Avatar Megillah

Critiques de Megillah

Versus
  Suivre
7.7

Critique de Le Nazi et le Barbier par Megillah

Truc écrit y a longtemps, mais je recycle parce que je pense encore sensiblement la même chose, même si les lourdeurs stylistiques m'ont semblées moins tolérables cette fois-ci. Le fait de lire l'original a rien changé : Max Schulz, génocidaire aryen dont l'arbre généalogique est 100% conforme, littéralement fils de pute, a des yeux de grenouille, un nez crochu, des lèvres charnues et des pieds... Lire la critique de Le Nazi et le Barbier

Avatar Megillah
6
Megillah ·
Bande-annonce
8.4

Critique de Dersou Ouzala par Megillah

Texte écrit autre part transvidé ici comme un organe qui glougloute du formol: Exit intellectualisme, bienvenue vieux chasseur hezhen et typographe russe à la Kurosawa. Un film de rien, simple, de la forêt, du vent partout, un homme qui vit en symbiose avec le bâton qu'il finit par abandonné, faute de forces, faute de la date de péremption ; un golde dont on s'approche avec tranquillité et... Lire l'avis à propos de Dersou Ouzala

1
Avatar Megillah
8
Megillah ·
7.5

Charlie's sunshine of a flaming dragon.

Un air de labre, un tic labial, des dents croches : un empereur. Suffit de regarder les visages des serviteurs pour comprendre que le Japon est fissuré de partout, écraser qu'il est sous le poids de son honneur farci de décorum rissoler. L'Empereur est une taupe qui obéit à ses serviteurs. On lui dit quand s'habiller, quand écrire à son fils, quand aller en réunion avec des militaires défaits... Lire la critique de Le Soleil

10 3
Avatar Megillah
9
Megillah ·
7.9

On n'a jamais entendu ça, un Québec qui speak white dans la fêlure de son soi.

Je viens de finir la lutte d'un homme contre son aliénation, une oeuvre-vie, à défaut de mieux. Il y a la nécessité d'une terre, un rêve fou d'indépendance ; il y a le Boss, l'anglôtre, qui s'imnisce dans toutes tes phrases, qui te vole tes lèvres, qui fricate avec elles à ta place, qui met son Stop, son Smoked-meat, son ordre-de-toast ; il y a l'amour d'un héritage aussi. La terre, le Québec... Lire l'avis à propos de L'Homme rapaillé

9 2
Avatar Megillah
6
Megillah ·
7.4

Get over your parents' death, Bruce.

Les dessins sont beaux (très), sombres, mais bon, n'empêche que le câlin triste que l'orphelin-poussé-par-la-vie-à-la-criminalité fait à Batman est ridiculement drôle, ce qui devrait pas arriver étant donné le ton plutôt grave qui se dégage des dessins et du texte. Sinon, ça dit que l'enfant dont on assassine les parents devant lui va systématiquement verser dans les activités illicites, comme... Lire la critique de Batman : Guerre au crime

1
Avatar Megillah
4
Megillah ·
6.8

Accordéoniste recherche grand-mère avec Lada pour jouer la Russie nouvelle.

Alors, il y a une vieille, elle s'est occupé des enfants de tout le monde quand ils étaient plus jeunes, mais maintenant qu'elle est vieille, faible et plus ou moins inutile, on la jette chez sa soeur cadette. Baboussia, c'est l'effritement des valeurs traditionnelles dans cette Russie post-communiste. Tout est inversé. L'homme y est veule, lâche ou soumis tandis que la femme, elle, doit tout... Lire la critique de Baboussia

1
Avatar Megillah
6
Megillah ·
Bande-annonce
6.5

Trancher sa quête de sens artistique comme une vie et en rire.

Bon, j'ai été affreusement naïf en regardant ça. C'est exactement le genre de film que je devrais pas voir en fait : j'essayais de faire des liens entre toutes les images que je voyais, de donner un sens à tout ça, de découvrir la symbolique, et puis, à chaque fois, il partait dans une autre direction, dans une autre dimension et laissait le reste en plan, mais la famille d'animaux revenait... Lire l'avis à propos de Inland Empire

12 4
Avatar Megillah
2
Megillah ·
8.0

À quelques miles au sud de la solitude

"À quelques miles au sud de la solitude, la saline goutte." Bien sûr, le livre commence pas comme ça, mais c'est ce que j'y lis après avoir fini Des souris et des hommes. Dès la première phrase, l'impossibilité de la solitude se manifeste. On en est près, à une, deux, trois heures de marche, mais déjà, cette quête-là est vouée aux larmes vertes, des larmes de rages qui vont s'éteindre et mourir... Lire la critique de Des souris et des hommes

7 2
Avatar Megillah
8
Megillah ·
Bande-annonce
8.0

Quand l'ombre est un pilier qu'on fait s'écrouler.

Je vous préviens : l'intrigue se dévoile et c'est mon premier Kurosawa. Quand on chasse le Kagemusha, quand on le bannit comme un chien, qu'on lui jette des pierres, tout s'écroule pour lui comme pour le clan. Sa position de substitut lui apporte une certaine stabilité et rend la survie du clan Takeda possible. Quand la montagne bouge... Le Kagemusha est un homme mis dans une position difficile.... Lire l'avis à propos de Kagemusha, l'ombre du guerrier

7 1
Avatar Megillah
6
Megillah ·
-

Je regarde Gloria et j'essaie d'en assembler les morceaux.

Gloria Lopez est un album particulier. Visuellement, il rappelle l'impressionnisme ou plutôt, le remet au goût du jour en le faisant bouger. Le scénario cultive quant à lui le flou par ses omissions. L'impression (double) est plus celle d'un moment, mais d'un personnage, celui de Gloria. Mais qui est-elle, cette Gloria ? On sait pas. On sait pas parce que l'album est une reconstitution. Gloria... Lire l'avis à propos de Gloria Lopez

2 4
Avatar Megillah
8
Megillah ·