annonce
7.3

Âmes non sensibles, s'abstenir.

Avant de voir Benni, j'imaginais la mise en fiction un peu facile du destin d'un(e) enfant que la vie n'a pas épargné(e). J'imaginais que la caméra l'envelopperait de douceur, j'imaginais que l'attendrissement et le misérabilisme seraient constamment de la partie. Je me disais que la bienveillance serait de mise, et je pensais sortir de la salle avec une note d'espoir, prête à me dire que la... Lire la critique de Benni

9 2
Avatar Juliefnt
7
Juliefnt ·
Bande-annonce
8.2

Le titan colossal.

Si l'horreur est le maître mot de ce documentaire, il suscite cependant un grand nombre de questions toutes extrêmement bien décortiquées tout au long du film. O.J Simpson apparaît tantôt comme l'ami que l'on pourrait avoir à ses côtés, tantôt comme un être antipathique et d'une inhumanité sans nom. Finement détaillé, O.J Simpson Made in America donne à voir le parcours d'un être,... Lire la critique de O.J.: Made in America

3 1
Avatar Juliefnt
9
Juliefnt ·
5.6

Aurait pu, mais n'a pas (atteint des sommets).

Quelle frustration. Dès les premiers plans, l'esthétique du film rappelle celle de ceux produits pour la télévision, diffusés tout au plus sur M6 durant les heures creuses. Peu de jeux -voire aucun- sur la profondeur de champ ni sur la lumière. Où a donc disparu le directeur de la photo ? Choix du cinéaste de ne pas s'attarder sur l'esthétique ou simple manque de temps au tournage ?... Lire l'avis à propos de Mes nuits sont plus belles que vos jours

Avatar Juliefnt
5
Juliefnt ·