Mar20

@MarvinGombart

Homme, 17 ans, France (69680) | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Mon premier court-métrage:
https://youtu.be/WfyFd0j3RaE

"Ceci est l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance."

"Il n’y a pas de plus profonde solitude que celle du samouraï si ce n’est celle d’un tigre dans la jungle… Peut-être…"

Répartition des notes

  1. 55
  2. 79
  3. 127
  4. 165
  5. 261
  6. 408
  7. 812
  8. 810
  9. 530
  10. 240

Comparez votre collection avec Mar20

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Mar20
Sondages de Mar20
Critiques de Mar20

Dernières critiques

Bande-annonce
6.7
Je vous crois

Très beau film, vraiment. J'ai tort d'avoir appréhendé la durabilité du concept sur un film de 1h15, parce que j'aurais pu rester encore une bonne heure devant ce film. C'est avant tout l'histoire d'un homme qui fait le point, qui dresse un constat. Un constat sur sa vie, ce qu'il s'est passé et ce qu'il se passe encore. Mais aussi un constat sur le monde qui l'entoure, sur la... Lire la critique de Ne croyez surtout pas que je hurle

3
Avatar MarvinGombart
7
MarvinGombart ·
Bande-annonce
6.6
Le motus comme aveu, communiquer par les sentiments

Le dialogue est un meuble, la seule chose qui compte est le regard, la proximité. Lors d'une discussion avec autrui, les plus beaux moments et ceux qui passent le plus lentement sont les moments de silence. Lors du dialogue, le temps passe et l'on ne s'en rappelle plus. Le souvenir repose dans l'instant de motus. L'aveu ne se dit jamais, il est compris, compris de... Lire la critique de Juste la fin du monde

7 5
Avatar MarvinGombart
9
MarvinGombart ·
Mentions J'aime de Mar20

Activité récente

Statuts d'humeurs

Le Ruban blanc (2009) Un film d'une perfection sans nom. Entre pureté et ignominie.
Le Genou de Claire (1970) L'innocence et la pureté des regards caméra, qu'est-ce que c'est beau
Cléo de 5 à 7 (1962) Commencer le film à 17h sans le faire exprès et s'en rendre compte à la fin, quel plaisir
The Square (2017) Très obsédant comme film, impossible d'arrêter d'y penser.