Step de Boisse

Homme, 53 ans, France
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
"Quand on a une statue à son effigie, on regarde les pigeons d’un autre œil."
Winston Churchill

Répartition des notes

  1. 21
  2. 38
  3. 163
  4. 368
  5. 788
  6. 1622
  7. 2308
  8. 2179
  9. 666
  10. 244

Comparez votre collection avec Step de Boisse

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Step de Boisse
Sondages de Step de Boisse
Critiques de Step de Boisse

Dernières critiques

Bande-annonce
6.6
« Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie. »

Après les innombrables niaiseries de Marvel et de Star Wars, la science-fiction passait pour un genre définitivement mort pour le cinéma américain. Puis, vinrent Gravity, Blade Runner 2049 ou Interstellar. Une SF adulte, bien écrite et captivante semblait encore possible. C’est au tour de James Gray de proposer sa vision du futur.... Lire l'avis à propos de Ad Astra

23 3
Avatar Step de Boisse
6
Step de Boisse ·
Bande-annonce
7.2
Indiana Jones est le plus grand

Steven Spielberg est un réalisateur pressé. À 25 ans, à l’aide d’un camion et d’une voiture, d’une route interminable et d’une caméra, d’un acteur et d’un figurant, il révolutionne le thriller avec Duel (1971). Un coup de génie. Serait-ce un coup de chance ? Non, car le bougre récidive. Ainsi, nous lui devons l’étalon des films d’horreur (Les Dents de la mer – 1975),... Lire l'avis à propos de Indiana Jones et le Temple maudit

21 2
Avatar Step de Boisse
9
Step de Boisse ·
Mentions J'aime de Step de Boisse

Activité récente

Statuts d'humeurs

Mes chansons-cultes (2020) Il est prêt !
Alita : Battle Angel (2019) Très mauvais, cela ne mérite pas une critique.
Nos Cent-jours (2019) C'est fait...
Autobiographie de mon père (1987) si le pire est possible, la mélancolie n'est plus de mise